Mon compte Devenir membre Newsletters

Siseg 2010, un lieu d'échanges et d'opportunités

Publié le par

«En chinois, le mot crise à deux sens : il signifie danger mais aussi opportunité de changement. » Dans un contexte économique morose, Laurent Botton, directeur du Salon de l'environnement de travail plus connu sous l'appellation de Siseg, se veut résolument optimiste. « Cette année, le Siseg devient une plateforme encore plus essentielle qu à l'accoutumée, un lieu d'échanges, de découvertes et de réfexions indispensables pour créer les conditions de nouvelles opportunités d'affaires. »

En effet, près de 250 exposants attendent de pied ferme les quelque 11 000 visiteurs annoncés, Porte de Versailles à Paris, du 16 au 18 mars prochains. Selon Laurent Botton, « c'est l'occasion pour les exposants de mettre en lumière leurs services et leurs produits, d'initier un dialogue constructif avec les donneurs d'ordres ». Et ce qu'ils s'agissent de responsables des services généraux, mais aussi, et de plus en plus, des responsables achats hors production. Car depuis que Tarsus France a repris l'organisation de cet événement, le salon ne se limite plus aux services généraux proprement dits mais s'ouvre également à d'autres univers tels que la gestion des voyages ou l'automobile. Au total, près de 40 secteurs d'activité sont représentés, articulés autour de 11 pôles.

Des visites guidées sur les stands des exposants

Comme l'an dernier, la manifestation fera la part belle au développement durable. Ainsi, les organisateurs ont mis en place un système de référencement, baptisé Siseg Green, permettant aux visiteurs d'identifer rapidement les exposants les plus vertueux. Des visites de ces stands, avec des représentants de l'Association des responsables des services généraux (Arseg), seront d'ailleurs organisées pour la première fois cette année. D'autres visites commentées par des experts permettront aux visiteurs de découvrir les participants aux Trophées de l'Innovation, qui récompensent les meilleures innovations dans trois catégories (produit, service et réalisation). Enfin, 25 conférences et ateliers sont inscrits au programme de cette édition 2010. Organisées par l'Arseg, les deux conférences plénières présenteront les leviers d'optimisation de l'espace de travail et le bureau du futur. Les autres rendez-vous marquants concerneront le développement durable et la sécurité, tandis qu'un cycle de conférences sur l'automobile et la gestion de flotte de véhicules est organisé. « Nous avons mis en place tout ce dispositif pour créer les meilleures conditions d'échanges entre les visiteurs et les exposants », conclut Laurent Botton.

L'édition 2010, univers par univers

Pendant trois jours, le Siseg réunit une dizaine d'environnements, soit autant de marchés fournisseurs correspondant aux principales familles d'achats hors production. Paroles d'exposants et découverte de chaque univers.

Immobilier et facilities management

Comme pour tous les exposants, le Siseg est l'occasion pour Thomas Bézier, directeur général de Facilitess, de rencontrer ses clients et ses prospects, et bien évidemment de leur présenter ses nouveautés : « Après le lancement de la Box Courrier en 2009, nous allons mettre en avant cette année notre nouveau portail web de gestion global des services d'immeuble », précise-t-il.

Le Siseg permet également aux exposants « de mieux connaître leurs concurrents et d'évaluer leurs offres », poursuit-il. Par ailleurs, selon les organisateurs, l'externalisation des fonctions supports est liée à la gestion des bâtiments. « Nous avons choisi de réunir les sociétés proposant des offres globales de facilities management et les spécialistes de l'immobilier, confirme Laurent Botton, directeur du Siseg. Leurs prestations ont une même logique métier. »

Denis Szkobel, directeur du développement et du marketing d'Exprimm

Denis Szkobel, directeur du développement et du marketing d'Exprimm

parole d'exposant...
«Pour nous, prestataires de facilities management, le Siseg est un lieu privilégié d'échanges avec les professionnels des services généraux, notamment sur la valorisation des métiers techniques. Nous allons y présenter notre outil de pilotage de l'exploitation mais aussi une solution de mesure de la performance énergétique. Nous pourrons communiquer sur les enjeux et les défis liés au Grenelle de l'environnement. C'est pourquoi nous mettons l'accent sur l'exploitation et la maintenance durables et prendrons plusieurs fois la parole lors de conférences. »

Automobile et mobilité

Présents au Siseg que depuis quelques années, loueurs, concessionnaires et autres prestataires de services automobiles viennent désormais à chaque édition. « Tous les exposants emblématiques du marché de l'automobile d'entreprise ont répondu présents, se félicite Laurent Botton, directeur du Siseg. Ce pôle automobile et mobilité est un véritable salon dans le salon. »

Un cycle de conférences entièrement dédié aux questions de mobilité et de déplacements professionnels réunira par ailleurs les meilleurs experts sur ce sujet, dont une «Conférence green» consacrée aux solutions éco-responsables en matière de trajets professionnels. LArfa, l'Agora des responsables de flottes automobiles, y sera associée.

Stéphane Heurtevent directeur de Renault Retail Group

Stéphane Heurtevent directeur de Renault Retail Group

parole d'exposant...
«Nous comptons promouvoir notre gamme Business Eco et présenter notre savoir-faire en termes de gestion de flottes automobiles à travers Renaultparisentreprises.com. Notre site qui a pour but de faciliter la mise en oeuvre et l'adaptation des «car policies» de chaque entreprise.»

Hygiène et sécurité

Les marchés de la propreté et de la sécurité sont deux piliers de la manifestation. Ces prestations figurent d'ailleurs en tête des services faisant l'objet d'une externalisation dans les entreprises, d'où la volonté d'un certain nombre de donneurs d'ordres de venir rencontrer les principaux prestataires de ces marchés. « Nous avons changé de nom commercial il y a un peu plus d'un an, indique Frédéric Barbier, directeur marketing et commercial de Seris Security, anciennement Securifrance. Etre présents sur le Siseg nous permettra d'ancrer encore plus notre nouveau nom au sein de la profession. »

Les exposants y présentent la diversité de leur activité. « Nous souhaitons démontrer que nous ne proposons pas seulement des prestations de gardiennage, mais plus largement des solutions de sécurité combinant technologies et hommes, reprend Frédéric Barbier. Nous ferons notamment une démonstration de notre solution qui permet d'accéder en quelques clics au journal des événements survenus dans son entreprise. »

Dans cet univers, le Siseg représente également une vitrine pour les associations professionnelles parfois mises à rude épreuve par l'actualité. Ainsi, le Syndicat national des entreprises de sécurité privée (Snes) entend profiter de cette édition 2010 pour présenter son label Quali Sécurité.

Sylvain Boutté, directeur commercial de GSF

Sylvain Boutté, directeur commercial de GSF

Parole d'exposant...

«Lors de ce salon, nous pouvons rencontrer les décideurs et les prescripteurs, venus chercher le prestataire apte à répondre à leur problématique en matière d'hygiène et de propreté de leurs locaux. Nous apprenons aussi énormément des différentes réunions et conférences. Elles sont toujours de qualité et très enrichissantes par les différents thèmes qui y sont abordés. »

Informatique et progiciels

Le Siseg n'est pas un salon informatique mais un certain nombre d'éditeurs spécialisés dans la gestion immobilière et mobilière sont traditionnellement présents. « Nous participons depuis de nombreuses années à cet événement dans le but de montrer comment optimiser la gestion des services internes et externes à l'aide d'un logiciel de gestion intégrant les dernières technologies : widgets, interface personnalisable, indicateurs de performances compatibles avec les Buzzy Ratios de l'Arseg etc. », témoigne Luc Haberkorn, responsable marketing de Kimoce. Pour les acheteurs hors production comme pour les responsables des services généraux, ces solutions de gestion immobilière et mobilière présentent un intérêt au quotidien puisqu'elles génèrent de nombreux indicateurs économiques. A noter toutefois que les éditeurs de plateformes d'e-sourcing, outil pour les acheteurs par excellence, ne sont pas présents sur ce salon. Du moins pas encore.

Sylvain Romeuf, directeur marketing d'Emalec

Sylvain Romeuf, directeur marketing d'Emalec

parole d'exposant...

« Etre présent sur le salon, c'est multiplier les opportunités de nous faire connaître en France et dans toute l'Europe, de rencontrer des prospects et nos clients actuels. Nous en profitons pour présenter nos nouvelles solutions de rideaux à lanières PVC souple et translucide pour meubles frigorifiques. Ils permettent de réaliser des économies d'énergie et sur la maintenance. »

Energie et environnement

Depuis plusieurs éditions, le développement durable est une thématique chère au Siseg. Le salon donnera notamment un coup de projecteur sur la maîtrise de l'énergie, qui constitue un environnement à elle toute seule dans les bâtiments tertiaires. « Ce pôle est l'un des plus grands du salon, indique Laurent Botton, directeur du Siseg. A côté d'acteurs majeurs tels Total Energy Gaz ou la Lyonnaise des Eaux, seront présentes des sociétés dont les solutions et services innovent en matière de gestion énergétique des bâtiments professionnels. » En plus de conférences dédiées à cette thématique, des visites guidées seront organisées sur les stands des exposants bénéficiant du référencement Siseg Green.

Voyages et séminaires

Les entreprises ont imposé à leurs collaborateurs des règles strictes voire drastiques en termes de déplacements. Les agences de voyages d'affaires présenteront leurs services pour optimiser les budgets des organisations. Parallèlement, avec la généralisation du haut débit, les solutions de visioconférence et de conferences-call se sont développées et seront présentées lors du salon. Malgré ce contexte, les entreprises continuent d'organiser des déplacements et des séjours, notamment pour leurs commerciaux ou lors de séminaires. « Depuis quelques mois, nous notons une légère reprise d'activité, souligne François Calvino, directeur général d'Uniglobe Agis Voyages. Nos clients attendent de leurs voyagistes des outils et des solutions de réduction des coûts adaptées. Lors du Siseg nous pourrons présenter nos offres, en particulier aux dirigeants de PME qui ne souhaitent pas se lier à une grande agence spécialisée. »

Aménagement et mobilier

Les fabricants de mobilier de bureau, les aménageurs d'espaces et les entreprises de déménagement font partie des exposants historiques du salon. Et à l'heure des regroupements de sites voire des plans sociaux et des délocalisations, ils n'ont jamais été aussi sollicités. Les problématiques liées à l'optimisation de l'espace, parallèlement à la gestion du stress sur les lieux de travail, favorisent également les achats de mobilier adapté aux nouvelles confgurations des locaux et le recours à des space-planners. Les questions autour des achats durables (mobilier en bois certifié, nouveaux matériaux recyclables et recyclés, etc.) sont aussi d'actualité. Comme l'an dernier, de nombreux exposants entendent mettre l'accent sur les caractéristiques éco-responsables de leurs offres.

Laurent Escoda, directeur général de Nowy Styl France

Laurent Escoda, directeur général de Nowy Styl France

parole d'exposant...
«Le Siseg un rendez-vous unique car il réunit, dans un même lieu, les grands comptes, les vépécistes, les cataloguistes, les grossistes et nos revendeurs de la région parisienne. C'est aussi une belle vitrine pour présenter nos produits. Par exemple, les visiteurs pourront découvrir, cette année, notre ligne de mobilier de bureau haut de gamme sur laquelle nos designers travaillent depuis deux ans.»

Documents et impression

i le Siseg n'est pas un salon dédié à la gestion documentaire à proprement parler, un certain nombre de grands fabricants de systèmes d'impression ont toujours été présents, directement ou indirectement. C'est le cas, cette année, de Canon France via l'un de ses distributeurs, BSA. « Ce partenariat symbolise bien la relation que nous avons avec nos distributeurs car nous pourrons communiquer autour de notre marque et de nos produits, explique Marc Bory, directeur marketing de Canon France. Nous présenterons notamment deux nouvelles générations d'imprimantes multifonctions couleur, ainsi que des solutions de gestion documentaire et de comptabilisation. » Les visiteurs peuvent tester en direct les systèmes d'impression exposés sur les stands qui attirent, en règle générale, beaucoup de monde. L'actualité des exposants est également tournée vers le développement durable et l'optimisation des impressions dans les entreprises à travers des solutions de dématérialisation innovantes.

Yves Vincent, président de Doc Sourcing

Yves Vincent, président de Doc Sourcing

parole d'exposant...

«Le Siseg est un rendez-vous annuel incontournable en termes d'échanges stratégiques entre professionnels. C'est une opportunité non négligeable de rencontrer des prescripteurs et des décideurs en quête de solutions comme l'impression de cartes de visite en ligne, la préparation et l'expédition de cadeaux d'affaires, ou encore la gestion des stocks et la distribution des économats. Nous pouvons mettre en lumière nos services et initier un dialogue constructif avec ces donneurs d'ordres. »

PIERRE PELOUZET, PRÉSIDENT DE LA CDAF: « La crise fortife la maîtrise des achats indirects»

Le Compagnie des dirigeants et des acheteurs de France (Cdaf) fait partie des partenaires historiques du Siseg. L'occasion pour son président de rappeler que les acheteurs hors production jouent un rôle stratégique à part entière dans l'entreprise.

Pierre Pelouzet, Cdaf

«Un salon est toujours un lieu de rencontres très important dans l'exercice opérationnel de son métier. »

Pourquoi la Cdaf est à nouveau partenaire du salon Siseg ?

PIERRE PELOUZET : Le Siseg est l'un des rares salons consacrés aux achats, en l'occurrence ceux dits hors production. Il est donc naturel que la Cdaf soit présente et parraine un certain nombre de conférences sur des thèmes chers à nos membres et, au-delà, à tous les acheteurs. Un salon professionnel est toujours un lieu de rencontres et d'échanges, très important dans l'exercice opérationnel de son métier.

Les acheteurs hors production sont-ils mieux considérés aujourd'hui dans les entreprises ?

Oui, et la crise n'a fait que renforcer l'importance accordée à la bonne maîtrise des achats indirects. D'abord parce que ces familles d'achats n'ont pas été sufisamment ou pas du tout travaillées ces dernières années. Ensuite, elles permettent de générer des gains rapidement. Enfin parce que l'offre des fournisseurs évolue et que l'on trouve aujourd'hui des solutions innovantes pour optimiser les coûts, quel que soit le marché.

Comment cette importance des achats hors production se traduit-elle au niveau de la Cdaf ?

Historiquement, les membres de la Cdaf sont plutôt issus de l'industrie. Mais, au fur et à mesure des années, les entreprises industrielles se sont également intéressées aux achats indirects et ont formé des acheteurs spécialisés dans ces familles. Ces derniers sont alors devenus plus nombreux au sein de la Cdaf. Le phénomène s'est accentué à la fin des années quatre-vingt-dix, avec la multiplication des directions achats dans les entreprises tertiaires, le recrutement et la formation d'acheteurs spécialisés dans les familles d'achats hors production. Aujourd'hui, même si je ne dispose pas de statistiques en la matière, une part significative de nos membres appartient à cette catégorie. D'ailleurs, nous organisons régulièrement des conférences sur ce thème et, à chaque fois, celles-ci attirent beaucoup de monde.

Les acheteurs hors production snobent-ils toujours les responsables des services généraux ?

C'était peut-être vrai à une époque mais plus maintenant. En tout cas, je lutte pour que cela ne soit plus le cas. A ce titre, la Cdaf s'est rapprochée de l'Arseg pour promouvoir la complémentarité de nos deux fonctions. Le responsable des services généraux est le mieux à même d'exprimer son besoin, de définir son cahier des charges et de gérer au quotidien le bon déroulement des prestations dans sa sphère de compétences. L'acheteur, lui, est le mieux placé pour qualifier le besoin de son client interne, pour rédiger le cahier des charges, pour organiser l'appel d'offres ou pour rédiger un contrat.

zoom
La Cdaf en quelques mots

La Compagnie des dirigeants et acheteurs de France (Cdaf), créée en 1944, a pour mission de promouvoir la fonction achats dans les entreprises et de contribuer à sa professionnalisation. Elle est organisée en cinq délégations régionales et dispose d'un bureau national. Elle compte 1 600 adhérents. Elle est actuellement présidée par Pierre Pelouzet, le directeur achats de la SNCF.

PASCAL MANGOT-LAGARDE, VICE PRESIDIENT DE L'ARSEG: « Les services généraux et les acheteurs s'accordent »

L'Association des directeurs et des responsables de services généraux (Arseg) est le partenaire institutionnel du Siseg. Une profession qui a beaucoup évolué et se rapproche des directions achats.

Zoom
L'Arseg en quelques mots...

Créée en 1972, l'Association des directeurs et des responsables de services généraux (Arseg) est composée de 2 200 membres. Son objectif est de participer à la professionnalisation et à la promotion du métier des services généraux. Elle est présidée par François Delatouche, directeur des services généraux et de l'immobilier chez Bouygues Telecom.

PASCAL MANGOT-LAGARDE, VICE-PRÉSIDENTE DE L' ARSEG: « Les services généraux et les acheteurs s'accordent »

L'Association des directeurs et des responsables de services généraux (Arseg) est le partenaire institutionnel du Siseg. Une profession qui a beaucoup évolué et se rapproche des directions achats.

La conférence inaugurale du Siseg s'intéresse aux nouvelles responsabilités des services généraux. A l'heure de la réduction des coûts, comment votre fonction évolue-t-elle ?

PASCALE MANGOT-LAGARDE : Les entreprises recourent de plus en plus à la sous-traitance pour les prestations de services généraux, ce qui oblige les responsables à dépasser le cadre strictement opérationnel de leur mission en termes de maîtrise d'ouvrage, de planification et de pilotage de projets. Par ailleurs, dans ce contexte économique, ils doivent être capables d'optimiser suffisamment les coûts pour que les ressources financières nécessaires au bon développement de leur entreprise soient utilisées efficacement. Mais cette optimisation ne doit pas faire l'impasse sur les obligations en termes d'hygiène, de sécurité, etc. Cela implique une veille réglementaire rigoureuse afin de répondre aux besoins des clients rapidement et efficacement, sans risque supplémentaire et à moindre coût. Enfin, l'environnement de travail évolue en permanence. Les responsables des services généraux doivent être en mesure de communiquer autour de ces changements.

Le développement durable occupe encore une place de choix pour cette édition du Siseg. Quelles sont aujourd'hui les préoccupations des membres de l'Arseg dans ce domaine ?

Elles sont nombreuses et la liste n'est pas exhaustive. Ces proccupation touchent aussi bien les normes que la gestion des transports des salariés pour limiter l'incidence carbone, la fabrication de bureaux écologiques, la fin de vie du mobilier et du matériel, etc. C'est pourquoi l'Arseg a décidé de créer un Club développement durable dont le but est d'informer et de sensibiliser ses membres aux enjeux du développement durable.

Pensez-vous que les directions achats sont également préoccupées par le développement durable, non plus uniquement par la réduction de coûts ?

La réduction des coûts est une priorité de toutes les directions et son efcacité est d'autant meilleure lorsque tout le monde en comprend la démarche. La notion de développement durable s'articule autour de la même logique. Il s'agit d'une politique d'entreprise qui doit être partagée par tous et déployée par toutes les directions. Les équipes achats ont intégré ce facteur incontournable qui est porteur d'une image plus que positive pour les entreprises.

Les directeurs des services généraux et les directeurs achats sont-ils aujourd'hui plus proches que par le passé ?

Oui. Ces deux directions ont les mêmes clients internes. Il était inévitable qu'un rapprochement s'opère. Il ne faut plus aujourd'hui que chacun défende son pré carré : la réduction des coûts pour les uns, la qualité du service pour les autres ! Il s'agit beaucoup plus d'un travail commun, articulé autour d'une compréhension du métier de chacun, pour la plus grande satisfaction de chaque client interne.