Mon compte Devenir membre Newsletters

Le voyage d'affaires face à son "uberisation"

Publié le par

Réservations aériennes ou ferroviaires, VTC mais aussi hébergement et restauration... L'économie partagée s'invite chez les travel managers et soulève, en filigrane, la question de la sécurité des voyageurs, notamment dans les pays à risques.

Le voyage d'affaires face à son 'uberisation'

Les acteurs de l'économie du partage commencent à développer des offres destinées aux entreprises et notamment à celles qui emploient des voyageurs d'affaires. Airbnb a été l'initiateur de la démarche, avec sa plateforme Airbnb Business et sa signature "Chez vous, ailleurs: même en voyage d'affaires". Les arguments en faveur de la réservation d'appartements ne manquent pas: renforcement du travail en équipe pendant le séjour, induisant une meilleure productivité, emplacement géographique privilégié (en centre-ville ou à proximité des quartiers d'affaires), etc.

En outre, Airbnb fournit des outils aux travel managers, notamment un tableau de bord qui donne la possibilité d'accéder à la localisation de leurs collaborateurs.

La sharing economy en mode B to B

Si le Conseil constitutionnel a tranché en interdisant le service UberPop en France, les particuliers ne peuvent plus, en théorie, faire office de chauffeur rémunéré et concurrencer les taxis. Pour autant, cette décision ne remet pas en cause le modèle de la sharing economy, puisque le covoiturage reste autorisé. Le trublion californien a contre-attaqué en lançant UberPool, un nouveau service qui permet de partager tout ou partie d'une course... Et il semblerait que ce ne soit qu'un début.

D'autres start-up se positionnent sur le marché du travel, quels que soient les modes de transport. On parle, par exemple, de l'arrivée du service de voyage en avion privé Ô My Fly, une plateforme de mise en relation des entreprises avec des pilotes professionnels.

Dans le ferroviaire, Captain Train (vente en ligne de billets de train au meilleur prix) vient quant à lui vient de signer un nouveau partenariat (après Deutsche Bahn en 2012) avec HKX (Hamburg Köln Express), un opérateur ferroviaire allemand alternatif. Lancé en 2012, ce dernier a ouvert des liaisons biquotidiennes entre Hambourg et Cologne. La ligne dessert un bassin économique majeur de quelque six millions d'habitants. Un projet similaire Francfort-Bonn devrait également voir le jour. "Avec l'addition de nos savoir-faire, nous participons à la simplification de la réservation des billets de train et cette coopération nous rapproche non seulement des voyageurs en Allemagne, mais aussi de ceux de toute l'Europe", s'est d'ailleurs félicité Carsten Carstensen, p-dg de HKX.

L'ubérisation gagne le secteur du voyage d'affaires et séduit fortement les entreprises, car les solutions proposées sont compétitives d'un point de vue tarifaire et correspondent aux usages émergents des collaborateurs nomades, qui sont hyperconnectés. Pour qualifier ces mutations en cours, l'Association française des travel managers (AFTM) parle de "travelution", contraction de travel, ubérisation et digitalisation; un terme apparu lors du dernier Univ'Airplus.

>> Lire la suite de l'article en page 2.