Mon compte Devenir membre Newsletters

La flotte du futur : connectée et partagée ?

Publié le par

La flotte du futur sera connectée, pour un meilleur suivi et une optimisation des dépenses. Convaincus de l'utilité de la télématique, de grands acteurs du fleet, réunis par Décision Achats, ont échangé sur ce sujet et partagé leurs bonnes pratiques.

La flotte du futur : connectée et partagée ?

Ambiance jazzy et networking au Pavillon Daunou. La première édition du Fleet dinner, organisée par Décision Achats, le 2 décembre dernier, a rassemblé une cinquantaine d'acteurs influents du fleet management : des gestionnaires de flottes grands comptes tels Foncia, Orange, Alcatel Lucent ; des prestataires, comme Synox Group, TomTom Telematics, Coyote, ou Phoenix Développement ; des consultants à l'instar de Cristal Décision ; et le constructeur Volvo. Un événement placé sous le signe de l'innovation et de la prospective, avec ce fil conducteur : la voiture du futur et ses enjeux dans le cadre de la gestion de flotte.

Le véhicule de demain sera avant tout numérique : "Il y aura des écrans un peu partout, et pourquoi pas la possibilité de consulter son GPS ou sa consommation depuis sa montre connectée", a assuré Laurent Meillaud, journaliste et spécialiste de l'automobile et des nouvelles technologies. La flotte du futur va quant à elle se mettre à l'heure du Big Data : les véhicules vont être connectés et les gestionnaires de flotte, équipés de logiciels leur permettant de collecter et valoriser les données transmises.

Place au véhicule connecté ?

Nathalie Davenne, Matthieu Blaise et Emmanuel Dubuisson.

Rationaliser la gestion de sa flotte, géolocaliser ses véhicules, ou accéder à des informations techniques liées à l'entretien ou à la consommation des véhicules : les outils de télématiques embarquées sont incontournables pour maîtriser les dépenses liées à son parc automobile. Pourtant, la route semble encore longue avant leur adoption par les fleet managers : 41,2 % des participants au Fleet dinner ont indiqué ne pas y avoir recours et seuls 26,5 % l'envisagent (voir Zoom sur la flotte auto, page 3).