Mon compte Devenir membre Newsletters

Les moyens de paiement mobiles pour les voyageurs d'affaires séduisent plutôt les grands comptes

Publié le par

Les grands comptes sont moins réticents que les autres à utiliser Apple Pay, Paypal ou encore WeChat, selon la dernière étude AirPlus International sur l'évolution des moyens de paiement pour les voyages d'affaires.

Les moyens de paiement mobiles pour les voyageurs d'affaires séduisent plutôt les grands comptes

Si les cartes de crédit corporate, personnelles ou cartes logées restent encore le moyen de paiement privilégié pour régler les notes frais des voyages d'affaires, les paiements mobiles ou les cartes de paiement virtuelles proposées par Apple, Google et autres WeChat gagnent peu à peu du terrain. Facile à utiliser et offrant un contrôle et une visibilité absolue sur les frais de voyages, ces nouveaux moyens de paiement ont tout pour eux mais doivent encore faire leurs preuves pour convaincre les techno-sceptiques.

Tour d'horizon des comportements grâce à l'étude AirPlus International 2017 sur les moyens de paiement dans le travel management :

Coté travel managers 55% apprécient la carte de paiement virtuel pour sa facilité d'utilisation et 48% pour la sécurité et le contrôle qu'elle offre. On constate une appétence croissante surtout au sein des grands comptes lorsque le budget voyage est conséquent. L'opportunité, via ces nouveaux outils, de récupérer et d'intégrer des données stratégiques est alléchante. Les cartes virtuelles sont d'ailleurs prioritairement utilisées pour régler les frais d'hôtel dont les données remontent souvent plus difficilement aux DSI des entreprises.

L'adhésion à ce type de moyen de paiement a fait un bond de +10% par rapport à l'an passé (1% d'utilisation en 2016 contre 11% en 2017). Même si cela reste à la marge, la tendance existe. "La carte de paiement virtuel se démocratise petit à petit et cette tendance est d'autant plus forte sur le marché français", souligne Julie Troussicot, directrice générale d'AirPlus France.

Lire la suite en page 2 - D'un pays à l'autre, les usages divergent