Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune Libre] Les directeurs de l'environnement de travail doivent cultiver leur différence

Publié le par

Polyvalente et transversale, la fonction du DET n'a cessé d'évoluer ces dix dernières années. Son rôle est aujourd'hui perçu comme stratégique au sein de l'entreprise.

[Tribune Libre] Les directeurs de l'environnement de travail doivent cultiver leur différence

Devenu stratégique dans l'entreprise, le directeur de l'environnement de travail (DET) pilote et accompagne toutes les mutations économiques, sociales et environnementales de l'entreprise. Polyvalente et transversale, la fonction du DET n'a cessé d'évoluer ces dix dernières années et compte désormais 28 métiers complémentaires à son actif. Tour à tour facilitateur de la vie des salariés, gestionnaire aguerri de la deuxième ligne budgétaire de l'entreprise et référent incontournable de toutes les nouvelles réglementations sociales et environnementales, le DET est le chef d'orchestre au service de la performance de son entreprise. Désormais reconnu par tous, le DET suit une démarche ambitieuse de mobilisation des ressources et de valorisation du capital humain, en vue d'accroître la performance économique mais aussi sociétale de l'entreprise.

Le DET, au coeur de la maîtrise des coûts

Haro sur la réduction drastique des budgets, le DET occupe un rôle de gestionnaire avisé qui doit résoudre l'équation complexe d'optimisation des coûts et d'augmentation de la qualité. A ce titre, il recherche les leviers d'économies qui permettent de construire une organisation d'entreprise toujours plus flexible et agile, sans perte de repère pour les salariés. Déjà actionnée par plus de 50% des DET, la réorganisation des espaces de travail permet, par exemple, d'optimiser l'exploitation des mètres carrés occupés (un poste de travail coûte plus de 17 000 euros annuels de loyers, taxes et maintenance). Le DET occupe donc une place maîtresse dans l'organisation car il détient des indicateurs clés sur le coût de fonctionnement de l'entreprise et donc sur les économies possibles sur l'ensemble des services.

Le DET, force active du bien-être des collaborateurs

Selon l'Arseg (Association des responsables de services généraux), plus de 92% des salariés affirment que leur cadre de travail a un impact direct sur leur efficacité. Le DET cherche donc à construire l'environnement de travail le plus adéquat selon les modes de travail et les aspirations parfois contradictoires de trois générations de collaborateurs (boomers, génération X et Y). Pour favoriser créativité et performance, le DET doit constamment être à l'écoute de leurs besoins quotidiens, veiller à la gestion des risques psycho-sociaux et privilégier le bien-être au travail par, entre autres, la mise à disposition de services complémentaires (conciergerie, guichet unique de services). Cette démarche s'avère vitale en période de crise puisque, selon l'Arseg, de nombreux salariés français broient du noir : plus de 7 salariés sur 10 constatent une dégradation de leur qualité de vie au bureau depuis plus de 5 ans. Donner aux salariés les meilleurs moyens, favoriser l'ergonomie sociale et assurer un environnement de qualité, source de bien-être, sont les piliers fondamentaux de la fonction de DET pour la performance actuelle et future de l'entreprise.

Le DET, centre de gravité de la démarche RSE

A l'inverse du rôle réducteur et autrefois attribué de cost-killer, le DET est un véritable créateur de valeur au sein de l'entreprise. Valeur économique d'une part, par la mobilisation des collaborateurs autour de nouveaux modes de consommation des fournitures, des équipements et des énergies mais aussi valeur sociale, par l'ouverture de l'entreprise à la diversité générationnelle, culturelle et physique de ses collaborateurs. Enfin, au-delà des murs de l'entreprise, l'éco-responsabilité, pilier d'une démarche RSE, amène le DET à établir des relations durables avec les fournisseurs, relations indispensables à la pérennité de leurs efforts d'innovation. Un environnement de qualité pour les publics internes mais aussi externes de l'entreprise, tel pourrait être le credo du DET !

Le DET, le défricheur de nouveaux modèles économiques

Toujours dans un souci d'agilité, le DET adapte et élabore de nouvelles méthodes de travail, participant activement à la chaine de valeur de l'entreprise. Qu'il s'agisse de ré-internaliser certaines activités de services ou de co-créer de nouveaux outils avec ses fournisseurs, le DET innove en permanence. Grâce à ces nouvelles pratiques, le DET acquiert ses lettres de noblesses pour façonner l'entreprise de demain : performante et durable. Consommateur éclairé de technologies, le DET veille aux nouveaux usages et outils d'automatisation de la gestion opérationnelle de l'entreprise. Grâce à ces outils, il s'assure de l'atteinte de ses objectifs en contrôlant en temps réel ses indicateurs clés de performance mais surtout, il bénéficie d'une vision transversale de l'entreprise, lui permettant de concevoir les processus organisationnels de demain.

La vision ambitieuse que porte le DET donne du sens aux mutations des organisations en les adressant au bénéfice de tous : directions, collaborateurs, fournisseurs... Preuve en est, de plus en plus de DET prennent aujourd'hui du recul sur la financiarisation des débats et l'hégémonie du court terme et militent pour le respect des fournisseurs, la qualité des services, la valorisation du capital humain... Une nouvelle vision de l'écosystème de l'entreprise, loin d'être anodine, pour une fonction qui gère plus de 110 milliards de budget et plusd'un million d'emplois chaque année.

Mot clés : Environnement

Patrick Hett, dirigeant-fondateur de Kimoce