Mon compte Devenir membre Newsletters

[ITW] Bernard Fourniou (OVE): "Les immatriculations ­automobiles en France sont tirées par les ­entreprises"

Publié le par

Écologie, technologies, fiscalité... l'usage de l'automobile en entreprise s'inscrit dans un environnement en pleine mutation. Président de l'Observatoire du véhicule d'entreprise (OVE), Bernard Fourniou voit poindre les tendances qui impacteront les flottes de demain.

[ITW] Bernard Fourniou (OVE): 'Les immatriculations ­automobiles en France sont tirées par les ­entreprises'

> Le Mondial de l'automobile 2016 vient de se terminer dans un contexte plus favorable que la précédente édition. Les flottes d'entreprise suivent-elles la même dynamique de vente que le marché grand public?

Le marché des flottes d'entreprise fait mieux que suivre la dynamique du marché grand public, puisqu'il croît plus vite que lui. À fin août, il s'inscrivait en effet en progression de 11,2% (segments VP et VU réunis) contre 7% pour le marché français dans son ensemble.

Au total, selon l'OVE, ont été immatriculés en entreprises, depuis le début de l'année, 408 079 VP et VU. Depuis plusieurs mois, maintenant, les immatriculations ­automobiles en France sont tirées par les ­entreprises et non par les ménages. C'est notamment le cas sur le segment des VP, où la croissance des immatriculations s'établit à 11,9% en entreprises, contre 6% sur le marché national.

> Après avoir longtemps été monopolisé par le diesel, le marché des flottes s'ouvre à d'autres motorisations. Peut-on parler d'une ou plusieurs alternatives?

Nous assistons effectivement à des évolutions, mais il n'est pas question d'un basculement du marché. Aujourd'hui, soyons clairs, le marché des flottes reste monopolisé par le diesel. Sur huit mois, sa part de marché s'établit à 86% (VP et VU). Depuis le début de l'année, les immatriculations de véhicules diesel progressent de 9,4% (433 959 unités). Les raisons de cette hégémonie du diesel sont bien connues: une fiscalité attractive pour les gestionnaires de parcs avec la déductibilité de la TVA et une ­énergie qui convient aux gros rouleurs que sont les collaborateurs d'entreprises.

Quant à l'essence, son utilisation progresse lentement dans les parcs automobiles d'entreprise. Sa part de marché s'établissait à 10,81% fin août en VP et VU, avec 54 539 unités. Sur le seul segment des VP, cette part de marché atteignait 17,15%. On observe que les gestionnaires de parcs ont de plus en plus recours aux motorisations essence surtout pour les trajets inférieurs à 20000 km/an. J'ajoute que sur les segments économiques, ils n'ont pas d'autre choix que de rouler en essence, car l'offre diesel a disparu.

En chiffres

6 gestionnaires de parcs sur dix en France estiment que la voiture de fonction est considérée comme une récompense.

30000: c'est le kilométrage annuel moyen des véhicules d'entreprise.

Les véhicules hybrides ont une part de marché en entreprise autour de 1,91%.

>> Lire la suite en page 2.