Mon compte Devenir membre Newsletters

Quel est l'impact de l'environnement de travail sur l'engagement des salariés?

Publié le par

Seuls 5% des français s'avouent engagés et satisfaits de leur environnement de travail, contre 13% dans le monde. Quel lien existe-t-il entre l'engagement d'un salarié et son environnement de travail? Steelcase en lien avec Ipsos publie une grande étude mondiale sur le sujet.

Quel est l'impact de l'environnement de travail sur l'engagement des salariés?

Existe-t-il un lien entre l'engagement des salariés et leur environnement de travail? Pour tenter de répondre à cette question, Steelcase, spécialiste du mobilier de bureau et de l'aménagement des espaces de travail, s'est associé à l'institut de sondage Ipsos pour réaliser une première enquête mondiale* afin de connaître le lien entre engagement et espace de travail.

1/3 des salariés dans le monde se dit désengagé

13 % des travailleurs dans le monde sont à la fois fortement engagés et très satisfaits de leur environnement (contre 5% en France). Tandis que 11 % des travailleurs dans le monde sont à la fois très insatisfaits de leurs bureaux et fortement désengagés. D'après Steelcase, une satisfaction élevée vis-à-vis de l'espace est corrélée à un fort engagement des employés. A contrario, un meilleur environnement de travail engendre-t-il un plus fort engagement de la part des salariés de l'entreprise? Le lien de cause à effet semble trop facile. Ainsi, pour Catherine Negroni, "Il n'y a pas de corrélation entre un mauvais espace de travail et le manque d'engagement des salariés. Mais si la présence d'un siège, d'une table ou d'un panneau ne vont pas changer la donne, le bâti a une influence car il est le reflet de la culture d'entreprise".

D'une façon générale, 1/3 des collaborateurs dans le monde se dit désengagé (37%). Un chiffre qui grimpe à 54% en France et qui en fait le dernier pays du classement. Un ressenti typiquement français? Pour Catherine Gall, directrice de la cellule de Recherche & Prospective "Steelcase workplaces futures" : "le désengagement des français peut s'expliquer entre autre par un manque de liberté de choix et de contrôle de l'environnement de travail, peu de diversité dans les espaces de travail (zones de détente, de concentration, d'échanges, etc...).

Pour plus de liberté de choix dans les espaces

Les employés les plus fortement engagés se trouvent généralement dans les économies émergentes tandis que les moins engagés sont ceux des marchés plus développés. "Le contexte culturel influence le niveau d'engagement. Ainsi, en Inde, très progressiste, les sondés ont tendance à choisir la meilleure réponse. Tandis que les français, comme les européens, choisissent en général la moyenne", explique Catherine Negroni , sociologue et maître de conférences.

Dans le détail, les employés fortement engagés et satisfaits ont une liberté de choix et de contrôle de leur environnement de travail. Ils ils peuvent choisir où et comment travailler, et gérer leurs besoins d'intimité pour se concentrer ou travailler en équipe sans interruption. Ainsi, dans le monde, 88% des collaborateurs fortement engagés peuvent choisir où travailler en fonction d'une tâche à accomplir.

69% de bureaux privatifs en France

En France, où les collaborateurs sont les plus désengagés, seuls 37% peuvent choisir où travailler dans l'entreprise selon la tâche à effectuer. Les employés français sont ceux qui travaillent le moins souvent à distance, la présence physique dans les murs de l'entreprise a son importance, en termes de socialisation, d'échanges entre collègues, et dans les rapports hiérarchiques. Pour preuve : 79% des collaborateurs en France n'ont jamais fait de télétravail.

Autre information révélée par l'étude : les modes de travail traditionnels restent prédominants. Ainsi, les typologies d'espaces les plus fréquentes dans les entreprises évoluent peu. En France, on trouve encore 69% de bureaux privatifs (individuels ou partagés), 24% de postes attribués en open space et seulement 12% de postes nomades, bureaux non attribués. L'émergence de nouveaux espaces de travail est-elle en adéquation avec l'entrée des nouvelles technologies dans l'entreprise? La réponse semble être non à regarder de plus près les résultats de l'enquête.

Des équipements fixes encore trop présents

Ainsi, fait étonnant, si les équipements mobiles ont été largement adoptés dans la sphère privée, les sondés déclarent que leurs entreprises leur fournissent deux fois plus d'équipements fixes que mobiles. Les salariés français disposent à 81% d'ordinateurs fixes et 89% de téléphones fixeset seulement 38% de téléphones ou ordinateurs portables, et 13% de tablettes.

Pour Steelcase, cela pourrait être le résultat d'une stratégie fondée sur les pratiques de travail traditionnelles ou refléter une certaine difficulté à suivre le rythme des évolutions technologiques. Dans tous les cas, la mobilité des employés à l'intérieur comme à l'extérieur de l'entreprise ainsi que la capacité des individus à pleinement utiliser la diversité des espaces mis à leur disposition sont limitées par les choix technologiques de l'entreprise.

Au final, cette étude indique que l'environnement peut renforcer ou entraver les actions mises en oeuvre pour augmenter l'engagement. Ainsi, il existe de réels leviers dans la façon de penser son espace de travail. Steelcase travaille sur le concept de "résilience" avec des études comme les neurosciences au service de l'entreprise.

*Etude Steelcase réalisée aupre`s de 12 480 individus dans 17 pays pendant près de 2 ans. En France, 824 participants ont répondu.