L'État a contribué au financement de 315 projets de vidéosurveillance en 2007

Publié par le

La hausse spectaculaire des équipements s'inscrit dans la volonté de la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, de tripler le nombre de caméras d'ici 2009.

  • Imprimer

En 2007, l'État a contribué au financement de 315 projets de vidéo-surveillance, pour un montant total de subvention de 13,4 millions d'euros, a annoncé la ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Michèle Alliot-Marie. La ministre s'exprimait au cours de l'assemblée de la Commission nationale de la vidéosurveillance, qui regroupe notamment les préfets. MAM a par ailleurs indiqué que «10 000 caméras ont été soumises aux autorisations des préfets en 2007, contre 4 000 en 2006. Les raccordements entre les centres de supervision et les services de police et de gendarmerie se sont multipliés : 50 centres étaient raccordés en octobre 2007». Aujourd'hui, ce chiffre s'élève à 80, et 143 autres raccordements sont prévus en 2008.
Cette hausse spectaculaire des équipements s'inscrit dans le plan de la ministre, qui souhaite tripler le nombre de caméras de vidéo-surveillance sur la voie publique, pour le porter à 60 000 d'ici 2009. Un objectif réaffirmé.  « Avec le plan de vidéoprotection que je mets en œuvre, je veux promouvoir un modèle français de la protection des citoyens, soucieux de conjuguer libertés individuelles et sécurité collective », a indiqué la ministre. Devant l'inquiétude des collectivités locales face au coût engendrés par ces équipements, la ministre avait indiqué que l'Etat prendrait à sa charge une partie des dépenses, notamment celles liées au transfert des images vers les commissariats de police ou les gendarmeries.

Sur le même sujet

Le développement durable côté bloc opératoire
Achats publics
Le développement durable côté bloc opératoire
Martin Chalou

Le développement durable côté bloc opératoire

Par la rédaction

"Si le bloc opératoire, centre névralgique d'un établissement de santé de court séjour, est exemplaire, il peut embarquer les autres services [...]

La commande publique "as a platform"
Achats publics
La commande publique "as a platform"
vege - Fotolia

La commande publique "as a platform"

Par Camille George

Le digital bouscule l'ordre établit dans la commande publique. Pour qu'elle s'inscrive dans la stratégie d'Etat plateforme qui vise à dé-siloter [...]

La rédaction vous recommande