Mon compte Devenir membre Newsletters

Aéronautique : "La filière est solidaire, structurée, d'excellence et innovante"

Publié le par

La grand-messe aéronautique du Bourget ouvre ses portes aujourd'hui et jusqu'au 21 juin. Bertrand Lucereau, président du groupement de PME prestataires de l'aéronautique, "Comité Aéro-PME du GIFAS", répond à cette occasion aux questions de Décision Achats.

Aéronautique : 'La filière est solidaire, structurée, d'excellence et innovante'

Le Salon dit "du Bourget" ou Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace, ouvrira ses portes le 15 juin prochain, pour 7 jours (au Parc des expositions du Bourget). Cette 51e édition réunira de nouveau l'ensemble des acteurs de l'industrie mondiale. A cette occasion, le Comité Aéro-PME du Gifas*, groupement de PME, viendra à la rencontre des grands donneurs d'ordres.

Le Comité Aéro-PME a notamment pour vocation (lire encadré ci-dessous) de servir la profession en organisant des participations groupées des PME membres du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) dans les salons internationaux. Rencontre avec son responsable, Bertrand Lucereau.

Comment qualifieriez-vous le dynamisme des PME dans le secteur aéronautique ?

Le dynamisme des PME dans le secteur aéronautique est d'abord lié à la très forte croissance et à l'augmentation des cadences. C'est grâce au dynamisme de nos entreprises que les objectifs de la supply chain sont tenus. Nous améliorons nos performances, nous recrutons et nous formons. La filière est solidaire, structurée, d'excellence, innovante, voila pourquoi elle est dynamique.

Les grands donneurs d'ordres sont-ils aujourd'hui dans une logique de co-innovation et de co-développement avec ces PME ?

Oui bien sur, la filière aéronautique française engendre beaucoup de partenariats entre donneurs d'ordres et PME. Il est fondamental de pérenniser ces partenariats. Pour ce qui concerne l'innovation, nous investissons 14% de notre CA dans la R&D, le CORAC par ses programmes de nouvelles configurations du futur, est un exemple parfait des partenariats donneurs d'ordres/PME. Il existe un réel "flow down".

L'idée de ce Comité Aéro-PME est-elle de s'inspirer de ce que font les ETI allemandes pour "chasser en meutes" ?

L'Allemagne a certainement plus d'ETI que la France, et il faut que nous donnions à nos PME des moyens fiscaux et sociaux favorables à la création d'ETI. Ce n'est pas pour cela que nous ne chassons pas en meutes. Il y a de nombreuses initiatives de grands groupes aéronautiques français dans ce sens et ce au profit de toute la filière. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir des PME accompagner leurs donneurs d'ordres à l'exportation.

Quels sont les grands enjeux du secteur pour ce tissu d'entreprises ?

Pour nos PME, le grand défi à relever est la montée en cadence. Nous avons beaucoup investi, nous continuons à le faire et nous sommes prêts à prouver que nous sommes toujours à un niveau d'excellence.


Lire aussi: "La stratégie achats de Airbus en période de croissance repose sur l'anticipation"


*Le Comité Aéro-PME

Créé au sein du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) en juin 1996, le Comité Aéro-PME a pour mission la valorisation des performances des PME. Il regroupe exclusivement les PME membres du Gifas et indépendantes de grands groupes industriels. Seul comité représentatif des PME aéronautiques et spatiales, il a pour vocation :

- d'être un relais d'information du tissu industriel en favorisant le dialogue et le partage d'expériences individuelles entre ses membres;

- d'être une force de proposition qui dégage les préoccupations majeures de ses adhérents et met en place des groupes de travail chargés de traiter des problèmes tels que le capital développement, la transmission d'entreprise, le traitement des surfaces et l'environnement, les enchères inversées, la gestion des marchés de compensation à l'export, etc...

- de promouvoir les matériels et performances des PME en termes de technologie et compétitivité auprès des maîtres d'oeuvre français et étrangers,

- de défendre les intérêts de ses membres et d'être leur porte-parole auprès des instances officielles et industrielles tant nationales qu'internationales,

- de servir la profession en organisant des participations groupées dans les salons internationaux, en informant ses adhérents des opportunités des marchés à l'exportation, en les aidant dans la recherche de financement de R&D.