Mon compte Devenir membre Newsletters

Délais de paiement : stigmatiser les mauvais payeurs aura un réel effet éducatif sur les entreprises

Publié le par

La stratégie du "name and shame" de Bercy pour pointer les mauvais payeurs est une première en France. La DGCCRF a en effet publié ce week-end la liste des cinq premières entreprises françaises qui se distinguent par leurs mauvaises pratiques en matière de délais de paiement.

Denis le Bossé préside le Cabinet ARC, expert en gestion du poste client et recouvrement de créances, qui a réalisé plusieurs études et baromètres sur cette problématique des délais de paiement.

Cette publication exemple peut-elle changer la donne du rapport de force entre entreprises?

Cela va dans le bon sens. Malheureusement, nous étions aujourd'hui obligés d'en arriver là. Depuis la promulgation de la loi LME en 2008, on a tout d'abord constaté une baisse des délais de paiement mais cette année, on relève dans notre baromètre un allongement de quatre jours des délais de paiement sur cette année. La situation devient intenable d'autant plus que le rapport de force entre entreprises n'a jamais été aussi fort. Elles sont généralement tétanisées à l'idée d'aller réclamer le paiement de leurs factures de peur de perdre des parts de marchés.

Je pense que la publication de ces informations aura un réel effet éducatif car il arrive que des directeurs financiers, même d'entreprises du CAC 40, ne soient pas au courant de l'existence d'amendes liées au non respect des délais de paiement.

Les 5 entreprises épinglées par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes)

- Numéricable (375.000 euros d'amende)
- SFR (375.000 euros)
- Airbus Helicopters (375.000 euros)
- Paul Predault (100.000 euros)
- Comasud (87.900 euros)

A lire en page 2 : Que pensez-vous des contrôles effectués par la DGCCRF ? De l'annonce de la parution du décret concernant l'intervention du commissaire aux comptes ? De la dématérialisation des factures ?

A lire également en page 2 : les annonces d'Emmanuel Macron hier à Bercy