Mon compte Devenir membre Newsletters

(Tribune) Si les #GenMobile n'ont pas besoin de bureau, de quoi ont-ils besoin ?

Publié le par

Mobiles et connectés, les nouveaux employés - les #GenMobile - veulent un environnement flexible et collaboratif dans lequel l'appareil mobile est le seul point fixe. La technologie informatique doit être prête à assurer une bureautique sans fil répondant aux nouveaux besoins.

(Tribune) Si les #GenMobile n'ont pas besoin de bureau, de quoi ont-ils besoin ?

Le monde du travail a entamé un mouvement de transformation inexorable. La technologie modifie nos comportements professionnels à tel point que bientôt le terme de "bureau" lui-même sera devenu obsolète. À la place, se dessine peu à peu un nouveau modèle de travail, un environnement flexible et collaboratif dans lequel l'appareil mobile est le seul point fixe.

En première ligne de ce changement se trouve une nouvelle génération de travailleurs, les #GenMobile, qui placent la mobilité au coeur de leur vie professionnelle et personnelle. Ces cadres nouvelle génération s'attendent naturellement à ce que les autres travaillent et pensent comme eux, de manière créative et collaborative, mais aussi locale, flexible, et avec une grande conscience des enjeux sociaux et civiques.

Les #GenMobile sont perçus comme innovateurs et attendent la même chose de la part de leurs employeurs. Ils ignorent les horaires de bureau mais peuvent travailler partout et à toute heure, dès qu'ils peuvent se connecter au Cloud. Si les #GenMobile n'ont pas besoin de bureau, de quoi ont-ils besoin ? En collaboration avec le cabinet de conseil The Future Laboratory, nous avons identifié certaines tendances essentielles qui devraient façonner le monde du travail de demain.

La fusion du travail et des loisirs

Jusqu'à une époque récente, les espaces de travail non hiérarchiques et collaboratifs étaient l'apanage exclusif de géants de la technologie comme Google. Avec toutefois l'omniprésence des appareils mobiles, du Wi-Fi haut-débit et du cloud computing, la fusion du travail et des loisirs a complètement bouleversé la manière dont nous pensons et organisons notre journée de travail. Les entreprises adoptent des mesures d'ingénierie sociale pour créer des "coins inspiration" et des "couloirs de rencontre" car les employés n'ont plus besoin de rester accrochés à une prise ou un câble.

Les entreprises ont également observé que, plus elles parviennent à assimiler le travail à un loisir, plus leurs employés sont productifs. Adobe, par exemple, a conçu ses salles de réunion en s'inspirant de la décoration de restaurants américains. En suggérant le plaisir associé aux loisirs, les entreprises ont constaté que leur personnel travaillait encore mieux quand il échangeait des idées autour d'un bon dîner plutôt que dans une ambiance de bureau.

Un espace de travail harmonieux

Si les employés #GenMobile sont en train de devenir la norme, mêlant travail et loisir dans un même espace, alors il est naturel que les relations de travail changent aussi en conséquence. Des "foyers harmonieux" de marques comme CitizenM aux "tables ouvertes" comme chez Impact Hub avec ses discussions et ses événements, l'organisation en villages et en communautés remplace peu à peu celle des départements, services et sièges sociaux.

Nous voyons apparaître un modèle de travail centré sur l'employé dans lequel les employeurs utilisent de nouvelles pratiques favorisant la collaboration plutôt que la compétition, la productivité plutôt que le devoir de présence, et l'inventivité plutôt que la contrainte.

Pour résumer d'une manière imagée, nous sommes désormais des "collaborateurs cloud", et non plus des rouages d'une machine. Nous ne travaillons plus simplement par obligation, mais aussi par plaisir. Une partie de ce plaisir provient de l'absence de hiérarchie oppressante, et de notre nouveau rôle de "flexicadres".

Nous pouvons ainsi assurer une mission temporaire, mais avec un poste à part entière, au sein d'une équipe unie sur un pied d'égalité pour concevoir un produit, lancer une marque ou mettre sur pied une start-up, puis passer à une autre mission une fois celle-ci terminée.

Tout bouge très vite, les récompenses arrivent rapidement, et le travail ne tombe jamais dans la monotonie.

L'aube de l'Âge de l'Omniprésence

Jadis, le bureau en tant que lieu était associé de manière centrale à la production, mais c'était aux employés de faire tout le travail. Tout cela est en train de changer avec l'avènement de l'Internet des objets. Pour citer l'auteur Adam Greenfield, nous sommes à l'aube de l'Âge de l'Omniprésence, à savoir celui où tous les objets électroniques seront connectés au Web.

Déjà, les appareils prévisionnels communiquent les uns avec les autres pour fluidifier notre vie en supprimant une grande partie des aspects fastidieux qui font la mauvaise réputation du travail.

Certains se plaignent de ne jamais avoir le temps pour des activités créatives, à cause des innombrables tâches fastidieuses mais indispensables qui nous prennent tout notre temps. Mais bientôt, nos appareils connectés pourront verrouiller notre porte derrière nous, démarrer notre voiture, précommander notre boisson quand on se dirige vers le café ou encore informer nos collègues qu'on va être en retard si on est pris dans les embouteillages.

L'Internet des Objets anticipera nos objectifs et apprendra à connaître notre comportement, et créera un environnement performant dans lequel on pourra se concentrer sur le plus important, les idées.

L'économie des informations personnelles

Au coeur de toutes ces évolutions se trouvent les données. Les données sont en passe de devenir la denrée la plus convoitée au monde, et elles sont déjà activement recherchées par tous. Certaines entreprises les utilisent déjà pour préempter le comportement des consommateurs, et beaucoup d'autres collectent des données sur leurs collaborateurs, leurs clients et même leurs concurrents pour renforcer leur productivité.

Mais au lieu de disparaître, l'idée de protection de la vie privée donne naissance à de nouvelles entreprises, centrées sur le pilotage des données, qui consiste à stocker vos informations personnelles et à les tenir hors de portée des entreprises. Les données seront à nouveau sous notre contrôle, avec cette différence que nous comprendrons leur importance pour améliorer nos vies et que nous les partagerons par un choix délibéré.

Et vous, où travaillerez-vous demain ?

Le lieu de travail du futur ressemblera probablement moins à un bureau qu'à une résidence ou un parc multifonctions, où différentes marques travailleront en collaboration, alimentant mutuellement leur capacité d'innovation et leur productivité. En partageant un même espace, nous partagerons des idées, et ce partage augmentera encore la qualité des idées produites.

Les recherches menées par Aruba Networks indiquent que 14 % seulement des entreprises dans le monde ont adopté une telle approche du travail collaboratif. Mais cette transformation s'accélère, et la technologie informatique doit être prête à assurer une bureautique sans fil répondant aux besoins de ces espaces de travail harmonieux.

Cette technologie nous libèrera des contraintes physiques et restrictives des câbles, des branchements et des ordinateurs fixes, pour permettre aux entreprises de mettre en avant leurs aspects culturels, artisanaux, sociaux, en somme leur humanité.

On a craint par le passé que la technologie nous asservisse, en réalité elle est sur le point de nous libérer.


Par José Vasco, directeur régional Europe du Sud et France Aruba Networks