Mon compte Devenir membre Newsletters

Regard sur l'international

Publié le par

L'actualité de la fonction achats ne s'arrête pas aux frontières hexagonales. Retrouvez une sélection d'articles parus sur des sites web étrangers spécialisés dans les achats et la supply chain.

Union européenne: la réforme de l'achat public en marche

«Ambitieuse et réaliste. » C'est ainsi que Michel Barnier, commissaire européen au marché intérieur et aux services, a qualifié la réforme des procédures d'achat public engagée par la Commission européenne. Cette révision fixe des objectifs visant à assouplir la pratique de l'achat public, notamment la possibilité de négocier davantage avec les fournisseurs ou de réduire la «paperasserie» pour candidater à un marché. D'autres amendements ont été proposés par la Commission fin 2011: réduire les temps de réponse aux appels d'offres, généraliser l'usage d'outils d'e-procurement, etc. Si cette réforme est validée par les Etats membres, ces règles entreront en vigueur en juin 2014. Rappelons que les marchés publics européens pèsent aujourd'hui 351,6 milliards d'euros par an.

- Source: Supply Management, par Paul Snell, www.supplymanagement.com.

La demande d ERM en plein boom

La demande d'outils ERM (Entreprise resource management), incluant les solutions e-achats, a bondi de 10% en 2011, selon le site Procurement Leaders. Ainsi, les dépenses des entreprises en la matière ont atteint 37,9 milliards de dollars. Selon les dernières données en vigueur, cette hausse concerne toutes les zones géographiques, exception faite des Etats-Unis et du Japon. Tandis que l'Amérique latine et la zone CEMA (Europe Centrale, Moyen-Orient, Afrique) affichent les plus grosses dépenses d'investissements en matière d'ERM, notamment le Brésil, la Russie, Israël et l'Afrique du Sud. La région Asie-Pacifique enregistre une demande toute aussi importante que les années précédentes, avec une consommation qui devrait progresser de 6,3 % en 2012. Rappelons que SAP Oracle et Microsoft sont les seuls éditeurs d'ERM à afficher au premier semestre 201 1, un business dépassant le milliard de dollars dans ce secteur.

- Source: Procurement Leaders, par la rédaction, www.procurementleaders.com

Etats-Unis: une help line pour voyageurs malades ou handicapés

L'agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA) lance un numéro de téléphone d'urgence dédié à l'assistance des voyageurs en situation de handicap ou dans un état de santé déficient. En appelant le «TSA Cares» à partir des Etats-Unis (composez le 1-855-787-2227, appel gratuit), le voyageur pourra anticiper au mieux son déplacement. Par téléphone, TSA peut fournir au voyageur toutes les informations utiles lui permettant de passer en priorité les contrôles de sécurité. Mieux encore, le voyageur peut s'enregistrer auprès d'experts santé de TSA afin que ces derniers lui fournissent un service d'assistance clés en main. Pour garantir le meilleur service, TSA recommande aux voyageurs de téléphoner 72 heures avant leur départ.

- Source: Global Traveler, par la rédaction, www.globaltravelerusa.com

2012, un grand cru pour les véhicules électriques

2012 sera-t-elle l'année des véhicules électriques? C'est du moins ce que prédit Te Economist en indiquant que les ventes mondiales de ces modèles devraient dépasser pour la première fois cette année le million. Selon John Gartner, directeur de recherche à l'institut Pike Research, sur les 1,3 million de véhicules qui devraient être vendus, 80 % seront hybrides, 11 % 100 % électriques et 9 % des modèles hybrides avec batteries rechargeables. Les modèles 100 % électriques, dotés de la plus faible autonomie, devraient être plus demandés en Europe et en Asie où les trajets moyens sont plus courts. Tandis qu'aux Etats-Unis, où 60 % des voitures effectuent jusqu'à 50 km par jour, les autres modèles devraient être privilégiés. A ce titre, rappelons que BMW et la division Smart chez Daimler ont mis au point des modèles performants en termes d'autonomie ne nécessitant que trois rechargements par semaine.

- Source: The Economist, Paul Markillie, www.economist.com