Mon compte Devenir membre Newsletters

Et si vous optiez pour un parc d'imprimantes recyclées ?

Publié le par

"Si l'on intègre l'ensemble des coûts, c'est-à-dire l'achat de l'imprimante mais aussi l'utilisation de consommables compatibles, notre solution revient globalement 50 % moins cher", affirme Cyril Berthier. Quant au SAV, il est géré en direct et accessible en permanence par Internet.

Et si vous optiez pour un parc d'imprimantes recyclées ?

"En France, il n'y a quasiment pas d'imprimantes reconditionnées. Elles représentent moins de 1 % du marché. Les machines déclassées par les entreprises sont détruites ou expédiées à l'étranger", indique Cyril Berthier, gérant de LM Eco Production. Lui a choisi de se positionner sur ce créneau pour se développer.

Sollicité, il y a deux ans, par une grande entreprise qui souhaitait céder un parc d'un millier d'imprimantes, Cyril Berthier a mûri son projet, avant de le concrétiser en mars 2014 : LM Eco Production est né en région lyonnaise, pour lancer une solution baptisée Eco Imprimante. Laquelle s'appuie sur Lama France, l'un des trois premiers acteurs français de consommables d'impressions compatibles, qui fait partie du même groupe que LM Eco Production.

Cyril Berthier est persuadé que le potentiel est énorme, "si l'imprimante reconditionnée vient à se démocratiser comme cela pu être le cas pour d'autres produits, comme le téléphone portable ou la cartouche d'encre, qui représentent environ 15% des ventes de leurs marchés respectifs". "Certes, il nous faudra de longues années pour atteindre cette barre fatidique des 15 %, mais il se vend tous les ans près de 900 000 imprimantes laser en France et nous pouvons certainement capter 2 à 4 % de ce marché dans les années qui viennent."

Des économies en termes d'achat et de coût d'utilisation

Au-delà de sa dimension écoresponsable, la stratégie commerciale d'Eco Imprimante repose sur un positionnement tarifaire agressif. "Non seulement au niveau du prix d'achat, avec une gamme qui commence à partir de 69€ (TTC) et un différentiel de prix de l'ordre de - 20 à - 70 % par rapport à un produit neuf, mais surtout en termes de coût d'utilisation. Si l'on intègre l'ensemble des coûts, c'est-à-dire l'achat de l'imprimante mais aussi l'utilisation de consommables compatibles, notre solution revient globalement 50 % moins cher", affirme Cyril Berthier. Quant au SAV, il est géré en direct et accessible en permanence par Internet.

Eco Imprimante, qui cible principalement les PME et les petites administrations, pour l'heure, veut s'attaquer au marché des grandes entreprises.

Pour assurer la distribution de ses produits, Eco Imprimante a choisi de commercialiser par le biais de trois canaux de distribution dont les sites internet spécialisés dans les produits de bureautique, d'informatique et d'encre et les revendeurs de solutions d'impressions.

Un process de sélection et de reconditionnement "rigoureux"

Le process de reprise et de mise aux normes des imprimantes vendues sous la marque Eco Imprimante "est parfaitement calibré", explique Cyril Berthier. Un technicien commence par faire un diagnostic de chaque machine récupérée. "Nous ne reconditionnons pas toutes les imprimantes qui entrent dans la cible que nous avons déterminée au départ", commente-t-il. "En fait, nous ne prenons que celles dont les pièces maîtresses ont encore au moins la moitié de la durée de vie prévue par le constructeur à l'origine. Les autres sont conservées pour les pièces détachées."

Cette première phase achevée, le technicien réalise un nettoyage approfondi, change les pièces d'usure et installe un toner neuf. "Dans la plupart des cas nous mettons un toner XL, alors que certaines imprimantes neuves sont vendues avec un toner de démarrage, dont la capacité est beaucoup plus faible", souligne-t-il. Enfin, pour terminer les opérations de reconditionnement, les imprimantes sont emballées dans un packaging sur-mesure, labellisé Eco Imprimante, afin que le revendeur propose un produit en tout point semblable à une imprimante neuve.