Mon compte Devenir membre Newsletters

Où il est question de l'inconstance des voyageurs d'affaires.... et de l'insuffisance des entreprises

Publié le par

Selon un rapport GBTA, les voyageurs d'affaires britanniques, allemands et français estiment que leur employeur veille à leur sécurité, mais réservent en dehors des circuits des entreprises... qui manquent de services de gestion des risques et de visibilité sur les programmes de déplacement.

Où il est question de l'inconstance des voyageurs d'affaires.... et de l'insuffisance des entreprises

Un rapport publié récemment par GBTA montre que plus de 75 % des voyageurs d'affaires britanniques, allemands et français estiment que leur entreprise veille à leur sécurité pendant leurs déplacements professionnels. Cette enquête, intitulée Travel Booking Behaviour Impacts on Safety (Impact du comportement de réservation de voyages sur la sécurité) et réalisée en partenariat avec Concur, montre toutefois que les services de gestion des risques censés protéger les voyageurs d'affaires sont loin d'être une généralité. "En cette période d'incertitude générale, les dirigeants d'entreprise doivent savoir où se trouvent leurs employés et veiller à leur sécurité et à leur information", rappelle Scott Torrey, Chief Revenue Officer chez Concur. "L'un des résultats les plus surprenants de l'étude, c'est que la moitié des voyageurs d'affaires sait pertinemment que réserver en dehors des circuits de l'entreprise peut nuire à leur sécurité, mais la majorité d'entre eux le font malgré tout. Les employeurs doivent donc insister davantage sur la sécurité, et je suis convaincu que le devoir de protection est l'une des principales responsabilités d'une entreprise à l'égard de ses salariés."

En cas d'urgence ou de danger, la plupart des voyageurs d'affaires britanniques, allemands et français s'attendent à ce que leur entreprise prenne contact avec eux et ce, dans les deux heures, pour plus des deux tiers d'entre eux. Près de la moitié des voyageurs d'affaires reconnaissent néanmoins qu'en réservant en dehors des circuits de l'entreprise, ils exposent leur sécurité, puisqu'en cas d'urgence, ils sont plus difficiles à localiser et à joindre par l'entreprise ou l'agence de voyage. L'ironie dans tout cela, c'est que plus de 50 % des personnes interrogées ont réservé en dehors des circuits de l'entreprise au moins une fois au cours des 12 derniers mois, même si elles avaient accès à un outil de réservation en ligne (OBT). Ce chiffre suggère que les entreprises pourraient renforcer la protection de leurs collaborateurs par des services et technologies de gestion des risques, et mieux les informer des services et politiques en place pour assurer leur sécurité en déplacement.

Le rapport pointe plusieurs autres tendances de gestion des risques liés aux déplacements parmi les voyageurs d'affaires britanniques, allemands et français.

- Réservations directes. Au cours des 12 derniers mois, près de la moitié des voyageurs d'affaires se sont servis d'un outil de réservation en ligne (OBT) mis à disposition par leur entreprise. Pourtant, même lorsqu'ils avaient accès à ce type d'outil, près de la moitié d'entre eux ont réservé au moins un déplacement professionnel directement auprès d'un prestataire l'an passé. Or, ils sont à peine 40 % à indiquer que leur entreprise possède un système pour consigner les programmes de déplacement et les trajets réservés directement auprès d'un prestataire.

- Localisation des voyageurs. Les voyageurs attendent de leur entreprise qu'elle utilise différentes informations pour les localiser rapidement en cas d'urgence ou de danger : itinéraires de voyage (53 %), informations GPS issues des applications pour smartphone fournies par l'employeur (44 %) et renseignements figurant sur les notes de frais (32 %).

- Services aux voyageurs. Les voyageurs d'affaires allemands sont moins de la moitié (49 %) à déclarer que leur entreprise possède un service d'assistance téléphonique pour les urgences, les Britanniques et les Français étant plus nombreux (57 et 65 % respectivement) à avoir accès à une ligne directe mise en place par leur employeur.

- Formation et ressources. Plus de la moitié des voyageurs d'affaires déclarent que leur entreprise propose des formations sur la sécurité des déplacements, mais ils s'accordent à dire que ces formations sont en nombre insuffisant. Si 61 % d'entre eux se disent intéressés par des formations de groupe et individuelles, la majorité - environ 65 % - préféreraient cependant en recevoir plusieurs par an.

"Sur les trois années pendant lesquelles nous avons suivi les données de réservation, la majorité des voyageurs d'affaires qui avaient accès à un OBT indiquent avoir réservé directement auprès d'un prestataire ou d'un site de voyages au cours des 12 derniers mois, ce qui signifie que leur entreprise n'avait probablement pas accès à leurs données de déplacement", explique Monica Sanchez, directrice de la recherche à la Fondation GBTA. "L'absence d'informations de réservation ou des données incomplètes peuvent réduire considérablement la capacité d'une entreprise à assurer la sécurité de ses voyageurs. Sans ces données, qui jouent un rôle essentiel dans le devoir de protection, les mesures de gestion des risques prises par l'entreprise sont pratiquement toutes vouées à l'échec."

*L'étude Travel Booking Behaviour Impacts on Safety a été menée auprès de 735 voyageurs d'affaires britanniques, allemands et français aux mois de septembre et octobre 2017. Pour en savoir plus sur les conclusions et la méthodologie employée, vous pouvez télécharger le rapport en cliquant ici.