En ce moment En ce moment

Norme WLTP, télématique, plan mobilité : à quoi pensent les fleet managers en 2018?

Publié par le - mis à jour à
Norme WLTP, télématique, plan mobilité : à quoi pensent les fleet managers en 2018?
© Elnur Amikishiyev

Plan de mobilité, solutions alternatives qui tendent à se développer, télématique, norme WLTP... A quoi pensent les gestionnaires de parc automobile en 2018? Réponses avec le baromètre 2018 de l'Observatoire du véhicule d'entreprise (OVE).

  • Imprimer

A l'heure des grandes préoccupations écologiques, 26% des grandes entreprises françaises et 35% des très grandes entreprises françaises se disent confiantes vis-à-vis du potentiel de croissance de leur flotte automobile. Un chiffre plus élevé en moyenne que pour ses voisins européens. Tel est le premier constat du Baromètre 2018 de l'Observatoire du véhicule d'entreprise (OVE)*.

Des solutions alternatives qui ne remplaceront pas les parcs automobiles

Côté mobilité, les grandes et très grandes entreprises ont largement intégré les solutions de mobilité alternatives comme le covoiturage (25% des grandes entreprises françaises et 42% des très grandes entreprises françaises) ou l'autopartage (36% des grandes entreprises françaises et 42% des très grandes entreprises françaises). Dans les faits, le sujet est pris à bras le corps par les grandes entreprises françaises puisqu'elles sont 54% à avoir déjà recours à une de ces alternatives contre 72% pour les très grandes entreprises. Des chiffres légèrement supérieurs à la moyenne européenne (respectivement 43% et 57%).

Et bonne nouvelle, dans les 3 ans à venir, toutes les tailles d'entreprises envisagent d'intégrer dans leurs flottes des énergie alternatives comme les hybrides (30%) et les véhicules électriques (26%).

Néanmoins, ces solutions ne remplaceront pas à terme les flottes d'entreprises ni ne le feront diminuer. Ainsi, seulement 15% des grandes entreprises françaises et 33% des très grandes entreprises françaises se déclarent prêtes à abandonner tout ou une partie de leur parc contre une de ces solutions de mobilité (autopartage, covoiturage ou crédit mobilité). A noter que ces taux sont cependant plus élevés que la moyenne européenne : 13% pour les grandes entreprises et 22% pour les très grandes entreprises.

Mais la question des alternatives au véhicule d'entreprise en propre se pose à l'heure du recrutement des Millenials. Comment attirer les nouveaux talents? Sont cités en premier lieu le covoiturage (à 70%), puis l'autopartage (65%), le crédit mobilité (45%) ou encore le vélo partagé (à 25%).

Seules 14% des grandes et très grandes entreprises ont mis en place un plan de mobilité

"Les gestionnaires de flotte ont réfléchi à l'optimisation des coûts puis au TCO et ils se penchent aujourd'hui sur la question de la mobilité", explique François Piot, président de l'OVE. Autre sujet de taille, la mise en place du plan de mobilité (PDM), anciennement plan de déplacement d'entreprise (PDE) rendu obligatoire depuis début 2018. En janvier, seules 9% des grandes entreprises (100 à 999 salariés) et 22% des très grandes entreprises (1000 salariés et plus) avaient mis en place ce PDM. D'après le baromètre de l'OVE, seules 23% des grandes entreprises françaises ont mis en place un crédit mobilité tout comme 20% des très grandes entreprises de l'Hexagone.

Sur les 14% des grandes et très grandes entreprises françaises ayant mis en place un PDM; 85% ont opté pour le covoiturage, 65% pour le télétravail ("une surprise" pour le président de l'OVE), 60% pour l'autopartage et 55% pour des bureaux partagés. L'abonnement aux transports en commun entièrement pris en charge par l'entreprise arrivant en dernière position (15%). Le cadre législatif devenant plus contraignant (impossibilité de participer à des appels d'offres publics pour les entreprises au-dessus d'une certaine taille), la part des entreprises proposant des solutions de covoiturage et d'autopartage va "mécaniquement augmenter", estime l'OVE.

La LLD demeure le principal mode de financement

La LLD ou location longue durée comme principale mode de financement demeure toujours l'apanage des grandes entreprises (à 60%) et très grandes entreprises (71%). Cependant, la LLD connaît une légère baisse pour les très grandes entreprises (passant de 78% en 2015 à 71% en 2018). Pour l'OVE, cette légère baisse s'explique par le développement des offres de fleet management combiné à un renforcement de l'autofinancement (qui passe de 15% en 2014 à 19% en 2018).

La durée de détention des véhicules d'entreprises est mécaniquement liée à la part des entreprises ayant choisi la LLD. Ainsi, plus le recours à la LLD est important, plus la durée de détention des véhicules est courte. En France, où la LLD est très développée au sein des grandes et très grandes entreprises, la durée de détention moyenne est de 3,7 et 3,6 années sur les grandes et très grandes entreprises. Une durée beaucoup plus faible que pour les entreprises européennes de même taille ( 5,4 et 5 années).

Lire la suite en page 2 : Les tests WLTP font leur entrée dans l'élaboration des var policies des entreprises




Marie-Amélie Fenoll

Marie-Amélie Fenoll

Journaliste

Journaliste depuis près de 6 ans, j’ai rejoint l’univers des achats et de la presse professionnelle en 2010. Un nouveau monde s’est ouvert à moi sur le [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Par AirPlus

Avec la multiplication des deplacements professionnels la gestion des depenses devient un reel enjeu pour les entreprises Vous cherchez une [...]

Sur le même sujet

Fleet

Par Jean-Philippe Arrouet

Confrontés à une dégradation de la rentabilité des contrats flottes, les assureurs pourraient se montrer moins ouverts à la négociation lors [...]

Fleet

Par Stéphanie Marius

Le constructeur Volkswagen devrait débourser 3,5 milliards d'euros dans les sept ans à venir, affectés à deux pôles majeurs: une plateforme [...]