Mon compte Devenir membre Newsletters

Téléphones IP: l'offre se diversifie

Publié le par

Pour réduire leurs coûts télécoms, de nombreuses entreprises choisissent de déployer la téléphonie sur IP. Pour ce faire, elles doivent utiliser des appareils spécifiques. Ces téléphones filaires ou sans fil aux caractéristiques techniques parfois complexes sont équipés de multiples fonctionnalités. Décryptage.

Près de 40% d'économies réalisées. Telle est la performance accomplie par le cabinet OTC Conseil sur son budget télécoms. Un bon résultat qui a été obtenu en passant de la téléphonie classique (réseau commuté RTC) à la téléphonie sur IP, cette nouvelle technologie qui transporte des données et de la voix via le réseau Internet. Depuis deux ans, cette société de conseil en management utilise ainsi 80 téléphones IP filaires des fabricants Cisco et Swissvoice. Les coûts de l'abonnement et des appels sortants ont bien chuté en passant de 42 à seulement 25 euros hors taxe en moyenne par mois. Avant d'acheter ces appareils, le cabinet a d'abord dû choisir entre deux options, soit équiper son réseau informatique d'un IP PBX internalisé, c'est-à-dire un commutateur téléphonique spécial IP, ou bien faire le choix de passer par un Centrex IP. Dans ce dernier cas, l'IP PBX est externalisé et mutualisé entre plusieurs entreprises. C'est cette solution qu'a finalement retenue OTC Conseil. «En optant pour un Centrex IP, nous n'avons plus à payer 419 euros HT par an de contrat d'entretien comme c'était le cas pour un PABX de téléphonie classique», se félicite Jean-Yves Blanc, consultant associé d'OTC Conseil. Le Centrex IP est hébergé chez l'opérateur de télécommunications Acropolis Telecom. Le coût d'utilisation est inclus dans l'abonnement d'OTC Conseil.

@ Source : fabricants

Après avoir opté pour une solution PABX version IP ou un Centrex IP à l'instar du cabinet de conseil, une entreprise peut se pencher sur le choix de son poste téléphonique IP. Ce dernier utilise une adresse IP qui l'identifie de façon unique. Un logiciel permet de gérer les transmissions VoIP (Telephony over Internet Protocol) selon l'une des trois normes existantes. La première est dite propriétaire: le téléphone IP est alors uniquement compatible avec les centraux téléphoniques du constructeur IPBX IP. La deuxième se nomme SIP: le poste téléphonique est alors branché sur la fiche USB de l'ordinateur. La troisième est la norme H. 323.

Elle a la particularité de rendre le poste téléphonique IP compatible avec tout type d'installation informatique. La configuration d'une adresse IP facilite les déménagements et la gestion des numéros de contacts d'un utilisateur. Ce dernier peut, en effet, le débrancher et le rebrancher sur toutes les prises des locaux de l'entreprise. Le combiné IP est alors immédiatement fonctionnel puisque le numéro accompagne l'utilisateur au gré de ses déplacements.

Jean-Yves Blanc, OTC Conseil

«L'utilisation de la ToIP nous a permis de réduire nos coûts. »

De véritables terminaux informatiques

Comme pour les gammes de téléphone traditionnel, il existe deux types d'appareil: les filaires et les sans fil. Les téléphones IP filaires se présentent sous la forme d'un téléphone traditionnel mais un certain nombre de modèles sont dotés d'un écran couleur. Dès lors, il est possible d'utiliser des applications web et le téléphone se transforme en un véritable terminal informatique. Certains appareils, à l'image du Maia XC du constructeur Aethra, sont équipés d'une webcam et permettent de réaliser une visioconférence.

En termes de fonctionnalités, de nombreux téléphones IP filaires identifient les messages entrants et les classent sur l'écran de l'utilisateur. Ces appareils sont également équipés d'une fonction annuaire et d'une touche «paramètres» destinée notamment à régler le contraste de l'affichage, sélectionner une tonalité ainsi qu'un paramètre de volume pour tous les dispositifs audio comme les sonneries, les combinés, les casques et les haut-parleurs.

Côté connectique, «il faut privilégier des postes téléphoniques IP filaires munis de deux câbles Ethernet: l'un raccordé à la prise murale et Vautre au PC de l'utilisateur, indique Hugues Gauthier, chef de produit chez Zyxel France. Ainsi, il est possible de connecter simultanément le téléphone IP et un PC sur la même fiche réseau.» Pour ce faire, le combiné IP doit utiliser la norme IEEE 802. 3af, aussi appelée Power over Ethernet (PoE). Cette dernière garantit l'alimentation en énergie des différents appareils pouvant se connecter à un réseau Ethernet. Avec le PoE, il est possible d'alimenter en électricité le câble qui transmet les données. Les postes IP sans fil sont plus appropriés aux collaborateurs mobiles se déplaçant fréquemment d'un bureau à l'autre. Ils fonctionnent avec la technologie DECT-IP ou le wi-fi. Les téléphones IP sans fil wi-fi permettent notamment d'afficher des informations concernant son interlocuteur, à la façon d'un centre d'appels. Ainsi, lorsque le téléphone sonne, l'entreprise peut savoir si l'appelant a déjà tenté de la contacter trois fois dans la même journée ou encore si ce client a une commande en cours.

Hugues Gauthier, Zyxel France

« II faut privilégier des postes téléphoniques IP filaires munis de deux câbles Ethernet.»

Cryptage, le bon choix du WEP

Côté inconvénients, la technologie DECT-IP couvre une distance d'émission des ondes radio inférieure à celle du réseau sans fil wi-fi. Quant au niveau de sécurité, «il est préférable de choisir des téléphones sans fil qui intègrent le cryptage WEP - Wired équivalent privacy - 64 ou 128 bits», précise Hugues Gauthier (Zyxel France). Protocole d'échange sécurisé, le WEP sert, en effet, à crypter les communications sur un réseau local sans fil (WLAN). Qu'ils soient filaires ou sans fil, les téléphones fonctionnant sur un réseau IP sont d'ores et déjà promis à un bel avenir.