Transport de palettes: les prix se font au cas par cas

Publié par le

Pour le convoi de palet tes en France et à l'inter national, le choix s'opère en fonction des moyens mis en oeuvre par le prestataire pour garantir la livraison.

  • Imprimer

Passé le seuil des 30 kg, mieux vaut s'adresser à des messageries spécialisées pour transporter des colis. Ces derniers disposent des moyens logistiques permettant de convoyer des palettes entières. Ici, pas de prix catalogue, mais des tarifs négociés au cas par cas selon trois paramètres principaux: la spécificité des marchandises, le volume annuel de commandes et les destinations couvertes. Ainsi, l'entreprise doit d'abord sélectionner un prestataire en fonction de la nature des marchandises à transporter. Au niveau régional, il existe une multitude d'acteurs spécialisés: transport de produits frais, de palettes bâchées ou non bâchées, convois exceptionnels, etc. Par exemple, si l'entreprise expédie des pièces industrielles ou des billots de bois, un plateau non bâché suffit amplement. Mais pour livrer des denrées alimentaires périssables, le transporteur doit mobiliser un camion réfrigéré. Les prix augmentent suivant les équipements déployés.

Un exemple? Les transports Frevial, dans l'Oise, sont spécialisés dans l'acheminement de viandes et volailles, qui exigent des délais extrêmement brefs et, surtout, fixés à l'heure près. «Cette rigueur nécessaire nous interdit d'attendre qu'un camion soit plein pour le mettre sur la route», témoigne Alain Dubus, directeur général du transporteur. Dans cette spécialité de transport régional de produits frais, les tarifs se calculent au poids. A titre indicatif, Frevial facture 26 euros HT le service tout compris (enlèvement chez l'industriel, transport et déchargement chez l'artisan) la palette de 100 kg de marchandise. Ce prix est majoré de 200 euros HT si les produits restent stockés dans un véhicule frigorifique, le week-end par exemple.

Les prestataires misent désormais sur les technologies high-tech. Certains transporteurs équipent leurs véhicules de la RFID (identification par radiofréquence) pour assurer la traçabilité des marchandises.

Les prestataires misent désormais sur les technologies high-tech. Certains transporteurs équipent leurs véhicules de la RFID (identification par radiofréquence) pour assurer la traçabilité des marchandises.

Etudier l'étendue des services

Outre la nature de la marchandise, l'étendue des services proposés est à prendre en compte. Le transporteur dispose-t-il de moyens de stockage? Tolère-t-il les imprévus? Travaille-t-il le week-end? Si l'activité de l'entreprise est principalement régionale, la proximité du prestataire représente un plus. Il faut vérifier également sa capacité financière, garante du bon état de son matériel. A l'international, d'autres critères sont à étudier, comme les infrastructures d'entreposage des marchandises, les moyens de transport utilisés (routier, maritime, aérien) et les outils technologiques déployés. Combien d'agences régionales le prestataire possède-til? Combien d'entrepôts et de plateformes de tri a-t-il, et où? Et, surtout, de quels moyens technologiques dispose-t-il? Chez Alloin, les véhicules sont équipés de la RFID (identification par radiofréquence). La traçabilité des marchandises est assurée par un portail internet grâce auquel les clients peuvent suivre leurs expéditions, vérifier les preuves de livraison et repérer les éventuels dysfonctionnements.

Véronique MEOT

Sur le même sujet

Ouifield : une plateforme achats pour le monde coopératif agricole
Category Management
Ouifield : une plateforme achats pour le monde coopératif agricole

Ouifield : une plateforme achats pour le monde coopératif agricole

Par Marie-Amélie Fenoll

L'exploitant agricole est un chef d'entreprise avec des dépenses de biens et de services. Comment l'aider à acheter mieux dans un monde agricole [...]

Grande consommation : quel est le vrai coût des prix bas ?
Category Management
Grande consommation : quel est le vrai coût des prix bas ?

Grande consommation : quel est le vrai coût des prix bas ?

Par Clément Fages

Impact social et écologique, dégradation de l'image de marque... Alors que se terminent le SIA et les négociations entre industriels et distributeurs [...]

Le marché de l'occasion s'invite dans le secteur de l'impression
Category Management
Le marché de l'occasion s'invite dans le secteur de l'impression

Le marché de l'occasion s'invite dans le secteur de l'impression

Par Camille George

Dans une démarche de meilleure maîtrise de cycle de vie produit et d'économie circulaire, Konica Minolta vient de lancer une gamme de systèmes [...]

La rédaction vous recommande