En ce moment En ce moment

6 leviers pour optimiser ses achats de Classe C

Publié par le | Mis à jour le
6 leviers pour optimiser ses achats de Classe C

"La catégorie C qui englobe tous les achats spot, ad-hoc, non récurrents. Elle compte pour 5% du volume total d'achat. Négligeable donc...Erreur... car lorsqu'on raisonne en coûts administratifs, les proportions s'inversent. La classe C représente 75% du nombre des fournisseurs et des factures".

  • Imprimer

Dans un texte publié sur son compte LinkedIn, Pierre-Olivier Brial, directeur général délégué - administrateur de Manutan, préconise "6 leviers qui peuvent être activés pour économiser des centaines de milliers d'euros sur les achats de classe C". Voici les leviers qu'il propose:

1. Globaliser ses volumes auprès d'un fournisseur capable de fournir une offre produit très large (d'adresser "le long tail"), de couvrir logistiquement tous les sites de l'entreprise et de fournir un reporting très détaillé. Dès la signature du contrat, il faut développer son "taux de compliance". Le fournisseur doit avoir une force de vente et tout un dispositif de communication (appels sortants, marketing direct, ...) pour promouvoir l'accord auprès de tous les utilisateurs.

2. Rationnaliser sa base fournisseurs : en identifiant tous les fournisseurs utilisés très sporadiquement pour faire basculer ces achats sur l'accord global.

3. Mettre en place une solution d'achat électronique : il en existe aujourd'hui pour tous types d'entreprise et pour tous les budgets. Elle permet de réduire significativement le coût de traitement d'une commande.

4. Proposer, au moment de l'achat et quand c'est pertinent, des alternatives de qualité égale mais moins chères que les produits des marques. Cette proposition doit être intégrée dans l'outil de commande du client ou le site marchand du fournisseur.

5. L'optimisation de la logistique - "Il n'est pas rare qu'après une analyse conjointe avec nos clients, nous constatons que nous livrons jusqu'à 16 fois par semaine le même site. Rationnaliser ces livraisons, c'est faire des économies sur le temps de travail et réduire l'empreinte écologique", commente Pierre-Olivier Brial

6. L'amélioration du taux de service - Chaque commande mal livrée, ou au mauvais endroit ou bien encore avec des produits cassés, coûte cher en temps humain. Travailler la qualité de service est un axe significatif de réduction des coûts.

Lire l'intégralité du texte publié sur LinkedIn: cliquer ici

Pierre-Olivier Brial, Manutan

La rédaction vous recommande

Par AirPlus

Avec la multiplication des deplacements professionnels la gestion des depenses devient un reel enjeu pour les entreprises Vous cherchez une [...]

Sur le même sujet