Mon compte Devenir membre Newsletters

Ecouter, fédérer et servir deviennent les mots clef des achats

Publié le par

Tout l'enjeu pour l'acheteur est maintenant de se positionner en business partner. Mais pour y parvenir, il ne lui suffit plus de maîtriser les hard skills. Il lui faut maintenant développer tout un savoir être, comme l'ont expliqué récemment des responsables achats à des étudiants.

Ecouter, fédérer et servir deviennent les mots clef des achats

"Aujourd'hui, quand je recrute, les hard skills sont un pré-requis. Ce que je recherche, c'est la capacité d'une personne à mettre en oeuvre des leviers de rupture dans un environnement qui n'est pas toujours acquis aux achats." Julien Barthélémy, directeur achats Suez Recyclage et Valorisation France a ainsi expliqué aux élèves du master 2 Parcours achats à l'international de Paris-Saclay, réunis fin mai pour un forum, que ce sont aujourd'hui les soft skills qui font la différence, "parce que les business models peuvent être très vite remis en question, la capacité à évoluer et à innover devient cruciale".

Aujourd'hui, a-t-il précisé, "j'ai besoin d'innovation, et l'acheteur à un rôle clef à jouer dans l'interaction entre l'interne et l'externe afin d'identifier et de mettre en oeuvre les leviers de rupture. C'est notamment cette capacité à innover et à coordonner toutes les forces vives de l'entreprise étendue qui permettront aux achats de servir les enjeux stratégiques de l'entreprise, mais aussi à se positionner en business partner." Soit le thème de ce forum: "L'acheteur, au coeur de la transformation, du cost-killer au business partner".

Chez Suez, l'acheteur doit se montrer inventif, car "les conditions économiques ne sont plus là et le focus est: comment faire des économies quand le cost-killing ne suffit plus". Dans ce cadre, "les acheteurs peuvent être contributeurs mais également prescripteurs en allant chercher des optimisations plus en amont", a commenté le responsable avant d'expliquer comment les coûts de transports ont été améliorés via la mise en place de boucles de transport pour diminuer les kilomètres à vide.

Julien Barthélémy

"40 - 50% des dépenses OPEX sont réalisées au travers de cinq grandes catégories qui ont déjà été travaillées de nombreuses fois d'un point de vue mise en concurrence, rationalisation du panel, standardisation, ..., il faut maintenant aller chercher d'autres leviers en analysant le TCO. A titre d'exemple, sur le transport sous-traité aval, après une analyse de nos organisations, de nos processus et de nos outils nous avons identifié que la mise en oeuvre de nouveaux leviers (pilotage de la productivité sur les taux de remplissage et les temps d'attente, mise en concurrence sur les flux non récurrents, ....) devait passer par la refonte de l'organisation. On est dans ce cas précis typiquement sur des leviers qui vont au-delà du périmètre classique des achats".

Lire la suite en page 2: L'acheteur est "un pourvoyeur et un relais d'information entre l'interne et l'externe"