Pascal Cretin, directeur achats Smoby Toys : "Pour faire face à la concurrence chinoise, la clé, c'est l'innovation"

Publié par le

Vous avez un taux de couverture de 100 %. Comment travaillez-vous avec vos clients internes ? Comment gagnez-vous leur confiance ?

Tous les achats de Smoby Toys passent en effet par le service achats, ce qui oblige les clients internes à travailler avec les acheteurs sur leurs besoins. De plus, le développement d'un produit se fait grâce aux revues de projet, qui intègrent systématiquement le service achats. On peut imaginer que la charge est énorme, pour un service de quatre personnes. En fait, notre efficacité repose sur l'organisation et les outils mis en place.

Pour les achats indirects, tout réside dans l'anticipation et l'appui d'un prescripteur qui couvre l'aspect technique du dossier, l'acheteur assurant la partie commerciale. Gagner la confiance des collaborateurs internes ne se fait que par la communication des résultats, que nous donnons ensemble. Il faut insister sur le travail réalisé en équipe et faire comprendre aux collaborateurs que le service achats est un facilitateur. Récemment, nous avons mis en place un système d'évaluation et d'audit de nos fournisseurs ; une mission menée en étroite collaboration avec la plupart des services de l'entreprise, ce qui a facilité sa mise en oeuvre.

Vous êtes équipés d'un SI pour les achats directs : quelle est sa valeur ajoutée ? Et comment gérez-vous les achats indirects ?

En gérant l'intégralité de nos achats par un ERP, nous assurons une fiabilité de nos données à tous les acteurs de l'entreprise. Les achats indirects, eux, sont traités par un système de demande d'achat qui s'adapte davantage à nos besoins que notre ERP actuel. Ces demandes sont validées par différents niveaux hiérarchiques selon les montants engagés, la signature d'un acheteur étant obligatoire. Cependant, toujours dans un souci de fiabilité de nos données, ce système intègre des éléments de notre ERP et est géré par une seule personne.

Comment travaillez-vous sur la réduction des coûts ?

Les acheteurs ont des objectifs de gains sur chacun de leurs marchés. La réalisation de ces objectifs, validés par la direction, est renseignée dans une matrice et suivie lors de rendez-vous hebdomadaires avec chaque acheteur, ainsi qu'au cours d'une réunion de service mensuelle. Qu'il s'agisse d'achats directs ou non, aucun contrat n'est signé sans une mise en concurrence, car c'est bien là le maître mot pour faire baisser les prix. Notre performance est comprise entre 8 et 12 % par an.

Vous envisagez de réduire votre panel fournisseurs. Comment vous y prenez-vous ?

Nous n'avons pas d'objectif chiffré de réduction du panel, car le but n'est pas de réduire pour réduire mais de constituer un panel de qualité, répondant aux besoins de la société. La gestion de plus de 800 fournisseurs demande beaucoup de temps, notamment pour un service de quatre personnes. Ainsi, la réduction de notre panel permettra aux acheteurs d'accorder plus de temps à chacun d'eux afin de développer et d'entretenir des relations de qualité.

Concrètement, les fournisseurs sont codifiés par marché (une cinquantaine identifiée). Ainsi, nous connaissons le nombre de fournisseurs sur chaque marché, le chiffre d'affaires et les objectifs de gains espérés. Lorsque nous référençons un nouveau fournisseur, nous essayons d'en supprimer deux sur le marché concerné ; c'est la condition essentielle visant à la réduction.

Quels sont vos projets ? Sur quoi travaillez-vous particulièrement ?

Nous sommes de plus en plus sollicités par notre service qualité pour l'aspect réglementaire de nos produits. Les normes qui encadrent notre industrie et les exigences de nos clients sont en perpétuelle évolution, ce qui demande une grande vigilance lors de nos décisions d'achats. Le traitement de cet aspect demande beaucoup plus de temps et d'implication aux acheteurs, qui doivent également garder en tête leur objectif premier de réduction des coûts.

Pour parvenir à concilier ces deux missions, nous travaillons donc en étroite collaboration non seulement avec la qualité, mais aussi avec les fournisseurs. Il est essentiel d'entretenir une relation... de qualité avec ces derniers et de les intégrer le plus en amont possible, car nous les sollicitons de plus en plus pour assurer la conformité de nos produits. Au-delà de cette gestion de la relation, nous devons mener une veille réglementaire permanente sur les marchés afin d'anticiper les réglementations.

Smoby Toys

Activité : Premier fabricant français de jouets, (75 % de la production en France - deux usines dans le Jura -, 10 % en Espagne - usine de Pico, filiale - et 15 % en Chine)

Effectif : 450 personnes (+ 60 ETP en saison)

CA 2013 : 110 M€

Effectif achats : 4 personnes

Budget achats : 65 M€

Top 3 des achats directs : matière plastique (14 M€), transport (6,8 M€), emballages (3,7 M€)

Delphine Collet

Sur le même sujet

Lancement de la 2ème édition de la tournée des achats impactants
Ecosystème
Lancement de la 2ème édition de la tournée des achats impactants

Lancement de la 2ème édition de la tournée des achats impactants

Par La rédaction

Epsa groupe, cabinet de conseil en achats et Impact partenaires, société de gestion à vocation sociale, ont lancé vendredi 13 avril, la 2e édition [...]

Quand le Groupe Rocher développe une politique achats durables et responsables sur la noix de macadamia
Ecosystème
Quand le Groupe Rocher développe une politique achats durables et responsables sur la noix de macadamia
Marion Decroix, responsable RSE du Groupe Rocher, a reçu son Trophées des mains de Gérard Dahan, CMO et EMEA SVP de Determine, notre sponsor.

Quand le Groupe Rocher développe une politique achats durables et responsables sur la noix de macadamia

Par Aude Guesnon

Le jury des Trophées Décision Achats / CNA a été séduit par le projet "Macadamia du Guatemala" présenté par le Groupe Rocher dans la catégorie [...]

La rédaction vous recommande