Mon compte Devenir membre Newsletters

Daher soigne sa relation fournisseurs pour grandir

Publié le par

L'équipementier Daher organise aujourd'hui sa 2ème convention fournisseurs. L'ETI familiale, actuellement en pleine transformation, a revu notamment son organisation achats afin de construire des relations partenariales robustes avec ses fournisseurs stratégiques.

Daher soigne sa relation fournisseurs pour grandir

David Divialle-Corbière, a rejoint le groupe Daher - équipementier de rang 1 pour l'industrie aéronautique & technologies avancées - en novembre 2015 en tant que Vice-president purchasing & supply chain Group. Il était auparavant le CPO de l'équipementier automobile Sogefi.

Vous rassemblez aujourd'hui 300 de vos fournisseurs stratégiques. Quels en sont les objectifs ?

Il y a deux ans, nous avions lancé le plan "Performance 2017", décliné pour la partie fournisseurs en "Performance 2017 together". Les résultats de ce plan étant nettement insuffisants compte tenu du contexte concurrentiel et pression du marché, nous devions donc changer de braquet pour suivre le rythme imposé par nos donneurs d'ordres. Et pour y parvenir, il fallait gagner en maturité achats en changeant notamment notre mode de relation avec nos fournisseurs pour nouer des relations partenariales avec les plus stratégiques. D'où l'intérêt pour nous de les rassembler pour leur faire passer des messages concrets. Nous misons donc beaucoup sur notre nouveau plan CAP 20 ("Competitive Action Plan") qui fixe des objectifs pour 2020. Le "20" signifiant également une réduction des coûts de 20% d'ici 2020.

Dans la mesure où nous achetons 50% voire 60% de ce que nous vendons aux clients, notre compétitivité passe donc par la compétitivité de notre panel. L'objectif est de réduire ce panel d'ici 2020 et que nos principaux sous-traitants deviennent des business partners.

La pression exercée par vos donneurs d'ordres s'est-elle accentuée ?

Aujourd'hui, le problème des grands donneurs d'ordres, que ce soit dans l'aéronautique ou le nucléaire, c'est bien la compétition. Dans un tel contexte, Daher doit se remettre en cause au quotidien pour fournir des services à plus fortes valeurs ajoutées et à des coûts plus maintenus. Nous parlons donc davantage de performance que de pression. Quand Airbus nous demande, par exemple, de faire un effort de compétitivité, nous prenons cela comme un challenge à relever en interne dans la mesure où nous avons la chance d'avoir une visibilité à très long termes sur les carnets de commandes. Le marché du nucléaire en revanche est plus compliqué car en crise depuis Fukushima.

Comment avez-vous réorganisé la direction achats ?

Depuis 5 mois, nous avons réorganisé nos achats pour être à la fois mieux armé pour l'excellence et plus proche de nos fournisseurs. Nous avons pour cela "focusé" nos achats en mettant en place dix acheteurs clés, les "Strategic Commotities Leaders", qui sont les interlocuteurs naturels de nos fournisseurs. L'objectif : faciliter la communication et bâtir de véritables partenariats et plans d'actions pour atteindre les objectifs fixés par le groupe. Les achats et le commerce (avec les responsables commerciaux grands groupes) doivent aujourd'hui travailler main dans la main dès la constitution des offres.

L'internationalisation, axe fort de votre plan Cap20 ?

Oui, c'est une priorité pour le groupe. Parmi les 5 axes définis dans le plan Cap20, l'un d'eux concerne le "Global Sourcing" car l'internationalisation de notre panel découle de notre objectif d'internationaliser notre portefeuille clients pour devenir un groupe international. Cet axe vise notamment à développer des fournisseurs dans des régions à coûts plus limités ainsi que dans des régions zone dollar pour limiter les risques monétaires. Les régions sur lesquelles nous nous focalisons : Afrique du nord (Maroc), Europe de l'Est jusqu'à la Turquie, Chine, Inde, Mexique, USA et Canada. Nos principaux sous-traitants ont d'ailleurs déjà des antennes industrielles dans ces pays.

Quelle est votre maturité en termes de gestion des risques ?

La gestion des risques passe avant tout par l'excellence. Maîtriser et comprendre le risque ne peut se faire qu'une fois s'être assuré de travailler avec les bons partenaires et qu'ils maîtrisent bien la robustesse de ce qu'ils nous fournissent.

Comment sécurisez-vous votre Supply Chain ?

Le projet "Supplier Quality and Developpement" est en cours de construction. Nous avons nommé des ingénieurs dont la mission est de développer de nouveaux fournisseurs dans les pays cibles que nous avons déterminés. Ils devront contrôler la Supply Chain et les pratiques notamment en manière de RSE. Nous ne voulons pas, par exemple, voir le nom de Daher associé à des pratiques qui puissent être dangereuses pour les opérateurs.

2015, un bon cru pour Daher

Le chiffre d'affaires 2015 s'établit à 1040 millions d'euros, les ventes sont en croissance de 7% et le carnet de commandes est valorisé à 3,6 milliards d'euros (+11% par rapport à 2014, soit plus de 3 fois le CA).