Les partenariats public-privé inquiètent la Cour des Comptes

Publié par le

Exemples de surcoûts à l'appui, Philippe Séguin rappelle que l'État peut emprunter à des taux inférieurs à ceux accessibles à ses partenaires privés, réalité trop souvent ignorée.

  • Imprimer

C'est l'une des petites "bombes" du rapport annuel de la Cour des Comptes, dévoilé mercredi 6 février, et elle concerne la commande publique. Pour la première fois depuis les réserves du Conseil constitutionnel, en 2004, les partenariats publics-privés (PPP) sont clairement montrés du doigt par Philippe Séguin, le président de la juridiction financière. Créé par une ordonnance de juin 2004, le PPP est un contrat permettant à des opérateurs privés de concevoir et gérer des équipements publics. Séguin dénonce ainsi ces projets "qui consistent  à aller chercher des tiers financeurs et à bâtir des usines à gaz, en oubliant que celui qui emprunte pour le compte de l'État le fait à un coût plus élevé".

L'argument selon lequel ces montages allègent la dette publique est fallacieux, estime-t-il, en s'appuyant sur deux cas concrets. Le premier concerne le "pôle renseignement" du ministère de l'Intérieur (qui regroupe RG et DST), installé à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) en 2005, "sans aucune étude précise ex ante du coût et des bénéfices attendus de l'opération". Loyer supérieur à l'estimation des domaines, valeur de l'immeuble surévaluée, travaux non prévus initialement : le bail avec option d'achat signé avec Icade (Caisse des Dépôts), propriétaire des lieux, coûtera 121 millions d'euros de trop à l'État, calcule la Cour des Comptes.

Second cas évoqué par la Cour : le centre des archives diplomatiques du ministère des Affaires Etrangères, à La Courneuve (Seine-Saint-Denis). L'autorisation d'occupation temporaire du domaine public, consentie là aussi à Icade, se traduit par 41% de surcoût à la charge du contribuable, estime la Cour. La Cour invite donc "à une réflexion approfondie sur l'intérêt réel de ces formules innovantes". Et Philippe Seguin de conclure : "De façon générale, on peut dire que l’État a fait preuve, dans toutes ces opérations, d’une myopie coûteuse".

Sur le même sujet

Comment les TPE/PME perçoivent-elles le secteur public?
Achats publics
Comment les TPE/PME perçoivent-elles le secteur public?

Comment les TPE/PME perçoivent-elles le secteur public?

Par Camille George

Pour connaître le ressenti des TPE/PME sur l'accès à la commande publique, l'OECP a missionné la Médiation des entreprises. Ces remontées terrain [...]

Comment booster la commande publique responsable?
Achats publics
Comment booster la commande publique responsable?

Comment booster la commande publique responsable?

Par Marie-Amélie Fenoll

La commande publique responsable est un levier insuffisamment exploité. C'est pourquoi un groupe de travail du Conseil économique, social et [...]

Que va changer l'open data pour les marchés publics ?
Achats publics
Que va changer l'open data pour les marchés publics ?

Que va changer l'open data pour les marchés publics ?

Par Camille George

Le 1er octobre 2018, l'ensemble des organismes publics est censé passer à l'open data. Soit adapter les profils d'acheteurs, définir et mettre [...]

L'Alpha des achats au ministère des Armées
Achats publics
L'Alpha des achats au ministère des Armées

L'Alpha des achats au ministère des Armées

Par Aude Guesnon

Le ministère des Armées s'est doté d'un nouveau système d'information, Alpha, désormais système unique de gestion des achats hors armement "qui [...]

La rédaction vous recommande

La révolution du paiement sans carte !
La révolution du paiement sans carte !

La révolution du paiement sans carte !

Par AirPlus

Avec la multiplication des deplacements professionnels la gestion des depenses devient un reel enjeu pour les entreprises Vous cherchez une [...]