Mon compte Devenir membre Newsletters

Regard sur l'international

Publié le par

L'actualité de la fonction achats ne s'arrête pas aux frontières hexagonales. Retrouvez une sélection d'articles parus sur des sites web étrangers, spécialisés dans les achats et la supply chain.

Eviter les chausse-trapes de l'externalisation

Pour éviter les dérives de l'outsourcing, il est essentiel de bien discerner les avantages comparatifs tirés des process internes de ceux obtenus grâce à ses fournisseurs. Comme le souligne Michael Dominy, directeur de recherche chez Gartner, «les entreprises doivent se concentrer sur leurs activités-phares et externaliser celles qui peuvent être mieux gérées par des fournisseurs partenaires».

Après l'étude des processus d'externalisation dans les secteurs des transports, de l'approvisionnement et des biens manufacturés, Michael Dominy a identifié les meilleures pratiques d'achats à adopter. Il assure que les acheteurs pourraient se prémunir contre des problèmes liés à l'externalisation en adoptant une vision globale de la stratégie d'entreprise au lieu d'une approche limitée à la réduction des coûts. Et pour ne pas payer le prix fort d'un outsourcing fondé sur la réduction des coûts, les sociétés sont invitées à intégrer dans leurs choix d'externalisation des critères comme la qualité, la responsabilité ou encore le risque.

- Source: Supply Management, par Angeline Albert, www.supplymanagement.com

Pérenniser les compétences achats devient une urgence

Alors que les départs en retraite atteindront 60 millions en 2025, on estime que le nombre d'actifs entrant sur le marché du travail ne dépassera pas 40 millions. Soit 20 millions de postes non renouvelés. Cette carence intergénérationnelle touchera tous les secteurs d'activité, y compris celui de l'approvisionnement. Ceci est d'autant plus alarmant que le métier est désormais reconnu comme la clé de voûte de la stratégie d'entreprise. Sans un bon directeur achats, aucun moyen de réaliser des économies significatives sur les coûts de production, construire de solides partenariats ou conquérir des marchés. Les entreprises qui voient leur équipe achats se vider de leurs éléments moteurs s'exposent à de graves risques. Former un acheteur sur plusieurs familles d'achats demande du temps. Il est donc important de capitaliser sur les ressources intellectuelles des plus talentueux afin de pérenniser leurs compétences et de conserver une stratégie achats efficace.

- Source: Supply & Demand Chain Executive, par John Shaw, www.sdcexec.com

Les prix à la consommation bientôt plombés par la flambée des prix des matières premières

L'inflation qui touche le marché des matières premières devrait engendrer une hausse de 1 5 % des prix à la consommation. Voilà la conclusion d'une étude américaine menée par l'établissement financier Capital Business Credit sur les biens de consommation et les marchandises importées. Cette enquête révèle que 83 % des prix à la consommation devraient grimper d'ici à l'été 2012, tandis que les importateurs et les fabricants enregistreront dans le même temps un recul de leur volume de commandes au niveau de 2010. Pour prévenir cette flambée, les fabricants de textile, qui anticipent une très forte hausse du prix du coton au cours des 12 prochains mois, envisagent de modifier la composition de leurs produits et de recourir à plus de synthétique. « Ces parades ne suffiront pas à endiguer les effets de l'inflation des matières premières sur les prix à la consommation», a estimé Andrew Tananbaum, dg de Capital Business Credit.

- Source Procurement Leaders, par la rédaction, www.procurementleaders.com

Destins croisés des industries ferroviaire et aéronautique britanniques

Le gouvernement britannique a confié à Siemens la fabrication des wagons du réseau ferré londonien, pour un contrat d'1,4 milliard de livres sterling (1,6 milliard d'euros). Le Canadien Bombardier s'est vu refuser son offre, alors qu'il souhaitait produire 1 200 wagons sur son site du East Mdlands. Triste nouvelle pour la région qui peut perdre près de 1 200 emplois, avec la fermeture de l'usine prévue en 20 14.

L'aéronautique, lui, représenté par le motoriste Rolls Royce, est sorti du marasme économique. La flambée des prix de l'énergie et des récessions l'ont poussé à faire des choix stratégiques: l'adoption des standards internationaux, des équipements pour garantir sa compétitivité, etc. Rolls Royce tire près de 51 % de ses revenus de l'entretien de ses moteurs.

- Source: The Economist, par la rédaction, www.economist.com