Mon compte Devenir membre Newsletters

Les achats, acteurs dans les écosystèmes d'innovation ?

Publié le par

La finalité des écosystèmes d'innovation est de faire travailler ensemble les acteurs de la recherche publique et privée pour un meilleur développement du savoir. Quelle place et quel rôle peut y trouver la fonction achats au sein des entreprises à forte composante technologique comme Safran?

Les achats, acteurs dans les écosystèmes d'innovation ?

Aujourd'hui, pour l'ensemble des pays de l'OCDE, la capacité à accélérer les processus de transfert de technologies est devenue majeure, identifiée comme seul moyen de développement du savoir, source d'innovations, de création de valeurs, de croissance et d'emplois. Derrière cette finalité, le succès de la démarche repose aussi sur des femmes et des hommes. Elle fait appel au concept du "capital social" issu de la sociologie. Appliqué à l'entreprise, il pose l'hypothèse que la qualité des relations entre les acteurs d'une même entreprise, et leur capacité à se connecter entre eux et à l'environnement extérieur, est source de développement de son "capital économique". Ce concept constitue un des piliers de la démarche dite d'"open innovation".

Qu'est-ce que le "capital social"?

La notion de "capital social" est issue des sciences sociales. Les sociologues s'y intéressent tout particulièrement pour analyser et comprendre les relations entre des individus, dans le processus de création de groupes sociaux ou encore de réseaux. P. Bourdieu, J. Coleman, R. Putman, N. Lin, M. Granovetter ou encore R.S. Burt sont reconnus comme les auteurs de référence. Initialement focalisé sur les principes d'appartenance à un groupe, utile à des individus, le concept a été associé dans les années quatre-vingt à celui de la mise en réseau et à la notion de "noeuds" et de "liens" forts ou faibles. Les fondements du capital social sont la confiance et la réciprocité. Avec l'émergence de l'innovation et des réseaux sociaux, sont apparus les liens entre capital social et capital économique d'un individu...

Construire sa stratégie d'accès aux écosystèmes

C'est le cas notamment chez Safran, qui développe des produits à très fort contenu technologique. Un centre dédié à la recherche et technologie (R&T) amont du groupe, situé sur le plateau de Paris-Saclay a été inauguré début 2015. Il contribue fortement à la multiplication des collaborations et partenariats avec le monde académique ou privé, par exemple avec le CEA, les instituts Carnot, les IRT ou encore avec Valeo ou PSA... Pour autant, dans la continuité de la transformation du Système national d'innovation (SNI) français et de transfert de l'innovation vers les entreprises, il y a une logique à construire une approche structurée des écosystèmes. En lien avec le concept du capital social, détecter des fournisseurs ou start-up innovants, parfois "peu visibles" est un enjeu. Se pose ainsi la question de la capacité des grands groupes à détecter, puis intégrer des ETI, PME ou des start-up. La fonction achats doit pouvoir y trouver une place. Cette connexion de "petits mondes" constitue le quotidien de l'acheteur au sein de son entreprise. La fonction achats a donc toute sa légitimité dans cet écosystème d'innovation. Elle est une fonction légitime pour développer le concept de "capital social" qui, demain, sera source de "capital économique" pour l'entreprise. Soit une fonction de mise en réseau afin d'écrire de belles histoires collectives.

Lire la suite en page 2: Émergence d'une nouvelle fonction achats
Mot clés : Innovation achats

Marc Saulnier, directeur des achats de Safran Electronics