En ce moment En ce moment

Recours au secteur adapté: la co-traitance est-elle l'eldorado?

Publié par le | Mis à jour le
Recours au secteur adapté: la co-traitance est-elle l'eldorado?

Quel est l'intérêt de la co-traitance pour le donneur d'ordre qui veut travailler avec le STPA? Comment contractualiser? Quel intérêt pour le fournisseur de rang 1? Témoignage d'un quatuor très engagé sur ce sujet au sein des équipes BNP Paribas.

  • Imprimer

Au cours du Salon du Handicap et des Achats Responsables qui s'est tenu à Paris en cette fin mai, nombre d'acteurs sont venus promouvoir la co-traitance comme LE moyen de développer les achats avec les entreprises du secteur du travail adapté et protégé (STPA), pilier, ou "composante- clef d'une bonne politique RSE".

Ce fut notamment le cas de BNP Paribas, représentée par Véronique Cassou, référente handicap à la direction des achats de BNP Paribas ; Delphine Grespinet, Global lead buyer; Fabrice Belaïch, juriste, et Laurent Devigne, pour le compte du sourcing informatique du groupe BNP Paribas, réunis sur un atelier "co-traitance". Tous les quatre sont venus expliquer comment ils travaillent de façon complémentaire, ou conjointement, à développer les achats avec le STPA : "un parcours semé d'embûches", comme l'a souligné Véronique Cassou,"mais nous trouvons des solutions, et notamment la co-traitance".

Car tous les acteurs sont encore unanimes sur le fait que beaucoup d'acheteurs et de prescripteurs ont des appréhensions à choisir des fournisseurs STPA. Au chapitre des freins, on trouve toujours la sempiternelle crainte d'une qualité moindre de service, comme l'a rappelé Laurent Devigne. Dans ce contexte, l'avantage de la co-traitance est notamment que, dans le cadre des appels d'offre, ce sont les soumissionnaires qui répondent en partenariat avec des EA ou ESAT, accompagnés dans leur démarche par le donneur d'ordre si besoin. "Au niveau des prescripteurs et des opérationnels de l'informatique, notamment, les ESN (entreprise de services du numérique) issues du STPA ne sont pas encore assez connues. Or il y en a de plus en plus sur ce créneau", a souligné Laurent Devigne. "Presque toutes les EA ou ESAT avec lesquelles nous avons un contrat de sous-traitance ont été amenées par nos fournisseurs. Nous avons une question spécifique dans nos appels d'offres qui interroge sur la capacité des soumissionnaires à proposer une offre en co-traitance / Groupement momentané d'entreprises (GME) avec une EA et/ou un ESAT. Et c'est ainsi qu'elles viennent à nous."

"La moyenne des prix est la même que celle des entreprises classiques "

Autre frein pour nombre d'acheteurs et prescripteurs, selon Laurent Devigne: la crainte d'un coût supérieur de la prestation délivrée par une EA ou un ESAT. "Or le coût moyen est le même que pour des entreprises classiques", a-t-il spécifié, "pour des prestations de même qualité, voire mieux certaines fois pour le cas des entreprises dans le domaine de l'IT qui fournissent des prestations d'exception (profils autistes asperger par exemple)".

Communiquer. Communiquer. Et encore communiquer pour expliquer, prouver et rassurer. Tel est le secret pour parvenir à lever les freins, a insisté Véronique Cassou. "On les traite les uns après les autres", a abondé Delphine Grespinet, qui investit dans la communication en interne pour faire évoluer les mentalités. "A chaque référencement d'une entreprise du STPA, nous fournissons un pack de déploiement aux acheteurs et aux équipes de sourcing qui explique, entre autres éléments, que la moyenne des prix est la même que celle des entreprises classiques, que la qualité des prestations est au rendez vous, etc." La communication porte aussi auprès des fournisseurs qu'il faut convaincre d'adopter la co-traitance. "Nous communiquons auprès de nos fournisseurs sur les entreprises du STPA que nous avons référencées et leur donnons des contacts."

"Nos partenaires stratégiques, ESN, PME et ETI sont entrés dans cette mécanique", a relaté Delphine Grespinet. "Nous avons mis en place un comité de suivi au sein duquel se trouvent les responsables RSE des différentes entités, et nous suivons tous les achats réalisés auprès du STPA. Voire anticipons les projets pour mieux intégrer le STPA. Ce comité permet aussi de débloquer des situations..."


Lire la suite en page 2 : Quel intérêt pour le fournisseur classique ? et Comment contractualiser ?


no pic

Aude Guesnon

Rédactrice en chef de décision-achats.fr et de Décision Achats

Après avoir exercé plus de dix ans en tant que réactrice en presse quotidienne, j’ai voulu découvrir un autre pan du métier : je suis devenue secrétaire [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Ecosystème

Par Estelle Bouquet et Benjamin Bouffard, Gras Savoye Willis Towers Watson France

Au-delà  des catastrophes naturelles, les entreprises sont exposées à de multiples risques. Notamment la conformité de leurs partenaires. L'autre [...]