Mon compte Devenir membre Newsletters

" L'acheteur devient une clé de voûte dans la conduite des politiques publiques "

Publié le par

Les achats publics n'hésitent plus à s'inspirer des pratiques issues du privé et embaucher des acheteurs sachant manier négociation, relations fournisseurs ou marketing achat. Interview de Lionel Gindre, Senior Manager expert en charge du secteur public au sein de KLB Group.

Lionel Gindre, senior manager expert en charge du secteur public (KLB Group)

Lionel Gindre, senior manager expert en charge du secteur public (KLB Group)

Cette migration des acheteurs du privé vers le public est-elle marginale ou bien liée à la crise ?

Lionel Gindre : Sans être vraiment marginal, ce phénomène ne peut être entièrement lié à la crise. Plusieurs éléments peuvent en effet l'expliquer. La réduction des dotations de l'Etat contraint les collectivités et organismes publics à maîtriser leurs dépenses : à ce titre, mieux appréhender et contrôler l'acte d'achat est un facteur clé de réussite que le recrutement de ressources rompues aux pratiques achats permet de concrétiser. L'objectif étant bien de sortir d'une approche purement juridique de l'acte d'achat pour réaliser plus de performance, qu'il s'agisse de gestion optimisée des dépenses publiques ou de recherche de marges de manoeuvre financières. Il est important de mentionner que certains organismes n'ont pas attendu ce contexte de restriction budgétaire pour mettre en place une fonction achat dans leur organisation. Les grandes collectivités, les conseils régionaux s'étaient déjà inspirés du modèle privé pour ajouter à leur service marché une compétence achat, traduisant ainsi une volonté précoce d'optimiser les dépenses et de développer une nouvelle approche de leurs marchés. La mise en place d'acheteurs au sein du secteur public est bien une tendance de fond qui n'a pas attendu la crise pour émerger. Les précurseurs avaient déjà recruté des profils métiers issus du privé il y a près de 10 ans, mais ils n'étaient pas nombreux.

Aujourd'hui ce besoin de compétence n'est plus soumis à discussion et est en forte progression, même si sa mise en oeuvre peut avoir de multiples facettes : recruter des profils achats formés au secteur public, recruter des profils issus du privé pour insuffler de nouvelles pratiques ou recourir à des compétences externes via des activités de conseil. L'acheteur représentant un levier majeur qui permet de "faire plus avec moins", il devient une véritable clé de voûte dans la conduite des politiques publiques.