Mon compte Devenir membre Newsletters

Un mot a changé et ça change tout

Publié le par

À LIRE AUSSI

Par le passé, les achats durables ont souvent été présentés comme un effet de mode, voire un sujet «tarte à la crème». D'ailleurs, dans plusieurs enquêtes sur les stratégies achats des entreprises, le développement durable était relégué au fin fond des priorités des directions achats, pour peu que le commanditaire ne soit pas lié de près ou de loin à la vague verte. Politiquement voire médiatiquement incorrect, mais réalité quotidienne des directions achats, qui plus est en période de crise où les problématiques de réduction des coûts sont revenues au premier plan. Toutefois, on ne peut plus tenir le même discours car un mot a changé: on ne parle plus d'achats durables mais d'achats responsables. Une expression - véritablement utilisée depuis le début de l'année - qui a résonné pour bon nombre d'acheteurs comme un électrochoc. Pas tellement parce que cette notion englobe le critère social, alors que l'achat durable ne renvoyait finalement qu'à l'aspect environnemental. Mais surtout parce qu'elle introduit la notion de responsabilité. Or, être responsable, c'est ce que demandent la plupart des directions générales.

Bien entendu, il reste beaucoup de chemin à parcourir: généraliser les critères sociaux dans les cahiers des charges et les appels d'offres, se doter d'indicateurs pour mesurer la performance de ses achats responsables, voire tout simplement se former. Cependant, un acheteur ne peut plus se permettre aujourd'hui de faire des achats «irresponsables» car cela lui serait reproché par sa hiérarchie. Un mot a changé et ça change tout. Les acheteurs ont en tout cas leur rôle à jouer dans la construction d'un monde économique plus vertueux. n

« On ne parle plus d'achats durables mais d achats responsables. Une expression a résonné pour bon nombre?'acheteurs comme un électrochoc. »