Mon compte Devenir membre Newsletters

Sepur, précurseur de la flotte 100% électrique

Publié le par

Sepur va remplacer l'intégralité de son parc véhicules de services par des Renault Zoé. Il s'est appuyé sur ses partenaires - Renault, Alphabet et Schneider Electric - pour concevoir et mettre en oeuvre un projet qui, au coût d'un remplacement classique, devrait générer des économies dans 5 ans.

Sepur, précurseur de la flotte 100% électrique

Sepur est un précurseur. Au premier semestre 2015, la société spécialisée dans la gestion des déchets et la propreté urbaine, va remplacer l'intégralité de sa flotte de véhicules (thermique) de service par un parc auto électrique. Soit plus de 100 véhicules. "Nous ne sommes pas précurseur sur le nombre de véhicules, heureusement, car les véhicules électriques sont devenus communs dans de grands groupes, notamment à la Poste. Nous sommes précurseur sur le pourcentage d'électrification du poste", commente Philippe Crassous, directeur matériel et achats chez Sepur. Une centaine de Renault Zoé vont ainsi équiper le groupe d'ici la fin du premier trimestre 2015. 61 Renault Zoé ont été livrées en cette fin 2014. A noter que 11 Zoé sont déjà en fonction depuis le 21 novembre au siège de Sepur, à Thiverval-Grignon, dans les Yvelines.

Pour l'accompagner dans cette révolution, Sepur a choisi Alphabet et sa solution complète de mobilité électrique à destination des entreprises, née il y a un an et dénommée "AlphaElectric". Pour l'heure, la démarche de Sepur est unique. "Il s'agit de la plus importante électrification d'une flotte d'entreprise jamais réalisée par Alphabet en France", souligne Alphabet, filiale LLD de BMW. Les Zoe qui équipent la flotte Sepur ont fait l'objet d'un contrat de location de 3 ans.

Une borne de rechargement coûte entre 1500 et 6000 euros

L'objectif de Sepur est donc de remplacer 100 % de son parc véhicule de service en un semestre. L'évolution du remplacement dépendra toutefois de la progression des installations des bornes de recharge dans les 17 agences de l'entreprise. C'est Schneider Electric qui a accompagné Sepur dans le choix et l'installation des infrastructures de recharge.

C'est là le pan le plus lourd du programme. L'investissement est conséquent. Selon la configuration des sites, une borne à installer pourra coûter de 1500 à 6000 euros. Ce programme ne coûtera toutefois pas plus cher qu'un renouvellement classique de parc: "dans nos simulations, le coût global est le même; c'est la nature des coûts qui est simplement différente". Les économies, elles, devraient se faire sur le moyen terme: "je n'attend pas d'économie à un horizon de 5 à 6 ans", commente Philippe Crassous. Le responsable souligne que le projet "n'est pas motivé par l'économie mais porté par une volonté d'être vertueux. En tant qu'acteur de la collecte des déchets, on se doit d'être exemplaire". Reste que Sepur a gagné en compétitivité et que cela lui pourrait lui permettre aujourd'hui d'améliorer son offre pour remporter des marchés auprès des collectivités.

Le programme développé est le fruit d'une collaboration entre Sepur et ses deux partenaires: Alphabet et Renault. Le constructeur a accompagné Sepur sur l'audit de ses installations et sur la conception du projet, notamment en termes d'infrastructure de recharge à mettre en place. "Nous avons, par exemple, conseillé Sepur sur le nombre de bornes à installer, sur la capillarité idéale, sur les endroits les plus adéquats à retenir et sur le type de borne (puissance) à retenir", relate Vincent Despres, directeur des ventes flottes de Renault.

"Renault s'est avéré un partenaire très proactif", souligne Alphabet, précisant que "le constructeur a aussi accompagné la démarche en organisant une formation des collaborateurs à l'écoconduite, et en mobilisant ses équipes commerciales afin d'assurer les livraisons dans les délais impartis".


Lire la suite en page deux : L'accueil dubitatif des salariés... puis l'enthousiasme