Mon compte Devenir membre Newsletters

36% des salariés de la génération Y attend davantage de "services pour mieux concilier famille et travail"

Publié le par

36% des salariés de la génération Y attend davantage de services pour mieux concilier famille et travail avant des services personnels ou statutaires. Des attentes dont les entreprises sont de plus en plus conscientes.

36% des salariés de la génération Y attend davantage de 'services pour mieux concilier famille et travail'

63 % des dirigeants et DRH jugent qu'il est de plus en plus difficile de fidéliser les salariés de la génération Y. Or, ces jeunes générations sont en attente davantage de "services pour mieux concilier famille et travail (36%)", avant des "services personnels" (31%) ou les "avantages statutaires" (29%) comme une voiture de fonction. Ces nouvelles priorités pour les salariés deviennent des nouveaux enjeux RH d'attractivité pour les entreprises.

La preuve en est : 36% des dirigeants et DRH convaincus de l'importance de l'articulation famille-travail pour les années à venir mettent en avant la nécessité de "fidéliser les salariés", au même titre que l'amélioration de la performance de l'entreprise. C'est ce qui ressort d'un sondage Viavoice "Famille et entreprise"* réalisé pour le compte de la Maison Bleue, spécialiste des crèches en entreprise.

Les problèmes de garde d'enfant impactent l'entreprise pour 40% des sondés

A y regarder de plus près, pour 40% des sondés, les problèmes de garde d'enfants ont des incidences sur le fonctionnement de l'entreprise.

Une des solutions? Mettre en place des crèches d'entreprise. A en croire les sondés, la mise en place d'une crèche d'entreprise a pour premier impact la réduction du stress au travail (48%), suivi de la fidélisation des collaborateurs (46%) au même titre que leur motivation (41%). Notons que "favoriser l'égalité hommes-femmes" est cité en 4e position à 37%.

Mais des freins persistent, comme l'impact budgétaire sur l'entreprise (46%), la lourdeur, la complexité de mise en place et le pilotage du projet (22%) ou encore l'instabilité fiscale en matière d'aides financières (6%).

*Interviews réalisées par téléphone du 22 juin au 4 août 2016. Échantillon de 403 dirigeants d'entreprise, DRH d'entreprises de 50 salariés et plus.


Mot clés :

La rédaction