Infographie Les employés de bureau consacrent un tiers de leurs temps de travail aux tâches administratives

Publié par le

Une étude, menée par Unit4 dans plusieurs pays, sur la productivité globale et le temps de travail consacré par les employés de bureau à leur mission principale montre que ... la perte de productivité coûte à l'industrie mondiale du service plus de 5 milliards de dollars par an !

  • Imprimer

Unit4 a mené une étude dans plusieurs pays sur la productivité globale et le temps de travail consacré par les employés de bureau à leur mission principale. Dans l'ensemble des pays ayant participé à cette étude, les employés de bureau passent en moyenne 552 heures par an à accomplir des tâches administratives ou répétitives, soit l'équivalent de 69 journées de travail ou d'environ un tiers de l'année de travail.

Points clés de l'étude mondiale :

· La perte de productivité coûte à l'industrie mondiale du service plus de 5 000 milliards de dollars par an
· Trois-quarts des employés de bureau estiment que les nouvelles technologies peuvent améliorer leur productivité

L'étude révèle que le coût annuel de cette perte de productivité pour l'industrie du service est supérieur à 5 000 milliards de dollars américains dans 11 pays. D'après les réponses obtenues dans le cadre de cette étude et les chiffres officiels, les États-Unis (2,87 milliards de dollars) ont les coûts administratifs annuels les plus élevés. Singapour (26,3 millions de dollars) connaît en revanche les coûts administratifs les plus faibles en termes monétaires.

Parmi les ressortissants des pays ayant participé à l'étude, les travailleurs les plus productifs sont les Norvégiens, qui consacrent 81 % de leur temps de travail à leurs fonctions principales. Ils sont suivis de près par les Suédois (78 %) et les Français (76 %). Les personnes interrogées à Singapour sont celles qui passent le moins de temps à accomplir leurs fonctions principales (60 %) ainsi que des tâches administratives répétitives.

Les différences de résultats sont aussi très intéressantes à observer d'un point de vue générationnel. Les travailleurs âgés de plus de 41 ans accordent davantage de temps à leurs responsabilités principales que ceux dont l'âge est compris entre 26 et 30 ans. Parallèlement, les personnes âgées de plus de 50 ans sont celles qui passent le plus de temps à collecter et saisir des données. Malgré cela, les travailleurs âgés de 26 à 35 ans sont plus nombreux à se déclarer en faveur de l'automatisation que leurs homologues âgés de 36 à 40 ans et de 56 à 60 ans, et ils sont plus enclins à penser qu'elle améliorera leur niveau de bonheur. Ils sont convaincus que cette technologie sera disponible sous peu (voire dans un délai d'un an). Lorsqu'on leur demande s'ils feraient confiance aux technologies - à un assistant numérique/virtuel ou à une application logicielle, par exemple - pour gérer des tâches répétitives, près de 9 sondés sur 10 répondent par l'affirmative en Espagne, en Suède et aux Pays-Bas, tandis que moins des trois quarts des personnes interrogées en Allemagne et en Australie sont du même avis. 67% affirment qu'implémenter ce genre de technologie devient capital pour rester compétitif.

Sur le même sujet

[Tribune] Le bien-être au travail, un sujet à traiter globalement
Workspace
[Tribune] Le bien-être au travail, un sujet à traiter globalement

[Tribune] Le bien-être au travail, un sujet à traiter globalement

Par Loïc Lemoine, directeur de TalanConsulting

Les business models des grands groupes évoluent modifiant profondément le rapport au travail (lieu, statut, hiérarchie). Pour conjuguer positivement [...]

Un géant du FM est né
Workspace
Un géant du FM est né
Andrey Popov - Fotolia

Un géant du FM est né

Par la rédaction

Le français Atalian et le britannique Servest fusionnent. La nouvelle entité se hisse ainsi dans le top 5 mondial des entreprises de FM et accélère [...]

La rédaction vous recommande