Mon compte Devenir membre Newsletters

Achats responsables : une question de stratégie

Publié le par

En accord avec les priorités RSE, les produits et solutions durables gagnent en importance dans les entreprises. Mais pour en faire un véritable levier gagnant, une approche et une méthodologie globale semblent indispensables.

Achats responsables : une question de stratégie

Selon la MIT Sloan Management Review, depuis 2016, la responsabilité sociétale s'est hissée dans le cercle fermé des 5 critères majeurs améliorant la valeur d'une marque, aux côtés de notions essentielles connues de tous comme le leadership ou le degré de qualité. Une importance qui explique le poids des stratégies RSE visant à acheter des produits durables et responsables. Mais le seul fait de se tourner vers de nouvelles catégories de fournisseurs ne suffit pas pour être véritablement efficace sur ce plan.

Eric Mugnier, associé chez EY France dans le département Sustainable Performance & Transformation, souligne notamment qu'un positionnement durable de ce type repose sur 4 piliers : " la marque en question doit être engagée, défendre une cause ou des valeurs faisant écho à des préoccupations répandues. Elle doit aussi être engageante, ce qui implique le désir de se tourner vers elles pour des raisons nobles. La transparence est un autre critère essentiel. Elle signifie que l'engagement annoncé doit être prouvé et justifié sans ambiguïté. Enfin, la fabrication de produits effectivement durable et responsable complète ce tableau. "

Mais au-delà de ces aspects, une méthodologie et des bonnes pratiques sont au coeur des stratégies gagnantes. De façon générale, comme l'indique l'étude de 2017 du cabinet Ernst & Young, intitulée " Durable brands & products : it's time to scale up ", la durabilité des produits doit s'inscrire désormais dans une approche mondiale qui implique la création d'outils et de conseils à destination des non-experts. Ces derniers permettent de définir ce qu'est une marque et produit durable pour leur entreprise, de conduire l'innovation vers un portefeuille plus large de produits de ce type, et de communiquer sur les attributs liés à cette durabilité des produits.

Un autre volet important concerne l'engagement de programmes de transformation à grande échelle sur les caractéristiques de cette durabilité, comme par exemple la priorité aux achats 100 % d'origine durable ou 100 % de matières dont l'empreinte carbone est réduite. Il s'agit alors de mettre en place des procédures de co-innovation avec les fournisseurs et un co-investissement aux côtés des partenaires de la chaîne d'approvisionnement.

Accompagnée par Ernst & Young, le groupe Saint-Gobain a ainsi refondé son approche en la matière. " Une partie importante de la méthodologie mise en place consiste à recueillir auprès des sociétés clientes ce qu'ils recherchent en terme de produits et solutions durables. Au final, le but pour nous est d'utiliser moins de matières premières et d'améliorer le service rendu global relatif aux solutions durables. L'énergie et le carbone, l'implication dans l'économie circulaire, la consommation d'eau, l'intégration d'acteurs locaux dans les projets clients sont 4 aspects essentiels intégrés la démarche ", explique Pascal Eveillard, Deputy Vice President Sustainable Development chez Saint-Gobain.