Mon compte Devenir membre Newsletters

best of

Publié le par

SUR LE FIL...

Le Crédit Foncier a confié à un prestataire, GFI Informatique la gestion de ses applications Microsoft. Au final, sur l'ensemble des opérations mises en oeuvre, le Crédit Foncier estime avoir réalisé plusieurs dizaines de milliers d'euros d'économie annuelle grâce à une meilleure optimisation des ressources et des profils. L'appel d'offres date de novembre 2009 et a mis aux prises six prestataires.

Un tiers des employés de bureau (32,7 %) perdent entre 30 minutes et deux heures chaque semaine à régler des détails comme le bourrage de papier ou les problèmes de numérisation, révèle une étude menée par Panasonic auprès d'une centaine de ses salariés. Soit une perte de temps annuelle de 104 heures!

Si près de 70 % des entreprises interrogées déclarent avoir consulté leur service informatique à propos de la vidéo sur IP, seulement 48 % d'entre elles souhaitent intégrer la vidéo à des solutions collaboratives, révèle une étude menée par Aastra. La réduction des coûts et l'optimisation de la productivité des collaborateurs sont les deux principaux arguments invoqués pour l'implémentation de cette technologie.

Le conseil d'Etat a exigé du gouvernement, le 22 octobre 2010, la publication dans un délai de six mois des décrets d'application concernant l'ordonnance relative à la lettre recommandée électronique. Jusqu'à présent, seule la lettre recommandée papier avait une valeur juridique.

Des millions d'euros engloutis dans des applications inutilisées

Une étude réalisée par Informatica CorporationEtude réalisée pour Informatica par la société Dynamic Markets auprès de 300 responsables commerciaux et marketing et de 30 professionnels de l'informatique en France, au Royaume-Uni et en Allemagne. montre que selon 75 % des responsables informatiques européens, le réseau de leur entreprise héberge des applications ou des données inutilisées durant les trois dernières années. En moyenne, ces applications représentent un quart du nombre total d'applications au sein du système de l'entreprise. Les auteurs de l'enquête en concluent logiquement que «ces actifs inemployés font peser des coûts significatifs sur les organisations, en termes de ressources informatiques, d'énergie et de temps consacré à leur traitement.» Selon les enquêteurs, ces dépenses dépassent 2 millions d'euros par an dans certains cas. « Le problème est particulièrement prononcé dans les entreprises de plus de 1 000 salariés », précisent-ils. Or, 86 % des professionnels de l'informatique travaillant dans ce type d'entreprise déclarent que leurs systèmes fonctionneraient de manière plus efficace si ces applications inutilisées étaient retirées du circuit. Cependant, la moitié des responsables informatiques (46 %) déclarent que leur entreprise n'envisage pas de retirer ces applications inutilisées, au motif qu'elles pourraient être utiles plus tard. 26 % les conservent pour des questions de conformité.

72 %

Selon le premier Baromètre Brother, réalisé en partenariat avec TNS Direct, 72 % des TPE/PME françaises citent le prix comme premier critère d'achat pour une imprimante.

Les DSI confrontés à la réduction des coûts

La tendance est à la reprise des investissements informatiques et télécoms, puisque 20 % des directeurs des systèmes d'information (DSI) estiment que leur budget 2010 est en hausse. Cependant, les deux tiers d'entre eux rencontrent des problématiques liées à la réduction des coûts et à l'optimisation des structures existantes. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle 2010, baptisée DSI 250Enquête menée auprès de 250 décideurs informatique et télécom. du cabinet Pierre Audoin Consultants.

Selon les directeurs interrogés, les projets liés à la sécurité et à la consolidation des infrastructures devraient prendre de l'importance au cours des deux prochaines années. Dans ce contexte fragile, le recours aux prestataires externes reste une tendance lourde. Si 71 % des sondés considèrent le prix comme un critère important, les attentes liées à la qualité sont également prépondérantes dans le choix d'un fournisseur. Côté informatique, les progiciels de gestion intégrés (PGI) commencent à équiper bon nombre d'entreprises. Ces outils ont largement profité de la multiplication des offres éditeurs, note le cabinet Pierre Audoin Consultants. Autre point: l'importance croissante des pays émergents en matière de prestations informatiques et la tendance à l'intégration des pratiques de «nearshore/ off-shore». Ainsi, 62 % des décideurs interrogés estiment que leur proportion va augmenter.