Mon compte Devenir membre Newsletters

Se prémunir contre la volatilité des matières premières

Publié le par

La volatilité des cours des matières premières peut générer des fluctuations de marge, car les politiques de prix d'achats et de vente ne sont pas synchronisées sur les mêmes indices. D'où la nécessité d'utiliser des outils financiers adaptés.

Un des objectifs de la couverture financière est de fournir une solution à la variabilité des marges, induite par la volatilité des matières premières et uniquement dans le cas où cela est conforme à la stratégie de valorisation de l'entreprise. Ces instruments ont nécessairement un coût sur le long terme, ne serait-ce qu'en raison de la marge implicitement facturée par les intermédiaires. Il s'agit donc d'arbitrer entre le surplus de valorisation escompté par la réduction de la volatilité des résultats et le coût économique de la couverture.

Quelles sont les quantités à couvrir?

Avant d'aborder les instruments financiers en soi, il faut savoir quelles quantités couvrir. Les quantités susceptibles d'être couvertes sont celles soumises au risque de volatilité. Seules les quantités achetées sur la base d'un indice et qui sont cotées à terme peuvent être couvertes. Des ratios prudentiels, différés dans le temps peuvent être appliqués à ces quantités, si la politique de la société est de réduire une partie du risque, mais pas sa totalité. Il s'agit aussi des quantités nettes de recyclage/ revente des rebuts de fabrication, ou de rachat de produits finis.

Dans ce dernier cas, le coût de revente peut être égal à une part de la quantité physique (décote) et le calcul doit en tenir compte.

Les outils financiers

Les «Futures» sont des instruments financiers faisant partie des contrats à terme. Les deux principales catégories de contrats à terme sont les «Futures» et les contrats «Forward». Ces contrats portent sur tout ce qui peut se négocier: matières premières, produits agricoles, indices boursiers, devises, taux d'intérêt.

Ce sont des produits dérivés car leur cours dépend de l'évolution des prix au comptant du bien sûr lequel ils portent, le «sous-jacent». Le négoce, à terme, n'est pas une nouveauté, mais existe quasiment depuis que les hommes commercent entre eux. Les producteurs et les utilisateurs de matières premières, notamment, ont toujours voulu se garantir contre des fluctuations des prix pouvant pénaliser leur commerce. Si les contrats à terme sont initialement prévus pour se couvrir contre des variations de prix, à l'image des options et des warrants, ils concentrent désormais une grande part de la spéculation. Les contrats vont rarement à leur terme mais sont utilisés comme de purs instruments financiers d'investissement.

Les clés

- Anticiper les fluctuations des prix en fixant le prix d'achat avec le vendeur avant la livraison - Les contrats à terme sont gages d'une maîtrise de la volatilité des matières premières - Connaître et suivre les tendances du marché des matières premières au quotidien.

Mot clés : Contrat

Olivier Wajnsztok