Mon compte Devenir membre Newsletters

Revue de presse achats (Semaine du 25 au 29 septembre)

Publié le par

Vous n'avez pas eu le temps de surfer sur le Web cette semaine? Pas de souci. Voici une compilation d'articles (très intéressants!) parus sur le Net, qui ont trait aux achats et à leur écosystème, ou à votre fonction de manager et carrière.

Revue de presse achats (Semaine du 25 au 29 septembre)

RSE - Greenpeace s'attaque aux fabricants de papier toilette

Pour faire du papier toilette, le plus logique est d'utiliser du papier recyclé, moins cher. Mais le géant Essity, leader européen de l'hygiène, préfère la pâte à papier provenant d'arbres coupés dans les forets boréales du nord de l'Europe. Essity est connu en France sous la marque Lotus et de nombreuses marques de distributeurs. Greenpeace a donc publié un rapport assez détaillé dans lequel l'organisation démontre que la pâte à papier provient de fournisseurs qui ne font pas très attention aux forêts. Or, certaines sont référencées notamment par le gouvernement suédois comme ayant une grande valeur écologique.

>> Lire l'article complet sur le site de RTL

Le Make in India se structure en France pour le Rafale en Inde

Alors que les premiers Rafale doivent être livrés à l'Inde en 2019, le programme de compensations industrielles et technologiques (ou "offsets") continue de s'organiser. Le GIE Rafale International - qui regroupe Dassault Aviation, Thales et Safran Aircraft Engines - s'est donc associé au GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) et à la région Nouvelle Aquitaine pour présenter " les opportunités qui s'offraient aux PME françaises pour investir et installer des activités de production en Inde à leurs côtés dans le cadre du programme de compensations Rafale pour l'Inde ".

>> Lire l'article complet sur le site du Journal de l'aviation

300 entreprises - dont 24 françaises - engagées pour le climat

Le WWF a lancé, en 2015, l'initiative Science Based Targets aux côtés du Global Compact, du WRI (World Ressource Institut) et du CDP (Carbon Disclosure Project) pour appeler les grandes entreprises mondiales à s'engager publiquement en faveur d'objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, sur la base d'une démarche scientifique visant à maintenir le réchauffement climatique bien en dessous des 2°C. Juste avant la Climate week qui s'est tenue à New York du 18 au 24 septembre dernier, les entreprises Adobe, Merck et Telefónica ainsi que les français Bel, Geopost, Gecina, Cap Gemini et Veolia Environnement ont rejoint le mouvement. De même, les six marques du secteur textile Gap, Nike, Levi Strauss & Co, Guess, Eileen Fisher, et VF Corporation s'ajoutent aux autres entreprises du secteur (H & M, Asics, Kering, Puma, Walmart, Inditex, Woolworths Holdings Ltd, Marks & Spencer et One Jeanswear Company), portant le nombre à 15 au sein de Science Based targets.

>> Lire l'article complet sur le site de WWF


Commande publique

Cantines des groupes scolaires : le coût du lapin

Il était une fois une entreprise titulaire d'un marché pour la fourniture de denrées alimentaires auprès de groupes scolaires. Et parmi ces denrées figurait du lapin, qui faisait partie d'un des lots du marché. Du lapin que ladite entreprise, mondialisation obligeait, se procure en Chine. Pourquoi en Chine ? Parce que là-bas le lapin était considéré comme un sous-produit. Seule sa fourrure représentait un intérêt marchand pour les autochtones. Il était ainsi disponible à un prix défiant toute concurrence. Et puis les Chinois - plus particulièrement les Chinoises - commencèrent à se désintéresser de la fourrure de lapin. En conséquence, la production de lapin locale périclita rapidement, empêchant notre entreprise de continuer à s'approvisionner de cette denrée devenue rare. Il fallait pourtant continuer à exécuter le marché et donc fournir les usagers des cantines en lapin, même s'il n'était évidemment pas proposé tous les jours au menu. L'entreprise a donc cherché une nouvelle source d'approvisionnement de lagomorphes (les lapins ne relevant pas comme on le sait de l'ordre des rongeurs). Elle en a trouvé une sur le territoire français. Problème : alors que le lapin chinois se négociait à 4 - 5 euros le kilo, le lapin français s'achète lui à 14 - 15 euros, ce qui représente un écart plus que significatif.

>>Lire l'article complet sur le site de e-marchéspublics.com

IT

ERP : la question des accès indirects est bien loin d'être réglée

"Il y a un flou juridique sur l'utilisation des données", explique Patrick Geai. "SAP considère par accès indirect la capacité à utiliser des données en mode lecture qui se trouvent dans l'ERP par un système tiers. SAP considère alors que ce sont des utilisateurs via des accès indirects, et qu'ils doivent être comptabilisés dans les calculs de licence". Et l'affaire SAP / Diageo (condamnation à 64 millions d'euros en première instance en Grande Bretagne d'un client de SAP) a rendu le climat tout à fait nerveux cette année sur la question des audits. "Les deux tiers des utilisateurs assurent être près à changer d'éditeur comme SAP et Oracle" explique Alexandre Diehl, avocat qui travaille sur les litiges entre ces éditeurs et ses clients (lire Le Cigref déplore le silence d'Oracle sur les calculs de licence . "Ils sont satisfaits des processus mais sont mécontents des aspects commerciaux". Surtout qu'en cas de conflit grave, "la loi ne dit rien" assure l'avocat. "C'est le contrat qui compte".

>> Lire l'article complet sur le site de ZDnet

Fleet

PV pour non désignation : les premiers classements sans suite sont tombés !

Le contentieux des nouveaux PV pour "non dénonciation", dressés après que des véhicules de société ont été flashés, s'annonçait bien délicat... Ça se confirme ! Certains officiers du ministère public (OMP), destinataires des contestations et en charge des suites à leur donner, préfèrent botter en touche, en ordonnant l'abandon des poursuites à l'encontre des sociétés concernées. D'autres, en revanche, se permettent de faire apparemment tout et n'importe quoi, via des lettres de relance/rejet tout à fait illégales ! Et pendant ce temps, les premières citations à comparaître devant les tribunaux qui auraient le mérite de poser le débat en justice se font attendre...

>> Lire l'intégralité de l'article sur le site de Caradisiac


Les plans de mobilité sont bénéfiques pour les entreprises

Le président de la Fédération des acteurs des plans de mobilité, Bruno Renard, explique les bénéfices qu'une entreprise peut tirer des plans de mobilité qui doivent être mis en place au plus tard le 1er janvier 2018: "Quand on se place dans une approche systémique, on s'aperçoit que les bénéfices sont multiples. Par exemple, depuis 2009, le PDE du CEA Grenoble rembourse à ses salariés 85% du montant de l'abonnement au transport public au lieu des 50% obligatoires et a mis en place des navettes électriques, autant de dépenses prises en compte dans le calcul du versement transport qui nous permet des exonérations. Comme il y a davantage de salariés qui prennent les transports publics, le CEA Grenoble a pu réduire le nombre de places de parkings de 2.600, sachant qu'une place coûte entre 1.000 et 1.500 euros par an. Ce gain d'espace urbain a permis de construire un nouveau bâtiment de recherche et une zone piétonne. Autre exemple, la fourniture d'un kit de sécurité aux cyclistes qui permet de réduire le taux de fréquence d'accidents et donc les paiements au titre des accidents du travail et de trajet. De plus, le recours à l'autopartage permet également aux entreprises de réduire les coûts liés à la gestion de la flotte d'entreprise. Au final, un PDM permet d'offrir des trajets domicile-travail plus agréables aux salariés, et d'augmenter leur productivité. Et cette démarche RSE est bien perçue par les employés."

>> Lire l'article complet sur le site de Mobilicités

Travel

Un bug informatique mondial sème la pagaille dans les aéroports

Jour de pagaille (le 28.09.2017) pour de très nombreuses compagnies aériennes. Un peu partout dans le monde, un bug informatique empêche l'enregistrement des voyageurs, étape indispensable pour leur départ. La faute à un gestionnaire espagnol utilisé par pas moins de 125 compagnies aériennes (Air France ou British Airways, par exemple), qui se nomme Amadeus Altéa, rapporte le Huffpost. Le logiciel sert notamment à gérer les formalités de départ des passagers, précise le site. Résultat, des passagers cloués au sol dans les plus grands aéroports du monde, rapporte la BBC : Roissy Charles-de-Gaulle, Singapour, Londres...

>> Lire l'article complet sur le site du Point

Ce traducteur instantané va vite devenir indispensable pour voyager

Les premières informations sur ce qui semble être un gadget traducteur viennent de faire surface. Ses caractéristiques techniques n'ont pas été dévoilées, mais le dispositif proposé par le géant de l'internet chinois Baidu serait capable de faire des traductions instantanées de plusieurs langues.

>> Lire l'article complet sur Tom's guide

Data

Piratage de données chez Deloitte

Le système interne du cabinet d'audit Deloitte a été victime d'une intrusion, selon une révélation parue le 25 septembre dans le journal britannique The Guardian. "Au moins six clients de Deloitte ont été prévenus que des informations les concernant ont été touchées par l'attaque, d'après le Guardian. Ils seraient principalement Américains. Les pirates ont pénétré le système interne de Deloitte il y a un an environ. L'entreprise n'a découvert l'incident qu'au mois de mars", précise Le Figaro.

>> Lire l'article complet sur le site du Figaro: "Le cabinet d'audit Deloitte piraté, des emails confidentiels dérobés"

Environnement de travail

Télétravail : ce que les ordonnances vont changer

La réforme du Code du travail va donner plus de flexibilité au travail à distance. Ce sera désormais à l'employeur de motiver son refus.

>> Lire l'article complet sur le site des Echos

Ressources humaines

"Leboncoin veut être un acteur central dans le recrutement des cadres"

Leboncoin a récemment acquis le "Tinder de l'emploi" Kudoz. "Nous voulons accélérer sur le marché des cadres et Kudoz possède de nombreuses qualités. Les applications sont dans l'air du temps, les jeunes sont habitués à les utiliser. L'interface est très simple et permet de postuler en 140 caractères. De plus, leur algorithme de matching permet de bien faire coïncider les besoins des recruteurs et ceux des candidats. Kudoz compte déjà 3 000 clients, preuve de l'efficacité du concept. Nous avions pris une participation dans la start-up en 2015. Nous la suivions de près...", explique Antoine Jouteau, le directeur général du boncoin au JDN.

>> Lire l'interview sur le site du JDN

La rémunération des cadres

Une infographie de l'Apec sur l'évolution des rémunération des cadres

Age, secteur d'activité, taille d'entreprise..., la rémunération des cadres montre une grande diversité en 2016. Passage en revue des grandes données clés.

>> Voir l'infographie sur le site de l'Apec

Recruter des talents, oui... mais après?

L'été dernier, un article paru dans la Harvard Business Review - "The Talent Curse"- a pointé la gestion désastreuse des gens talentueux, d'abord encensés par l'entreprise puis sommés de répondre à un trop-plein d'attentes. Sommés de révolutionner l'entreprise grâce à leurs brillantes idées, mais tout en respectant les process de validation et le système en place, les talents se retrouvent bien souvent dans une impasse. D'où une question: comment conjurer cette malédiction des talents?

>> Lire l'article sur le site des Échos: "Conjurer la malédiction du talent : mode d'emploi"