Mon compte Devenir membre Newsletters

best of

Publié le par

Services additionnels: une manne pour les compagnies aériennes

- Près de 18,4 milliards d'euros. Tel sera, en 2010, le montant des revenus issus des services additionnels proposés par la plupart des compagnies aériennes, selon un guide réalisé par le cabinet IdeaWorks et l'éditeur Amadeus. De quoi rendre malades les travel managers et autres acheteurs de voyages face à ce qu'ils considèrent comme un facteur de dérive des coûts dans leurs organisations.

Ce guide cite quelques exemples qu'il qualifie de «pratiques vertueuses»: Continental, qui a mis en place un système de tarification variable en fonction de l'espace entre les sièges ; EasyJet, qui propose un embarquement prioritaire pendant 12 mois dans

le cadre d'un abonnement ; KLM, qui expérimente actuellement la possibilité de commander des plats à la carte pour la somme de 10 euros ; Ryanair, qui vend sur son site internet des bagages cabine agréés d'une marque bien connue ; ou encore Vueling, qui se sert des points de bonus de son programme de fidélité pour encourager ses clients à réserver des chambres d'hôtel depuis son site web. Quoi qu'il en soit, les auteurs du guide estiment que les revenus additionnels des compagnies aériennes vont augmenter en 2011, «les méthodes de facturation à la carte se perfectionnant et tendant à se généraliser, aussi bien du côté des low cost que des compagnies classiques».

SUR LE FIL...

Regus ouvre deux nouveaux centres d'affaires haut de gamme à Paris. Les centres Regus Invalides et Georges V, respectivement d'une superficie de 1 450 m² et 1 600 m², sont équipés d'un accès internet haut débit, de salles de réunion ou encore de salons d'affaires pour les professionnels mobiles. Désormais, Regus est présent dans 33 sites sur la région parisienne.


La compagnie aérienne SAS France lance «SAS Crédits», un programme de fi délité pour les entreprises, qui leur permet de gagner des points (appelés «Crédits SAS») lorsque leurs collaborateurs réservent des vols sur les compagnies du groupe SAS (Scandinavian Airlines, Blue 1 et Wideroe), quelles que soient la destination et la classe de réservation.


Lors du salon IFTM Top Resa Air France a présenté son nouveau siège affaires. Celui-ci possède différentes fonction nalités innovantes: une nouvelle architecture offrant un lit de plus de deux mètres et un nouveau repose-pieds fi xe, des commandes plus simples et intuitives, des rangements supplémentaires, un écran 1 6/9 de 1 5 pouces (38 centimètres), etc.

L'achat de technologies liées aux voyages échappe aux acheteurs

- La plupart des acheteurs de voyages ne sont pas responsables des achats technologiques liés aux voyages d'affaires (vidéoconférence, téléprésence, etc.), même si ces solutions sont de plus en plus intégrées aux politiques voyages des entreprises. C'est le principal constat d'une étude sur l'impact des nouvelles technologies sur les déplacements professionnels réalisée par American Express Voyages d'Affaires auprès de 150 acheteurs de voyages. Si 22 % des sondés estiment avoir «une certaine influence» en la matière, 64 % reconnaissent n'en avoir aucune. Et seuls 13 % affirment être également responsables de ces achats technologiques. Mais est-ce la bonne façon de procéder? Selon l'étude, une majorité (56 %) estime en effet que cette famille d'achats devrait être rattachée à celle des voyages d'affaires.

Par ailleurs, pour 63 % des acheteurs de voyages, la possibilité de réduire les coûts est le principal atout des nouvelles technologies. Seuls 27 % pensent que la productivité est un élément-clé pour les proposer comme alternative aux déplacements professionnels. Du côté des voyageurs d'affaires, ils indiquent majoritairement (59 %) que leur entreprise propose désormais la vidéoconférence, voire la téléprésence comme alternative aux déplacements. 48 % déclarent cependant que la rentabilité d'une rencontre en face à face reste beaucoup plus élevée.

5%

En raison de l'amélioration du climat économique, l'agence Egencia table sur une légère augmentation des tarifs de location de voitures. En Europe, elle pourrait s'élever à 5 %.