Crédit Agricole BCI évoque son expérience "Cloud" au salon TechDays

Publié par le
Au micro, Sylvain Desgoutte.
Au micro, Sylvain Desgoutte.

Crédit Agricole CIB a fait part de son expérience cloud computing lors des Techdays organisé par son prestataire de solution, Microsoft. Seul client invité à avoir fait appel à son service achats.

  • Imprimer

À l’occasion du salon Techdays qui s’est tenu cette semaine au Palais des Congrès, le groupe Microsoft a réuni quatre décideurs informatiques, client des solutions cloud computing du géant américain. Parmi eux, Crédit Agricole CIB a fait part de leur expérience quant au déploiement de son environnement "cloud". La banque d’investissement du CA est la seule à faire appel à son service achats pour la modélisation économique du process. Le contexte ? « Nous avons mis en place un "cloud" privé avec un périmètre de 10 000 serveurs en volume annuel et un workflow de 1 000 à 2 000 serveurs provisionnels pour les 50 à 70 projets à gérer en permanence », explique Sylvain Desgoutte, responsable informatique de production au Crédit Agricole CIB. Pour la sélection de l’offre, le responsable des services information s’est donc concentrer sur trois critères d’exigence : améliorer la livraison du service, optimiser l’utilisation des serveurs hébergés dans les data center et accéder à une très haute capacité de disponibilité. « Nous avons même examiné l’exécution d’un plan de secours, permettant de basculer les données de nos machines virtuelles d’un data center à un autre. » 

Pourtant adepte de la solution VMware, la banque d’investissement CIB a choisi d’adopter l’Hyper-V de Microsoft. CA CIB s’est d’ores et déjà doté de 500 machines virtuelles pour faciliter l’accès à l’environnement "cloud" et permettre aux utilisateurs de bénéficier d’un portail disponible depuis n’importe quel poste de travail. « La méthodologie a donc été de mettre en œuvre une première brique d’infrastructure, avec une compilation de plusieurs niveaux dont le réseau puis le stockage et enfin les processus d’application. » Les acheteurs dans tout ça ? Pour élaborer le modèle de pricing soumis aux clients internes de la banque d’investissement, Sylvain Desgoutte a fait appel au service achats afin de déterminer un coût d’initié, refacturé aux entités utilisatrices des solutions "cloud". On peut alors espérer que ce recours exemplaire aux acheteurs inspire d’autres DSI  tourné vers le "cloud"...

Sur le même sujet

Cybersécurité prescriptive pour l'Etat de Virginie
IT / Digital
Cybersécurité prescriptive pour l'Etat de Virginie

Cybersécurité prescriptive pour l'Etat de Virginie

Par la rédaction

Atos, spécialiste de la transformation digitale, décroche un contrat pluriannuel avec l'agence informatique de l'Etat de Virginie de fournitures [...]

Le big data au service des due-diligences
IT / Digital
Le big data au service des due-diligences
Sikov - Fotolia

Le big data au service des due-diligences

Par Camille George

Pour répondre aux exigences de la loi Sapin II en matière de suivi fournisseur et de gestion des risques, il apparaît désormais nécessaire d'automatiser [...]

Les 10 points à aborder lors d’une démo d’un SI Achats
IT / Digital
Determine
Les 10 points à aborder lors d’une démo d’un SI Achats

Les 10 points à aborder lors d’une démo d’un SI Achats

Par Determine via Marketme

Participer à une démo d’un SI Achats peut s’avérer particulièrement éprouvant pour un professionnel des achats. Cet outil est clef pour notre [...]

Michelin automatise ses activités de sourcing à l'international
IT / Digital
Michelin automatise ses activités de sourcing à l'international
Fenton - Fotolia

Michelin automatise ses activités de sourcing à l'international

Par la rédaction

Présent dans 55 pays, Michelin a choisi d'unifier ses processus de sourcing au niveau groupe pour gagner en efficacité opérationnelle et favoriser [...]

La rédaction vous recommande