Mon compte Devenir membre Newsletters

Infographie Le phénomène de l'ubérisation crée plus d'emplois qu'il n'en détruit

Publié le par

L'arrivée de l'économie collaborative créerait plus d'emplois qu'elle n'en détruit, selon une étude chiffrée de la Coface en se basant sur les célèbres exemples d'Uber et de Airbnb. Des chiffres illustrées en images mais qui restent à relativiser avec la précarité de de ces nouveaux emplois.

La France est un des leaders de l'économie collaborative en Europe, avec plus de 50 entreprises dans ce domaine. Cependant quelles sont les conséquences de celle-ci sur l'économie française? En se basant sur les exemples d'Uber et Airbnb, la Coface décrypte en images les effets supposés réels de l'économie collaborative.

Les défaillances de taxis sont largement compensées par les créations de VTC en région parisienne

Les défaillances de taxis ont augmenté en France de près de 60% en un an, passant de 141 cas à fin août 2015 à 224 cas à fin août 2016 et en détruisant en moyenne 3,38 emplois. En Ile-de-France, les défaillances de taxis ont augmenté de 135% entre 2013 et 2016 et représentent 1/4 de l'ensemble des défaillances du secteur en France. En parallèle, on assiste à une accélération des créations de VTC, multipliées par 7 depuis 2013, pour atteindre 14 404 entrepreneurs sur un an à fin août 2016 et 12 964 emplois créés. La région parisienne connaît la plus forte progression de ces créations (multipliées par 9,5) et concentre 78% du total des créations de VTC en France en août 2016.

En comparant les défaillances de taxis d'une part et les créations de VTC de l'autre, les données démontrent que l'arrivée de nouveaux VTC sur le marché couvre largement les défaillances, et ce, même après 3 ans, âge critique pour une entreprise. Plus de 12000 emplois ont ainsi été créés en France entre septembre 2015 et août 2016.

A Paris, l'hôtellerie traditionnelle réagit moins brutalement à l'arrivée d'Airbnb jusqu'aux attentats

Malgré l'arrivée d'Airbnb sur le marché de la capitale en 2012, les défaillances dans le secteur de l'hôtellerie ont fortement diminué, de -58%, entre 2012 et 2014. Et cela même si le nombre de chambres disponibles via Airbnb a été multiplié par plus de 8. L'offre hôtelière parisienne étant insuffisante, cela n'a fait que combler un vide.

La dynamique tend cependant à s'inverser en 2015 et marque une rupture : les défaillances des hôteliers parisiens connaissent une hausse brutale de 117%. Les attentats terroristes à Paris de début et fin d'année ont plombé la fréquentation hôtelière parisienne qui a diminué d'environ 5 points (entre juin 2015 et juin 2016) alors que le trafic aérien a augmenté de 3% sur la même période. Airbnb a certainement capté une partie de ce changement, les chambres disponibles doublant en un an, pour dépasser 55000 à fin août 2016.

Pour contrer cette pression le gouvernement prévoit d'encadrer de manière plus stricte le fonctionnement des plateformes : taxation des revenus complémentaires pour les loueurs, limitation du nombre de jours loués pour la résidence principale ou bien harmonisation des conditions d'accès aux statuts VTC et taxis. Cependant, dans le cas d'une baisse du nombre de VTC de 20%, environ 2600 emplois seraient détruits en France