Mon compte Devenir membre Newsletters

best of

Publié le par

@ FOTOLIA / MIPAN

Les acheteurs, adeptes du cost killing?

Les acheteurs auraient décidément du mal à abandonner leurs pratiques de cost killing! C'est du moins l'enseignement que tire une étude réalisée en décembre dernier par le cabinet AgileBuyer et le groupement achats d'HEC353 responsables de services achats ont été interrogés entre le 14 et le 18 décembre 2010. L'enquête stipulerait qu'environ trois services achats sur quatre auraient comme objectif principal la réduction des coûts: faut-il s'en étonner? 42 % des personnes interrogées déclarent ne pas percevoir de primes sur les économies réalisées. Dans le registre de l'optimisation, 46 % des sondés souhaiteraient réduire le nombre de leurs fournisseurs en 2011, contre 42 % en 2010. Ils seraient presque autant à vouloir privilégier les achats dans les pays à bas coûts.

Face à un contexte économique incertain, la gestion du risque fournisseurs susciterait l'attention de 66 % des acheteurs. Un taux qui grimpe haut dans le secteur pharmaceutique et la banque-assurance.

Autre enseignement tiré par l'étude: 39 % des services achats ont des objectifs en termes de responsabilité sociale et environnementale mais seulement 10 % auraient des primes liées à ces objectifs. Des chiffres en net décalage avec l'engouement affiché de la majorité des entreprises. Dans les secteurs automobile et aéronautique, les objectifs sont encore plus bas (16 %). A contrario, 91 % des services achats du secteur de la construction seraient soumis à des objectifs précis en la matière.

SUR LE FIL...

STMicroelectronics, l'un des premiers fournisseurs mondiaux de circuits intégrés, a remporté le trophée 2010 décerné par l'EIPM (European Institute of Purchasing Management) dans la catégorie Meilleures pratiques de responsabilité sociale en entreprise dans le domaine des achats. Cette récompense a été remise à Philippe Pellegrin, directeur des achats du groupe.


Pour renforcer le déploiement de son référentiel fournisseurs mondial, PSA Peugeot Citroën s'appuie désormais sur un outil de gestion conçu par Ivalua. Cette solution de gestion des fournisseurs, mise en production depuis mars 2010, offre accès à toutes informations relatives au sourcing à l'ensemble de la communauté achats et ce, dans le monde entier.


Pierre & Vacances a annoncé un plan de réduction de ses coûts de 65 millions d'euros sur trois ans: 50 millions d'euros pour les coûts opérationnels et de structures et 15 millions d'euros pour les loyers. Ce plan inclut la fusion des organisations de Pierre & Vacances et Center Parcs.


Erratum Page 20 de notre numéro daté janvier 2011, nous avons attribué à tord la paternité du Desma (Diplôme d'études supérieures en management) à Grenoble Ecole de Management. Il fallait bien sûr lire que ce fameux master spécialisé en management des achats était exclusivement dispensé par l'IAE de Grenoble.

Le conseil spécialisé, aux Rencontres de l'Adra

L'Adra (Association des directeurs et responsables achats) a organisé pour la première fois en décembre dernier ses «Rencontres annuelles», ouvertes à ses membres ainsi qu'à des invités. Thème de cette réunion: «le conseil spécialisé, une vraie valeur ajoutée». Cinq cabinets, à l'instar d'Epsa, EcoVadis ou encore Kepler, ont pu mettre en avant leur savoir-faire lors de courtes interventions ciblées. Notons que la sélection de ces entreprises n'est pas le fruit du hasard. En effet, chacune d'entre elles a été, au préalable, recommandée par un membre de l'Adra satisfait par ses services. « L'audit documentaire conçu par EcoVadis nous a permis de remplir nos trois objectifs initiaux: disposer dune meilleure gestion des risques, optimiser nos coûts et favoriser la recherche d'innovations, a témoigné Jean-Christophe Alvergne, directeur des achats de technologues au sein de Lagardère Active. Nous avons utilisé cette plateforme pour diverses familles d'achats, du papier magazine au multitechnique, sans oublier le multiservice. » Même enthousiasme chez François Gautier, sourcing performance director d'Alstom, qui, lui, a fait appel aux services de Kepler: « Ce cabinet peut apporter à nos acheteurs la connaissance sur un marché spécifique où ils ne disposent pas encore d'une maturité suffisante. » Cet événement a rallié plus de 40 directeurs achats. « Nous prévoyons d'organiser d'autres événements de ce type dès 201 1 », a conclu Jean-Marc Novène, vice-président de Kerneos et membre du bureau de l'Adra.

4 milliards

C'est le plan d'économies sur lequel miserait la SNCF d'ici 2015, par la maîtrise des achats, des charges externes et des investissements ainsi que l'amélioration de la marge opérationnelle, selon le quotidien Les Echos. L'entreprise s'attaquerait ainsi à la réduction de sa dette.

Charte de la sous-traitance: 45 nouvelles directions achats

Allianz France, Bombardier, Groupama, HP France ou encore GDF Suez... En tout, près de 50 donneurs d'ordres se sont réunis mardi 14 décembre à Bercy, pour signer la charte des relations interentreprises industrielles et de la sous-traitance, en présence de Christine Lagarde et du médiateur de la sous-traitance Jean-Claude Volot. L'objectif était de "pacifier" les relations entre grands donneurs d'ordres et fournisseurs, sur la base d'un référentiel de bonnes pratiques. Cette troisième vague de signatures de la charte intervient environ six mois après celle du 28 juin 2010, au cours de laquelle 45 grands comptes tels que Danone, Lafarge ou L'Oréal, avaient apposé leur seing A ce jour, 109 acheteurs issus d'organismes publics et d'entreprises privées se sont engagés à suivre cette charte des relations interprofessionnelles. De plus, Jean-Claude Volot a souhaité mettre en avant le fonctionnement concret de la médiation de la sous-traitance, censée garantir la bonne application dudit document. « Il y a en effet deux moyens de saisir le médiateur. Une saisine individuelle, précisant le nom de l'entreprise et du fournisseur ainsi qu'une médiation collective à travers laquelle le fournisseur pourra se rapprocher de sa famille de métier et se présenter collectivement face au donneur d'ordres .»

Bouygues Construction centralise les achats de 80 pays

Le spécialiste du BTP a sélectionné la plateforme logicielle intégrée d'Emptoris pour accompagner son projet de centralisation mondiale des achats. Son objectif: réduire le volume total des dépenses de 10 % d'ici à 2012, tout en améliorant l'efficacité, le contrôle qualité et la collaboration entre l'ensemble des opérations achats et des fournisseurs. « Notre choix s'est porté sur le partenaire le plus à même de nous aider à accroître notre avantage concurrentiel. Emptoris viendra compléter nos pratiques à la fois métier et internes et permettra d'accroître la capacité de nos 250 acheteurs à mieux servir les opérations du groupe », explique Dominique Lebigot, directeur central achats de Bouygues Construction.

Chimie: les acheteurs incompris par les industriels

En privilégiant la qualité, les industriels du secteur de la chimie peinent à répondre aux besoins de leurs clients acheteurs, selon les résultats d'une étude mondiale, menée par Accenture auprès de 1 200 professionnels. Si les acheteurs et fournisseurs s'accordent à penser que le critère décisif est la «performance et la qualité des produits», ils lui accordent davantage d'importance (+ 40 %) que leurs clients. Ils surévaluent l'importance que les clients prêtent à «l'étendue du savoir-faire technique» et au «support client». Un quart des clients se déclarent très satisfaits de leurs fournisseurs. Et près d'un tiers estiment que les industriels peinent à se différencier.

@ FOTOLIA/ TIMO DARCO/LD

L'impact économique des achats durables démontré?

Quel est le retour sur investissement d'une politique d'achats responsables? C'est la question à laquelle ont tenté de répondre EcoVadis, PricewaterhouseCoopers et l'Insead, en proposant un modèle permettant d'évaluer l'impact financier de ces achats, à partir de 30 études de cas. Pour quantifier le retour sur investissement de ces initiatives (recours aux ateliers protégés, réduction des emballages, éco-conception des produits, etc.), trois types de gains ont été étudiés: l'optimisation des coûts, la réduction des risques et l'accroissement du chiffre d'affaires.
Au tamis de ce modèle d'évaluation, les gains en termes de réduction des coûts et de hausse du chiffre d'affaires se sont avérés... négligeables, pour les 30 entreprises étudiées: 0,05 % pour le premier et 0,5 % pour le deuxième.
Toutefois, l'étude note l'importance des gains générés par la réduction des risques fournisseurs (pollution locale induite par certains produits ou chaînes d'approvisionnement, recours au travail des enfants, etc.). Un risque qui entraîne souvent des dommages indirects, notamment en termes d'image et de baisse 3 de la valeur du cours en bourse des entreprises étudiées. Selon le modèle proposé, le refus d'acheter de manière responsable peut entraîner une chute du cours de 12 % en moyenne!