En ce moment En ce moment

Délais de paiement : les cultures et les process doivent encore évoluer!

Publié par le | Mis à jour le
Délais de paiement : les cultures et les process doivent encore évoluer!

Quelles évolutions dans les pratiques en matière de paiement fournisseur et surtout quelles actions mener pour progresser sur ce sujet sensible? Tel fut le thème des 4e Assises des délais de paiement qui se sont tenues lundi dernier à Bercy.

  • Imprimer

Les retards de paiement se réduisent. "Au deuxième trimestre 2017 la France est passée sous la barre des 11 jours de retard contre 13.3 jours en 2015. L'évolution est donc lente mais réelle", a annoncé Thierry Million, directeur des études Altares lors de la 4e édition des Assises des délais de paiement qui se sont tenues lundi dernier au sein même du ministère de l'Économie et des Finances. Pourtant un tiers des défaillances d'entreprises est toujours causé par des défauts de paiement. Et si 43.4% des entreprises françaises paient leurs fournisseurs à l'heure ce qui est un chiffre plutôt positif, encore 15% les paient avec plus de 30 jours de retard. "Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, estime Jean-Hervé Lorenzi, président du pôle Finance et Innovation et du Cercle des Économistes. Il existe encore trop de mauvais payeurs et pour de mauvaises raisons, notamment au sein des grands groupes!"

Une priorité politique?

Il n'y aurait donc pas encore de prise de conscience des plus gros acteurs économiques quant à l'importance du respect des délais de paiement. "Il faut bien savoir que pour ces grandes entreprises internationales, le marché français ne représente que 10, 15 parfois 20% du volume facture", souligne Jeanne-Marie Prost, présidente de l'Observatoire des délais de paiement, qui prône l'intérêt d'avoir une norme internationale ISO sur les délais de paiement.

Pour Jean-Hervé Lorenzi les délais de paiement ne sont tout simplement pas encore suffisamment portés par les politiques économiques : "Il y a des initiatives positives. Dans les travaux menés on commence à intégrer les délais de paiement dans les réflexions macro économiques mais le sujet n'est pas encore sur le haut du panier. Tant que les délais de paiement ne seront pas une priorité absolue portée par le gouvernement au même titre que l'assurance maladie on n'y arrivera pas!" Et pourtant le crédit inter-entreprise français représente 635 milliards d'euros (source FIGEC) qui ne sont donc pas réinjectés dans l'économie. Un chiffre vertigineux. Un argument de poids.

Lire la suite page 2 - L'impact sur le BFR


La rédaction vous recommande

Par AirPlus

Avec la multiplication des deplacements professionnels la gestion des depenses devient un reel enjeu pour les entreprises Vous cherchez une [...]

Sur le même sujet