Mon compte Devenir membre Newsletters

Les entreprises et les administrations françaises, obligées de trier leurs déchets

Publié le par

Depuis le 1er juillet, les entreprises et les administrations ont donc l'obligation de trier leurs déchets. Sous peu, le champ d'application de cette obligation sera étendu. Un contrainte qui si elle est bien gérée pourra être source d'économie, et d'influence pour les décideurs achats.

Les entreprises et les administrations françaises, obligées de trier leurs déchets

Le 1er juillet 2016, a été marqué par l'entrée en vigueur de nouvelles missions pour les entreprises et les administrations : elles ont désormais l'obligation de trier leurs déchets.

Dans les détails, cela concerne d'une part les entreprises produisant plus de 1.100 litres de déchets par semaine qui ont recours au service assuré par les collectivités territoriales, et les producteurs et détenteurs de déchets de papier, de métal, de plastique, de verre et de bois qui n'ont pas recours au service assuré par les collectivités territoriales.

Et d'autre part, les administrations publiques de l'Etat et établissements publics de l'Etat (dans leurs implantations regroupant plus de 20 personnes) et les sites des entreprises regroupant plus de 100 personnes, qui ont pour obligation de trier leurs déchets de papiers de bureau : imprimés papier, livres, publications de presse, articles de papèterie façonnés, enveloppes et pochettes postales et papiers à usage graphique.

Jusqu'à présent les entreprises et les administrations n'avaient qu'une obligation de gérer leurs déchets, c'est à dire de confier leur enlèvement à un prestataire, sans les trier au préalable, et sans s'occuper de ce qu'ils allaient devenir. Pour faire simple, elles devaient juste prendre garde à ne pas les jeter sur le trottoir ou dans une rivière. Si bien qu'aujourd'hui peu d'entre elles savent si leurs déchets seront ensuite recyclés, ou simplement incinérés, voire enfouis. Or, alors que la solution du recyclage est une valorisation de la matière première car elle est remise sur le marché, les deux autres sont une perte sèche.

C'est pourquoi sous peu, le champ d'application de cette obligation sera étendu. "A partir de 2017 les pouvoirs publics demanderont à toutes les entreprises et administrations de séparer tous leurs déchets recyclables de ceux qui ne le sont pas", prévient Arnaud Humbert-Droz, directeur général de Valdelia, éco-organisme à but non lucratif qui collecte gratuitement les mobiliers d'entreprise en fin de vie, et leur donne une seconde vie.

Lire la suite en page 2: Un enjeu stratégique à la portée des décideurs achats