Mon compte Devenir membre Newsletters

40 établissements publics de santé créent un Groupement pour massifier leurs achats

Publié le par

A la tête de ce groupement de coopération sanitaire, Pierre-Jean Domenges est chargé de multiplier les procédures d'achats entre les établissements de santé de la région, mais également de développer les coopérations logistiques.

40 établissements publics de santé créent un Groupement pour massifier leurs achats

Après plusieurs années basées sur un fonctionnement informel, le RESAH-LR - réseau régional ayant pour objectif la mutualisation des achats et la promotion de coopérations logistiques - s'est doté d'une personnalité morale en adoptant le statut de "Groupement de Coopération Sanitaire" (GCS). C'est Pierre-Jean Domenges, précédemment directeur des achats et des approvisionnements du CHRU de Montpellier, qui été élu directeur-administrateur du GCS RESAH-LR. Une nomination qui "s'inscrit dans la continuité du travail entamé depuis plusieurs années", a commenté Philippe Péridont, directeur du CH de Bagnols-sur-Cèze et président du GCS. Pierre-Jean Domenges est chargé de multiplier les procédures d'achats entre les établissements de santé de la région, mais également de développer les coopérations logistiques.

Cette démarche a reçu l'appui marqué de l'Agence régionale de santé, qui s'est réjoui "des orientations prises et des résultats obtenus par les établissements de la Région dans le cadre du programme "PHARE" (programme national d'optimisation des achats hospitaliers)."

Le GCS repose sur un portage des consultations par ses adhérents

Le président et le directeur, représentants officiels du Groupement, peuvent s'appuyer dans leur démarche sur l'apport d'un comité de direction (CODIR) représentatif des types d'établissements (CHU, CH, EHPAD) et des corps qui composent l'achat (directeurs d'établissements, directeurs achats, pharmaciens, etc.), d'un mi-temps pharmacien et d'un coordonnateur régional.

Le GCS repose sur un portage des consultations par ses adhérents qui, de facto, gagnent en spécialisation. Jusqu'à présent, les différentes procédures mutualisées ont permis de générer plusieurs millions d'euros de gains sur achat. Parmi ces mutualisations, le marché des spécialités pharmaceutiques avec autorisation de mise sur le marché devrait générer plus d'1 million d'euros de gains sur achats pour les établissements hospitaliers du Languedoc Roussillon.