Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment s'y retrouver dans la jungle des contrats d'approvisionnement en gaz?

Publié le par

Depuis plus de quinze ans, le marché du gaz est ouvert à la concurrence et les entreprises sont libres de choisir leur fournisseur. Voici quelques clés pour tenter de cerner un peu mieux ce marché foisonnant et complexe

Comment s'y retrouver dans la jungle des contrats d'approvisionnement en gaz?

Selon l'étude annuelle de GRTgaz (la filiale d'Engie en charge du transport du gaz), la consommation de gaz par les entreprises avait bondi de 10,8% en 2015, alors que celle des ménages avait baissé de 0,2%. Cette hausse pour les professionnels s'explique avant tout par un effet d'aubaine. Le prix du gaz a en effet baissé en 2015 et les entreprises, mieux informées que les particuliers, en ont profité pour arbitrer en sa faveur.

Petit retour en arrière. Les prix du gaz avaient très fortement augmenté entre 2005 et 2013 (+80%). Mais depuis 2014 ils sont en baisse de 10%, l'année 2016 ne dérogeant pas à la règle, même si une stabilisation des prix est en train de s'opérer en fin d'année. "Par exemple, dans les années 2008 le prix du gaz était très élevé, plus de 30 euros le mégawattheure contre 17 euros aujourd'hui", analyse Jean-François Daubonne, le directeur commercial France chez Gas Natural Fenosa.

Reste que le prix du gaz évolue tous les mois et qu'il est très difficile de savoir à l'avance quelle sera la tendance à court terme. "Le marché de l'énergie en général et du gaz en particulier dépend du contexte géopolitique, du prix du pétrole, des différentes taxes associées", prévient la Commission de Régulation de l'Energie (CRE), l'autorité administrative indépendante chargée de veiller au bon fonctionnement des marchés de l'électricité et du gaz en France. Difficile de dire donc de quoi demain sera fait.

La vérité du jour n'est pas celle du lendemain

Sur un marché à forte volatilité, la stratégie d'achat d'une entreprise ne sera pas la même en fonction du volume de gaz dont elle a besoin, et du niveau du marché au moment où elle signera son contrat d'approvisionnement. Le décideur achat en charge de l'énergie devra d'abord, se renseigner pour savoir s'il a droit au tarif réglementé du gaz. "Les entreprises qui ont une consommation supérieure à 30 megawattheures doivent passer en offre de marché", prévient la CRE. "Les tarifs jaunes et verts ont été supprimés. Le tarif bleu est maintenu pour les particuliers et petites entreprises d'artisans ou de tertiaire".

La majorité des entreprises devra donc passer par le marché, ouvert à la concurrence depuis 2000. "Les clients qui consomment moins de 10 gigawattheures par an, soit un chiffre d'affaires d'à peu près 300 000€, prennent majoritairement des contrats à prix fixe pour des durées qui vont aller de 12 à 36 mois", explique Jean-François Daubonne. La durée du contrat sera fonction des prévisions de baisse ou de hausse du prix du gaz.

Si le marché est haut, mais qu'une baisse est en vue, le délai sera plutôt de 12 mois. Dans un contexte de marché très bas, certaines entreprises font au contraire le pari d'opter pour 36 mois, afin de conserver ce prix bas le plus longtemps possible. Mais cela reste risqué car le prix du gaz est en constante évolution. Bref, la vérité du jour n'est pas celle du lendemain. Les entreprises qui consomment plus de 10 gigawattheures par an vont quant à elles majoritairement acheter le gaz selon un prix indexé au PEG Nord (Prix Entrée Gaz), qui évolue tous les mois. Là encore, les choses sont plus compliquées qu'il y paraît. "Il est possible de bloquer ces prix sur tout ou partie du volume", explique Jean-François Daubonne. "C'est à dire que les clients conservent un prix constant sur un pourcentage de leur volume pour une période qui peut s'étaler sur plusieurs mois".

Lire la suite en page 2 : Plusieurs bonnes pratiques permettront cependant aux décideurs achats de maîtriser leur budget consacré au gaz - Les arcanes du trading d'énergie

et en page 3 : Comprendre le "Spread"


Fabien Humbert