Mon compte Devenir membre Newsletters

Tribune d'expertL'entretien des équipements de protection

Publié le par

Derrière la question de l'entretien des vêtements professionnels se cachent des problématiques législatives, économiques, environnementales et sociétales. Autant de bonnes raisons d'y porter attention.

 

Retrouvez nos Tribunes d'experts sur www.decision-achats.fr

Par Alexandra Augé, responsable du développement de Sérénia, cabinet de conseil spécialisé dans l'optimisation des achats directs et indirects, et dans l'externalisation des achats et de la recherche d'avoirs.

Le port d'une tenue adéquate, et entretenue, contribue à la consolidation de la culture d'entreprise en matière de santé et de sécurité. En outre, les dirigeants sont plus sensibilisés à l'aspect législatif et à la responsabilité pénale qui leur incombent de fournir un EPI (équipement de protection individuelle) adapté en cas de risques identifiés. Ils doivent aussi s'assurer du bon entretien et du renouvellement, dans le temps, des EPI usagés (obligations légales des articles L. 4122-2 et R. 4323-95 du code du travail). Pour ce faire, une société a le choix entre deux solutions: en interne ou auprès d'un prestataire.

Acheter ou assurer soi-même la prestation

Dans le premier cas, l'entreprise peut opter pour le traitement des vêtements de travail dans ses propres infrastructures, ou par le personnel. Si elle choisit cette seconde solution, elle devra verser une compensation matérielle aux salariés. Attention! Pour un EPI, si le nombre de lavages réglementaires est dépassé, il peut y avoir une perte des propriétés et caractéristiques de protection. Afin de minimiser ce risque, l'entreprise peut choisir une variante plus proche de l'externalisation en déterminant un crédit de «points nettoyage» auprès des compagnies de pressing, pour chaque salarié et selon ses besoins (type de vêtement, fréquence de nettoyage). L'entretien externalisé peut être assuré par une blanchisserie industrielle. Cette dernière propose généralement deux options à son client: la gestion/entretien ou la location/entretien.

Lors de la gestion/entretien, le client utilisateur achète son vestiaire. Le blanchisseur prend alors en charge l'entretien du vêtement, qui est facturé mensuellement: la récupération, le lavage, le séchage, le repassage, les réparations, le retrait des vêtements usagés, la mise à la taille éventuelle, le marquage nominatif pour une attribution à chaque utilisateur, le contrôle qualité, etc. Dans le cas de la location/entretien, le client utilisateur n'achète pas son vêtement. Il signe un contrat directement avec le blanchisseur. C'est ce dernier qui s'occupe de la fourniture et de l'entretien du vestiaire. Charge à l'acheteur d'analyser la prestation de service associée au prix, la reprise des vêtements, la livraison sur sites ou la remise à domicile, notamment.

En dehors des aspects économiques, l'entreprise cliente doit également intégrer dans ses critères de choix les aspects liés à l'impact environnemental ou social engendré par la production, l'utilisation et l'élimination des produits (les substances dangereuses, les certifications environnementales, les moyens de transport utilisés, la consommation énergétique, les conditions de travail, etc.).

Les clés

- Le dirigeant a l'obligation légale de fournir un (équipement de protection individuelle) EPI en cas de risques identifiés et de s'assurer de son bon entretien - Deux cas se présentent: le nettoyage en interne ou confié à un prestataire - Dans les critères de choix, intégrer les aspects économiques, environnementaux et RSE.