Mon compte Devenir membre Newsletters

(Tribune) Dual-sourcing : le meilleur des deux mondes

Publié le par

Juste équilibre entre mono et multi-sourcing, le dual-sourcing concentre les forces de ces deux stratégies. Conserver le levier de l'effet volume tout en minimisant les risques et en améliorant le rapport de force, voilà ce qui pourrait bien ressembler au meilleur des mondes de l'acheteur.

(Tribune) Dual-sourcing : le meilleur des deux mondes

Le dual sourcing consiste à sourcer un même service ou une même matière chez deux fournisseurs différents. La répartition des volumes peut être équilibrée (50/50) ou asymétrique (90/10). Cette méthode réduit sensiblement les risques de ruptures mais donne également à l'acheteur de nouveaux leviers de pilotage et de négociation.

Gérer les risques avec souplesse

Dans notre économie mondialisée les risques de ruptures d'approvisionnements sont nombreux (catastrophes naturelles, faillites, crises géopolitiques, compétition à l'achat...). Choisir le mono-sourcing amène à s'exposer de manière critique à ces différents aléas. Boeing s'en est d'ailleurs rendu compte en 2011 lorsque plusieurs de ses fournisseurs majeurs ont été frappés par le tsunami au Japon puis par une série de tornades au Texas. Sans solution de secours ces événements ont généré des retards significatifs sur les lignes d'assemblages et plusieurs millions de dollars de perte pour Boeing. L'achat en parallèle à deux fournisseurs pour un même produit permet d'apporter une réponse rapide et sereine à ces crises. Disposer par exemple d'une source locale et d'une source dans un pays à bas coûts permet de maximiser les gains tout en conservant la réactivité et la sécurité d'une chaîne logistique courte. C'est le choix qu'ont fait plusieurs grands acteurs occidentaux de l'high-tech en achetant une partie de leurs composants en Asie, tout en conservant un fournisseur local capable de répondre rapidement à des demandes urgentes.

Améliorer le rapport de force

Aujourd'hui les démarches d'homologation d'une nouvelle matière ou d'un nouveau composant sont souvent chronophages. Les fournisseurs le savent et n'hésitent pas à en profiter. Travailler avec un seul fournisseur le place en position de force pour les négociations futures. Le rapport de force est un élément essentiel de la fixation du niveau de prix et de son évolution. Comment négocier une baisse avec un fournisseur unique ? Disposer en permanence de deux fournisseurs homologués permet à l'acheteur de modifier drastiquement et très rapidement la répartition de ses achats, et donc de reprendre le pouvoir dans la relation.

Une démarche assumée et partagée

Le succès de cette démarche repose en grande partie sur l'adhésion de nombreuses fonctions de l'entreprise (finance, supply-chain, R&D...). La première mission de l'acheteur est d'être capable de démontrer à chacun les bénéfices de ce dual sourcing.

Le dual sourcing est à la fois un outil de protection et de dissuasion. L'objectif est de faire savoir au fournisseur que nous avons à disposition des réponses efficaces face à une évolution critique de la relation commerciale, et ainsi de le dissuader de prendre des positions non acceptables. Elle implique une phase d'homologation plus importante mais qui est largement compensée par les gains de flexibilité et de sécurité. A deux c'est mieux.

Par Olivier Wajnsztok, directeur associé de AgileBuyer