Mon compte Devenir membre Newsletters

Trophées

Publié le par

@ PHOTOS: CHARLY POUPLIN

Les Trophées, mode d'emploi

Le Décideur Achats de l'année est élu par les lecteurs de notre magazine. Mais les Trophées Décision Achats sont, eux, décernés par des professionnels de la fonction. Présentation.

Les Trophées Décision Achats, dont c'était la deuxième édition, récompensent les entreprises et les organisations publiques aux pratiques achats les plus innovantes et exemplaires. A la suite d'un appel à candidatures lancé au dernier trimestre de l'année dernière, les candidats pouvaient concourir dans trois catégories : Professionnalisation de la fonction achats, Achats durables et Achats publics. La rédaction a reçu 39 dossiers et sélectionné trois organisations par catégorie. Un de ces dossiers, particulièrement complet et innovant, a été classé hors catégorie et récompensé par un prix spécial. Le 23 février dernier, un jury composé de professionnels de la fonction achats s'est réuni pour départager les finalistes et déterminer les trois vainqueurs (Trophées d'or, d'argent et de bronze) dans chaque catégorie.

Il a aussi gagné

L'élection des Décideurs Achats de l'année repose sur le vote des lecteurs de Décision Achats. Chaque participant désigne son trio gagnant.
Une dotation a été mise en jeu lors de la soirée et un tirage au sort entre les bonnes réponses a eu lieu. Le vainqueur est Luc Mora de Big Fish France. Ce dernier remporte une semaine de location en kilométrage illimité d'un véhicule de catégorie D offert par National/Citer.

Stéfanie Moge-Masson, directrice de la rédaction de Décision Achats et présidente du jury.

Stéfanie Moge-Masson, directrice de la rédaction de Décision Achats et présidente du jury.

Les membres du jury

1. Wafik Azmi-Salib, directeur achats et logistique du groupe Club Méditerranée.
2. Gérald Benchetrit, directeur achats de Pôle Emploi.
3. Sébastien de Boisfleury, rédacteur en chef de Décision Achats.
4. Alain Chambon, directeur achats adjoint de Bouygues Telecom.
5. Charlotte Dekerf, responsable de la marque Dymo.
6. Aline Depont, responsable du département achats de Mondial Assistance France.
7. Antoine Doussaint, directeur achats du Groupe La Poste
8. Christophe Garcia, directeur des ventes France Corporate National/Citer.
9. Christophe Garinet, directeur du développement de Pénélope.
10. Jean-Louis Haie, consultant chez Factea Durable.
11. Marie-Christine Jonon, directrice des achats indirects du groupe Alstom
12. Didier Krief, directeur du développement Certicorps.
13. Dominique Legouge, directeur du Resah-IDF.
14. Arnaud Minvielle, directeur général de BPCE Achats.
15. Isabelle Phung, directrice achats et infrastructures du groupe Heppner.
16. Alfred Rosales, directeur achats monde du groupe Eramet.

Catégorie Professionnalisation de la fonction achats
TF1 acquiert une culture achats en un temps record

En moins de deux ans, le groupe TF1 a monté une direction achats et diffusé une culture achats au sein de l'entreprise. Résultat : le service a traité plus de 300 dossiers depuis sa création. Par Sébastien de Boisfleury

Un projet exemplaire. Créée de toutes pièces au premier trimestre 2008, la direction achats du groupe TF1 s'est aujourd'hui imposée dans toutes les prises de décision de la chaîne pour ses dépenses externes. Les résultats obtenus parlent d'eux-mêmes : plus de 300 dossiers traités en deux ans, représentant près de 400 millions d'euros d'achats, avec à la clé environ 10 % d'économies par dossier. «Face à l'évolution du marché audiovisuel et au contexte économique, le groupe TF1 se devait d'optimiser ses coûts, tout en maintenant la qualité de ses programmes et de ses services », explique Jean-Michel Gras, son directeur achats. Pour ce faire, la chaîne choisit de créer une direction achats. « C'est une décision forte, car très éloignée de l'ADN de la chaîne. De plus, nous étions face à une population qui ne comprenait pas nécessairement la valeur ajoutée d'une direction achats dans les médias et craignait une forte réduction de ses prérogatives », souligne Jean-Michel Gras.

Créer une véritable communauté achats

En quelques mois, ce dernier doit ainsi instaurer une politique achats groupe, définir un processus achats unique applicable à l'ensemble des filiales de l'entreprise, mettre en place un reporting achats ainsi que des indicateurs d'activité et enfin développer une politique d'achats responsables. Pour atteindre l'ensemble de ces objectifs, treize personnes sont recrutées en à peine neuf mois pour couvrir des familles d'achats aussi bien techniques que générales. Une véritable communauté se met alors en place au sein de la chaîne. « Auparavant, des négociateurs étaient dispersés dans toute l'entreprise, explique Shirley Ligneul, responsable développement achats. La mise en place d'une communauté achats nous a donc permis de partager les savoir-faire et les méthodologies d'achats, notamment en matière de négociation. » Aujourd'hui, la professionnalisation de la fonction est bel et bien en marche et devrait se poursuivre avec le déploiement d'un système d'information achats pour l'ensemble du groupe. Le lancement du pilote est prévu pour juillet prochain.

Ce qui a séduit le jury

Un dossier quasi parfait. En s'appuyant sur des résultats chiffrés, la direction achats a ainsi obtenu l'unanimité des votes du jury. Quand les acheteurs savent parler aux acheteurs...

Ils ont aussi été récompensés

Trophée d'argent : PricewaterhouseCoopers
Très beau dossier et belle prestation à l'oral devant le jury pour la direction achats de PricewaterhouseCoopers. Créée fin 2005, celle-ci n'a cessé de se professionnaliser depuis, avec 85 % du périmètre achats de l'entreprise couvert et 25 % d'économies en moyenne sur chaque famille d'achats. Mention spéciale également pour le management interne des acheteurs.
Trophée de bronze : Thales Alenia Space
La promotion de la fonction achats en interne est une problématique à laquelle toutes les directions achats sont confrontées. Un défi qu'a su relever celle de Thales Alenia Space, notamment grâce au déploiement d'un logiciel pour faciliter les échanges d'informations. Un projet mené tambour battant, avec une dimension RH importante qui n'a pas été oubliée.

Catégorie Achats durables
DEEE, quand l'Etat se montre exemplaire

Le Service des achats de l'Etat a fait appel aux secteurs protégé et adapté pour la collecte et le recyclage des équipements électriques et électroniques. Un premier dossier réussi sur toute la ligne. Par Nathalie Costa

Si l'un des principaux objectifs du Service des achats de l'Etat (SAE) est d'économiser 1 milliard d'euros d'ici à 2012, l'utilisation de la commande publique comme levier pour l'insertion des personnes éloignées de l'emploi, les achats durables ou encore l'accès des PME aux marchés publics ne sont pas pour autant délaissés. Les Grenelle de l'environnement et de l'insertion ont d'ailleurs fixé des objectifs précis. Par exemple, 10 % des achats de l'Etat devront bénéficier à des personnes éloignées de l'emploi pour les familles d'achats comportant au moins 50 % de maind'oeuvre. Cette politique d'achats responsables a démarré dès la création du SAE, en mars 2009, avec un premier marché national et interministériel : la collecte, le traitement et le recyclage des déchets des équipements électriques et électroniques de l'Etat (DEEE). « Une initiative complètement nouvelle, rappelle Gérard Brunaud, chargé de mission achats responsables au sein du SAE. Nous voulions, d'une part, opérer dans les meilleures conditions techniques et environnementales la collecte et le recyclage des ordinateurs, imprimantes, photocopieuses et téléphones obsolètes de l'Etat. Et d'autre part, confier ce travail à des personnes éloignées de l'emploi du fait de leur handicap. » Ainsi, près de 10 000 tonnes de matériel sont concernées. « Ce marché peut générer entre 200 et 250 emplois à temps plein sur trois ans », précise Gérard Brunaud.

Une préparation du marché très en amont

L'organisation du marché est confiée à l'Ugap. Principaux fournisseurs visés : les entreprises adaptées (EA) et les établissements et services d'aide par le travail (Esat). Des lots ont été attribués à des groupements régionaux d'EA et d'Esat, entre juin et octobre 2009, confirmant la capacité du secteur adapté et protégé à répondre au besoin des services centraux et déconcentrés de l'Etat. « Pour réaliser un achat responsable pertinent et efficace, au niveau économique, environnemental et sociétal, la professionnalisation du marché fournisseurs doit aller de pair avec celle des acheteurs. La préparation du marché très en amont est ainsi essentielle », conclut Gérard Brunaud.

Ce qui a séduit le jury

Les objectifs ambitieux du Service des achats de l'Etat en matière d'achats durables et responsables, ainsi que les exemples concrets de la collecte, du démantèlement, puis du recyclage des DEEE.

Ils ont aussi été récompensés

Trophée d'argent : Ville de Puteaux
Plus de 30 % des marchés publics de la Ville de Puteaux prennent en compte le développement durable dans la sélection des prestataires. Ce seuil devrait passer à 50 % fi n 2010. Dans ses appels d'offres, le service achats exige des candidats que 5 % des heures de travail soient réservées aux personnes rencontrant des difficultés d'accès ou de retour à l'emploi.
Trophée de bronze : Stade de France
Depuis 2007, la direction achats du Consortium Stade de France est très active en matière de développement durable. La mise en place d'une politique de valorisation des déchets (encombrants, papier-carton, verre, déchets alimentaires, DEEE) fait partie des actions entreprises par le Consortium. Une stratégie logiquement récompensée.

Catégorie Achats publics
La Cnamts coordonne et professionnalise ses achats

La professionnalisation des achats de la Cnamts s'est profondément accélérée en 2009. Avec un rôle central et stratégique pour la nouvelle mission de coordination des achats de l'entité publique. Par Nathalie Costa

Depuis quelques années, l'Assurance Maladie s'est fixé comme objectif de délivrer une meilleure qualité de service. Et pour y parvenir, elle mise notamment sur la professionnalisation de ses achats. «Bien acheter, c'est répondre à une attente et c'est aussi rendre un service, autant vis-à-vis de l'interne que de l'externe», rappelle Thierry Papillon, recruté en février 2009 pour créer une mission de coordination des achats au sein de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts). Le rôle de cette mission étant de définir un plan d'actions commun alors que les achats de la Cnamts restent organisés en trois pôles selon les familles concernées : informatique, services généraux et prestations intellectuelles, et enfin communication. Ainsi, tout au long de l'année 2009, la mission de coordination des achats va mener une série d'actions tous azimuts : formalisation du processus achats de la Cnamts, établissement d'une cartographie des achats, rédaction d'une charte éthique, etc.

Des managers sensibilisés

Dans ce contexte, la dimension RH du plan d'actions s'est révélée déterminante. « Auparavant, les trois pôles achats échangeaient peu tandis que les profils et les compétences des acheteurs étaient très hétérogènes, se souvient Jean-Yves Simon, le responsable RH. Nous avons donc créé un dispositif de formation pour développer ou renforcer les compétences de chacun. Nous avons également favorisé le partage des bonnes pratiques entre les acheteurs à travers l'organisation régulière de tables rondes. » Le tout en sensibilisant les différents managers de la Cnamts et les commanditaires aux processus achats et aux rôles des acheteurs. La professionnalisation des achats de l'Assurance Maladie s'est également manifestée en 2009 par la préparation du déploiement d'un système d'information achats unique, le projet Simba. Le marché a été attribué en février 2010, à la suite d'une procédure de dialogue compétitif. Le déploiement final de la solution retenue (l'ERP de SAP couplé au progiciel SIS Marché) interviendra en janvier 2011. Un nouveau signe de la maturité achats grandissante de la Cnamts.

Ce qui a séduit le jury

Un dossier complet et la prestation devant le jury. Particulièrement appréciées également : la dimension RH du projet, la charte éthique et la volonté de maîtriser les budgets par le biais des achats.

Ils ont aussi été récompensés...

Trophée d'argent : Caisse des Dépôts
Deux démarches ont été saluées par le jury. La première est la mise en oeuvre d'un réseau de correspondants achats, relayant les préconisations et les politiques achats dans l'intégralité des directions de la Caisse des Dépôts. La seconde est la création de cellules achats réalisant des appels d'offres pour les établissements déconcentrés de la direction des retraites.
Trophée de bronze : Monnaie de Paris
Intranet, manuel de procédures... La méthodologie mise en place par la direction achats de la Monnaie de Paris a amélioré la circulation des demandes et des informations en mode transversal avec les services utilisateurs, ainsi que l'appréhension du panel fournisseurs et la maîtrise des coûts de fonctionnement. Des initiatives récompensées par une 3e place.

Prix spécial de la Rédaction
SNCF : la promotion de la fonction sur de bons rails

Dans le cadre de son programme stratégique SynergiA, la direction achats de la SNCF a mis en place une politique RH ambitieuse pour attirer les meilleurs profils en interne. Objectif atteint. Par Sébastien de Boisfleury

Lorsque la direction achats de la SNCF dévoile, en février 2008, son programme baptisé SynergiA, la gestion dite «dynamique» des ressources humaines est l'un des cinq axes stratégiques de ce projet, au même titre que la performance économique, la sécurisation et la simplification des processus, ou encore les achats durables et solidaires. « Pour atteindre tous les objectif de ce programme, il était impératif de continuer à développer de manière réactive et durable les compétences de tous les acteurs de la fonction achats au sein de l'entreprise, en tenant compte des évolutions rapides des environnements de travail », rappelle Xavier Lacaze, directeur délégué ressources humaines de la direction achats de la SNCF.

Dès lors, les défi s ne manquent pas : affiner les programmes de formation achats au sein de l'entreprise, proposer de nouveaux parcours professionnels et surtout attirer les meilleurs profils en interne. « Pour professionnaliser notre fonction, nous avions besoin d'attirer des ressources en interne motivées non seulement pour changer de métier, mais également pour les postes proposés, explique Xavier Lacaze. Il fallait donc communiquer sur ce m é tier et démontrer qu'il était éloigné de l'image vieillotte d'agent administratif passeur de commandes qui était parfois encore la sienne. »

Un DVD pour présenter la fonction achats

Dès lors, la direction achats de la SNCF bâtit un large plan de communication pour promouvoir ses métiers en interne. Et surtout, elle s'en donne les moyens. Par exemple, un DVD de plus de huit minutes a été réalisé en interne, afin de rappeler l'enjeu de la fonction achats au sein de la SNCF. Des acheteurs et des responsables achats, ainsi que des clients internes, témoignent tour à tour de leur expérience et de la perception qu'ils ont de ce métier. « Nous avons notamment voulu mettre en évidence les compétences développées, transférables dans d'autres métiers, pour montrer que les acheteurs pouvaient ensuite évoluer vers d'autres responsabilités », précise Xavier Lacaze. De nombreuses autres actions sont réalisées : présentation exhaustive de la fonction achats au sein de l'intranet de l'entreprise, sensibilisation de la DRH aux perspectives de carrière dans les achats, nomination d'ambassadeurs de la direction achats dans toute l'entreprise, etc.

Les résultats ne se font pas attendre. Alors que les candidatures internes à des postes d'acheteurs étaient plutôt rares, plus de 140 personnes ont souhaité rejoindre la direction achats en 2009. « Grâce à ce travail de promotion interne, nous avons pu faire face à l'arrêt des recrutements externes décidé par l'entreprise. Mais surtout, nous sommes parvenus à capter de très bonnes ressources », se félicite Xavier Lacaze. Ainsi, 40 personnes ont rejoint, après examen de leur candidature, l'une des plus grandes communautés achats de France, composée de 700 personnes pour un volume d'achats estimé à plus de 13 milliards d'euros.

Ce qui a séduit la rédaction

Un très bon dossier, à la fois complet et synthétique. Mais surtout un projet exemplaire à mettre en perspective avec l'histoire et la culture interne de la SNCF. Redorer l'image de la fonction achats en interne n'était pas gagné d'avance. Le pari est visiblement réussi.

La soirée des Trophées Décision Achats

1 Hervé Lenglart (Editialis), Martine Dartevelle et Arnaud Treille (Fiat).

2 Antoine Doussaint (La Poste), Jean Bouverot (ministère de la Défense) et Sébastien de Boisfleury (Décision Achats).

3 Les lauréats

4 Gaël Duyck(PricewaterhouseCoopers) et Véronique Leterrier (Marithé et François Girbaud).

5 Wafik Azmi-Salib (Club Méditerranée) et Aline Depont (Mondial Assistance).

6 Mathieu Pettex (Factea Sourcing) et Isabelle Phung (Heppner).

7 Marcia de Carvalho et Audrey Gandon (Caisse des Dépôts).

8 Fabien Dumont (Essilor International) et Lionel Muller (Kepler).

9 Pascal Benoît (Pricewaterhouse Coopers) et Françoise Odolant (AFM Performance Booster).

10 Michel Gonzalez (Steria), meline Turmeau (La Poste) et Jean-Christophe Tran (BPCE).

11 Stéphane Vincent et Bernard Lévêque (Advancia-Negocia).

12 François Ladret (FCBA) Jacques Barailler et Gérard Brunaud (Service des Achats de l'Etat).

13 L'équipe de Pénélope.

14 L'équipe de National Citer autour de Christophe Garcia.

15 Olivier Wajnsztok (Agile Buyer) Jean-Christophe Alvergne (Lagardère Active), Ludovic Chavoix (Agile Buyer) Muriel Crichton (Karisma), Gordon Crichton (MAI de Bordeaux) et Arnaud Minvielle (BPCE).

16 Jacques Bazet (Nature & Découvertes) et Pierre Ravenel (Factea Durable).

17 Lysiane Bessonnet ( Kepler), Joseph Suraniti et Thierry Papillon (Cnamts) Achats de l'Etat).

Jean-Luc Thourigny (Service des Achats de l'Etat)

18 Shirley Ligneul et Jean-Michel Gras (TF1), Alain Chambon (Bouygues Telecom).

19 La direction achats du Stade de France.

20 Emmanuel Poidevin (Certicorps), Alain Holtz (Editialis) Charlotte Dekerf (Dymo) et Didier Krief (Certicorps).

21 Sophie Moreau (Editialis) Christophe Garinet et Christophe Thomas (Pénélope).