Mon compte Devenir membre Newsletters

La digitalisation de la supply chain, une mutation d'abord culturelle

Publié le par

L'édition 2017 de la SITL (Semaine Internationale du Transport et de la Logistique) vient de s'achever à Paris. L'occasion de revenir sur l'un des thèmes phares : la digitalisation des pratiques en vigueur. Une évolution qui suppose une refonte globale qui dépasse l'automatisation des tâches.

La digitalisation de la supply chain, une mutation d'abord culturelle

Selon une enquête signée GT Nexus et Capgemini Consulting, seuls 5 % des dirigeants d'entreprise s'estiment satisfaits des résultats apportés actuellement par la transformation digitale de leur supply chain. Ils sont pourtant 70 % à avoir entamé une démarche de ce type. Une preuve qu'un tel virage reste complexe à négocier. Jean-Christophe Cuvelier, Executive Vice President Business Development & Innovation au sein de Crystal Group, spécialiste du transport et de la logistique, a fait part de son retour d'expérience en la matière à l'occasion du récent salon SITL. " Si c'est bien sûr une révolution numérique, la transformation digitale est d'abord culturelle ", assure-t-il. Au-delà des outils qui, de manière inéluctable, arrivent dans les entrepôts, les organisations logistiques en permettant l'automatisation, une transition technologique réussie semble passer par la prise en compte de projets menés conjointement et impliquant tous les acteurs concernés.

L'environnement collaboratif est décrit par les experts comme une des clés du succès. Il permet à chacun d'apporter sa pierre à l'édifice part l'apport d'informations en temps réel, par une meilleure lisibilité, mais aussi un gain de sécurité, ce que demande aujourd'hui les équipes en place. Jean-Christophe Cuvelier cite l'exemple d'Ortho Clinical Diagnostics, qui oeuvre dans le secteur pharmaceutique et que son organisation a accompagné dans ce changement. L'évolution technologique a dans ce cas consisté à mettre davantage en relation les parties prenantes avec la société (acteurs du transport, fournisseurs...), dans un objectif de normalisation des échanges pour qu'ils soient simplifiés et utilisables facilement et avec plus de pertinence au quotidien. " Les informations doivent être facilement accessibles à la direction financière, au contrôle de gestion et aux autres acteurs susceptibles d'être intéressés par ces données ", indique-t-il.

Connecter les acteurs

La démarche consiste également à mettre à profit la quantité phénoménale de données collectées par les outils des différentes parties prenantes (sociétés de transport, services des douanes...), en les restituant et en les analysant, car ces dernières constituent une excellente base pour faire évoluer les procédures logistiques et de transport. L'idée est de faire en sorte que les différents acteurs renseignent l'ensemble de la chaîne de valeur avec les données disponibles. Les interlocuteurs comme la société Conex s'avère alors précieux. Elle propose notamment des logiciels pour le traitement et la transmission électronique des déclarations douanières, et la gestion des tarifs associés. Avec la complexité des réglementations du commerce international, les outils informatiques apportent aux entreprises une traçabilité améliorée, une meilleure sécurité des écritures, ainsi qu'un moyen de communication simplifié avec les plateformes de gestion commerciale.