Mon compte Devenir membre Newsletters

Enjeux RSE et nettoyage peuvent faire bon ménage !

Publié le par

Page 2 sur 3

... et sociétales ?

Malgré leur progression, les produits réputés écologiques n'en ont pas fini avec leurs détracteurs, qui les accusent d'être moins dégraissants que les produits classiques. Pour compenser, ils seraient utilisés en plus grande quantité, alourdissant la facture. "En moyenne, les prix à l'achat demeurent plus élevés. On peut, toutefois, parvenir à un même coût en contrôlant la consommation", modère Alain Alleaume, fondateur du cabinet Altaris.

Les appareils qui contribuent à optimiser l'utilisation ou l'application des produits nettoyants écologiques sont d'ailleurs dans le viseur des directeurs achats. Les distributeurs automatiques, comme les distributeurs de savon qui ont le mérite de réduire le gaspillage en diffusant la juste dose, n'ont pas fini de se répandre. Plus récentes, les centrales de dilution présentent l'avantage de remplir les flacons, les pulvérisateurs ou autres autolaveuses avec une solution diluée et répondant à un pourcentage précis. Les lavettes préimprégnées sont préconisées pour éviter les erreurs de dosage et garantir la sécurisation de l'application. Les balais de lavage avec réservoir intégré dans le manche contribuent au contrôle de la quantité d'utilisation de produit mais aussi à la diminution de la pénibilité des interventions de nettoyage.

"Ces produits représentent un coût à l'achat qui peut être rapidement amorti grâce à un gain de produit ou de productivité. Surtout, cela va dans le bon sens en termes de RSE", notifie Stéphane Salfati.

Les entreprises ne se contentent plus de bannir les produits polluants de leurs étagères. Elles vont plus loin dans leur démarche en définissant une politique RSE répondant à des critères sociétaux. "Explicités en quelques lignes il y a dix ans, les enjeux RSE peuvent aujourd'hui être décrits dans un cahier des charges spécifique, annexé au cahier des charges général", résume Stéphane Salfati. Le bien-être social et le bien-être au travail sont mieux pris en considération.

D'ordinaire plutôt programmées tôt le matin ou en soirée, les tâches de nettoyage peuvent, pour certaines, être organisées en journée pour améliorer la qualité de vie des agents. "Basculer sur des horaires en journée est une très bonne pratique en termes de visibilité et de RSE ; voyant son travail valorisé, le personnel en poste se sent plus intégré. Bien sûr, cela doit s'inscrire en conformité avec la culture de l'entreprise et son mode d'organisation", met en avant Stéphane Salfati.

Témoignage

Guillaume Hubert, dirigeant d'O'Petits Soins

"Lors du contrôle qualité, il faut être binaire et impartial"

> Comment mettre en place un contrôle qualité efficace ?

Dans le cahier des charges, détaillez avec précision vos attentes sur les cadences de nettoyage, les moyens matériels, chimiques et humains. Imposez au prestataire des autocontrôles hebdomadaires avec ses outils, des contrôles contradictoires mensuels avec une trame de suivi élaborée par vos soins et utile lors de vos contrôles en interne pour ne pas risquer de les fausser.

> Comment doit se dérouler un contrôle en interne ?

Le contrôle doit être imprévu et se dérouler aux heures de présence des agents ; ce qui permet de vérifier les heures d'arrivée/départ, la préparation des solutions, l'état du matériel et la propreté du local ménage. Vous devez en profiter pour les questionner sur les bonnes pratiques de nettoyage (les codes couleurs microfibres, par exemple), leur demander de vous expliquer les tâches du jour et de la semaine. Vérifiez que les produits sont adaptés et utilisés en quantité suffisante, que l'eau de lavage est changée régulièrement et que les équipements de protection individuelle sont bien portés... N'hésitez pas à agrémenter votre rapport de photographies, particulièrement en l'absence de témoin.

> Quels sont les pièges à éviter ?

Lors du contrôle qualité, il faut être binaire et impartial. Il est aussi nécessaire de générer, non pas du correctif, mais du préventif en communiquant régulièrement avec votre partenaire et avec les agents de propreté ; le manque de qualité n'étant pas forcément lié à l'agent lui-même mais bien souvent à son encadrement. Enfin, pour mesurer la progression, n'omettez pas de croiser votre perception d'acheteur avec celle des collaborateurs ; leurs retours pouvant venir consolider votre analyse.

Lire la suite page 3 - Un cahier des charges fonctionnel