En ce moment En ce moment

Réduire votre TCO en investissant sur la sécurité routière

Publié par le - mis à jour à
Réduire votre TCO en investissant sur la sécurité routière

"Les entreprises doivent évaluer et comprendre le risque routier et y remédier. Si vous êtes un cost killer, c'est un bon investissement car investir sur la prudence bénéficie aux salariés, à tous les usagers de la route et à l'entreprise."

  • Imprimer

Petit 1 - La route est la première cause de mortalité au travail et la première cause d'accident: 5 à 6 millions de journées de travail sont ainsi perdues à cause d'accidents. "Les entreprises doivent évaluer et comprendre le risque routier et y remédier. Si vous êtes un cost killer, c'est un bon investissement car investir sur la prudence bénéficie aux salariés, à tous les usagers de la route et à l'entreprise. C'est de la RSE". Petit 2 - Faire respecter les règles est un devoir de l'entreprise dont les dirigeants se doivent, pour entraîner tous les collaborateurs sur cette voie vertueuse, d'être exemplaires en la matière.

Voilà, en substance le message délivré par Emmanuelle Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, qui est intervenu, à la mi-mars, sur les Rencontres Fleet de Décision Achats. Et qu'on ne s'y trompe pas: "le code de la route est un bon indicateur de la façon qu'a le collaborateur, en général, d'adhérer aux process et au règlement. Quelqu'un qui ne respecte pas les règles de la route ne respecte pas les règles en général."

Coûts liés au comportement au volant : 40% du TCO

L'entreprise a tout intérêt à investir dans la sécurité routière pour préserver la capacité de travail de ses collaborateurs, bien évidemment, mais aussi pour diminuer son TCO. Delphine Janicot, directrice générale de Mobigreen, a expliqué que 40% du TCO serait lié au comportement routier. "La sécurité routière a un coût. Il y a quelques années, nous avons mené une étude sur le TCO et étudié le vrai coût de la (mauvaise) conduite. Dans le TCO, il y a les coûts fixes et les coûts liés au comportement au volant que l'on a estimé à 40% du coût global. On parle là de carburant, d'assurances et d'entretien. Il y a 10 ans, le coût moyen de rendu du véhicule était de 800 euros. Aujourd'hui il est de 1400 euros et de 1800 sur les VU". Pour aider à limiter les coûts de maintenance et de sinistralité, elle prône notamment l'usage de la télématique. "Avec nos clients, nous bâtissons des programmes d'actions de formation et de mise en place d'outils de pilotage dont la télématique. On est sur une notion de maintenance, avec des systèmes d'alerte sur des points de maintenance et sur la collecte d'indicateurs de conduite qui permettent d'être dans un mode prédictif. Il faut être en amont de l'accident pour l'éviter".

Lire la suite en page 2: La valeur de l'engagement


no pic

Aude Guesnon

Rédactrice en chef de décision-achats.fr et de Décision Achats

Après avoir exercé plus de dix ans en tant que réactrice en presse quotidienne, j’ai voulu découvrir un autre pan du métier : je suis devenue secrétaire [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Par AirPlus

Avec la multiplication des deplacements professionnels la gestion des depenses devient un reel enjeu pour les entreprises Vous cherchez une [...]

Sur le même sujet

Fleet

Par Jean-Philippe Arrouet

Confrontés à une dégradation de la rentabilité des contrats flottes, les assureurs pourraient se montrer moins ouverts à la négociation lors [...]

Fleet

Par Stéphanie Marius

Le constructeur Volkswagen devrait débourser 3,5 milliards d'euros dans les sept ans à venir, affectés à deux pôles majeurs: une plateforme [...]