Mon compte Devenir membre Newsletters

Stress, surcharge de travail, manque de reconnaissance, etc.: le blues de vos collaborateurs

Publié le par

Une étude Deloitte et Cadremploi montre que les salariés, en général, jugent leur qualité de vie au travail comme plutôt médiocre. Ils se plaignent aussi d'un manque de reconnaissance: 70% des salariés ne se sentent pas reconnus à leur juste valeur.

Stress, surcharge de travail, manque de reconnaissance, etc.: le blues de vos collaborateurs

Les salariés jugent la qualité de vie au travail plutôt moyenne selon une enquête* réalisée par Deloitte et Cadremploi. Ils lui donnent une note de 4,8/10, "signe d'un contexte économique morose et d'une érosion significative du climat social et de la qualité de vie au travail", selon Deloitte. Les salariés attribuent une note de 7/10 à leur niveau de stress. Pour 57 % d'entre eux, la surcharge de travail (urgence, délais, échéances...) représente la source principale de ce stress. Le déséquilibre entre objectifs attendus et moyens consentis (42%), l'absence de reconnaissance et de solidarité des managers et des collègues (32%). Un manque de repères dû à l'imprécision des responsabilités et des rôles de chacun (31%), favorise aussi le stress.

Un levier principal : la reconnaissance

Autre constat alarmant, 70% des salariés ne se sentent pas reconnus à leur juste valeur. Un sentiment unanime, sexe, âge et niveau de responsabilité confondus. Ce manque de reconnaissance est partagé par les hommes et par les femmes (68% et 71%). Fortement plébiscitée, la reconnaissance du travail représente le principal levier d'influence sur la qualité de vie au travail (76%). Pour beaucoup de vos salariés, elle symbolise l'épanouissement professionnel, avant le contenu du travail (47%), le mode de management (46%) ou encore l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle (46%). "Il est indispensable d'actionner les bons leviers pour attirer les cadres et les garder motivés. La reconnaissance y contribue largement, car le succès d'une entreprise passe aussi par le bien-être de ses collaborateurs. Un salarié heureux apporte en effet des solutions", explique Julien Breuilh, responsable études au sein de Cadremploi.

Face à ce panorama plutôt mitigé, un aspect positif ressort. La motivation des managers, avec une note de 5,7/10 contre 4,9/10 pour les "non managers". L'objectif est donc de maintenir ce niveau de motivation.

L'étude en quelques points

Sur une échelle de 1 à 10, les salariés donnent une note moyenne de 4,8/10 à la qualité de vie au travail et une note de 7/10 pour le niveau de stress

Source principale du stress professionnel : le sentiment de surcharge de travail (urgence, délais, échéances...) pour 57 % des salariés

La reconnaissance du travail est considérée comme premier facteur d'influence de la qualité de vie au travail, alors que 7 salariés sur 10 ne se sentent pas reconnus à leur juste valeur

Améliorer le niveau de motivation pour les collaborateurs (5,25 sur 10 en moyenne) est un levier essentiel sur lequel les entreprises travaillent : en simplifiant les responsabilités et reporting, en fluidifiant les échanges et surtout en permettant aux salariés de préserver leur équilibre de vie.

*L'étude a été réalisée du 23 mars au 3 avril à partir d'un questionnaire en ligne auprès de 1791 salariés de l'ensemble des secteurs d'activités et de familles de métiers, dont près de la moitié est en charge d'une équipe (47%).