Mon compte Devenir membre Newsletters

Fin des tarifs réglementés dans l'énergie: et après?

Publié le par

Les contrats signés à l'issue de la fin des tarifs réglementés arrivent à terme dans un ou deux ans. Il est temps de penser à ses nouveaux contrats. Si le prix reste une variable importante, notamment pour les industriels, les acheteurs doivent aussi veiller aux services proposés.

Fin des tarifs réglementés dans l'énergie: et après?

Il y a quelques années, l'achat d'énergie se résumait à la fin des tarifs réglementés. Il fallait trouver rapidement le meilleur fournisseur, le meilleur contrat, le meilleur tarif. Si certaines entreprises en ont profité pour négocier des prix avantageux, sonder leurs consommations pour les optimiser ou encore pour réorganiser leurs pratiques d'achats en les centralisant, de nombreuses autres, un peu déboussolées, n'ont pas su saisir l'occasion qui se présentait à elles. "Au moment de la fin des tarifs réglementés, la plupart des entreprises ont souhaité contractualiser au plus vite sans regarder l'évolution des prix, observe Laurent Hornez, manager énergie et environnement chez Ayming. Aujourd'hui, les contrats arrivant à échéance, les acheteurs souhaitent se préoccuper de cette problématique bien en amont afin de ne plus acheter à une date au hasard."

En effet, les contrats d'énergie vont commencer à arriver à échéance d'ici la fin de l'année pour le gaz et un an et demi pour l'électricité. Ce qui veut dire qu'il faut d'ores et déjà se préoccuper de la suite, afin d'obtenir les meilleurs prix mais aussi sonder les offres des différents fournisseurs pour obtenir les meilleurs services. Car, si lors de la fin des tarifs réglementés de nombreuses entreprises n'ont pas souhaité quitter les fournisseurs historiques, celles-ci hésitent beaucoup moins aujourd'hui. Une stratégie d'achat qui peut effectivement s'avérer payante, à condition d'acheter au bon moment et de s'attarder sur les points essentiels des contrats d'énergie.

Le timing avant tout

"En matière d'achat d'énergie, l'adage qui veut que plus on est gros plus on obtient un prix intéressant est faux, met en garde contre les idées reçues Frédéric Catherin, fondateur et chef de projet d'Energie3. Un petit fleuriste de quartier peut obtenir un meilleur prix d'achat qu'un gros industriel de la région." En effet, ce qui importe désormais lors de l'achat d'électricité ou de gaz, ce n'est plus la quantité ni même la durée du contrat, mais la date à laquelle on achète. "Il faut bien choisir la date de début de l'approvisionnement et donc prévoir son achat au moins six mois à l'avance, voire un an" conseille Steeve Benisty, directeur énergie de Leyton, cabinet de conseil dédié à l'amélioration de la performance globale des entreprises. En effet, les fournisseurs n'étant pas forcément producteurs, les prix fluctuent au gré des achats et des reventes des traders. Des spéculations qui nécessitent d'acheter au bon moment.

Lire la suite en page 2

Eve Mennesson